Littérature => Sud-américaine (476 livres critiqués)


Page 1 de 10 Suivante Fin

couverture

Le rendez-vous des héros de Paco Ignacio Taibo II

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

fantaisie héroïque

6 etoiles
Quel étrange petit roman, vite lu mais qui laisse un arrière-goût de trop peu bien que l’auteur annonce qu’il a dû le récrire à de nombreuses reprises avant de se décider à le publier. La trame est simple, il s’agit d’un journaliste, ancien militant du mouvement étudiant de mai 1968 à Mexico, retrouvé grièvement blessé...

couverture

Le bandit aux yeux transparents de Miguel Littin

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

ange ou démon ?

8 etoiles
En bon adepte du "réalisme magique", ce genre littéraire qui fit les beaux jours des lettres latino-américaines au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, Miguel Littin nous entraîne, ou plutôt nous égare, dans une histoire rocambolesque, celle d’Abraham Díaz, surnommé El Torito (petit taureau). La légende en a fait un bandit de grand...

couverture

Mirage d'amour avec fanfare de Hernán Rivera Letelier

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

sous le soleil exactement

10 etoiles
Une étrange histoire d’amour, brûlante comme le soleil du désert d’Atacama. À la belle époque des nitrates du Chili, richesse de ce pays avant qu’un chimiste allemand n’en lance la production industrielle en Europe, une ville était née en plein désert : Pampa Unión. Sorte de Las Vegas du pauvre, on y trouvait des prostituées,...

couverture

L'affaire tequila: Une enquête de Sunny Pascal de F. G. Haghenbeck

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

cocktails et p'tites pépées

6 etoiles
Un intrigue mouvementée, où il est difficile de reconnaître les uns et les autres tant les personnages avancent masqués. Policiers, espions, mafiosi se confondent, changeant de casquette à l’envi, selon avant tout leur intérêt personnel. Et au milieu de tout ça, Sunny Pascal, un "privé", payé par un producteur hollywoodien chargé d’assurer pendant le festival...

couverture

Poussière dans le vent de Leonardo Padura

critiqué par CHALOT - (74 ans)

sensible, émouvant et d'une force étonnante

10 etoiles
Poussière dans le vent roman de Léonardo Padura 631 pages Editions Métailié août 2021 Ils sont jeunes, intelligents, ce sont des intellectuels cubains qui ont l'habitude de se rencontrer, de se côtoyer. La plupart soutiennent le régime en place, certains ont des réserves mais aucun n'est un opposant farouche. En 1990, ils sont tous retrouvés, inquiets pour la suite avec cet écroulement...

couverture

La Fin de l'histoire de Luis Sepúlveda

critiqué par Alma - (- ans)

« A tous ceux et celles qui ont connu l'enfer de la Villa Grimaldi »

6 etoiles
Un ouvrage qui est à la fois un thriller politique glacial et haletant, une fresque historique qui nécessite des connaissances géopolitiques (que le lecteur lambda ne possède pas toujours ), et un roman intimiste plein d'émotion . Le personnage principal Juan Belmonte ( déjà héros du 3e roman de Sepulveda en...

couverture

Un amour grec de Zoé Valdés

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 76 ans)

Femmes à Cuba

8 etoiles
Zé, une jeune cubaine de quinze ans avoue à ses parents qu'elle est enceinte d’un beau mousse grec de la marine marchande trouvé sur le port de La Havane. Mal lui en prend : elle est aussitôt rouée de coups violents par son père Gerardo et sa mère Isabel est blessée en tentant de la protéger....

couverture

La transparence du temps de Leonardo Padura

critiqué par Isad - (- ans)

Une enquête aussi sur le temps qui passe

6 etoiles
La Transparence du temps est un roman foisonnant de personnages (dotés de noms, prénoms, diminutifs et surnoms) et de réflexions sur la vie et les gens. Le premier fil narratif est la recherche de la statue volée à un vieux camarade de classe perdu de vue du narrateur, ancien policier, devenu négociant en livres et qui...

couverture

Les rêves qui nous restent de Boris Quercia

critiqué par Missef - (56 ans)

Dans un monde où même les rêves se monnaient

8 etoiles
De Boris Quercia, je connaissais Santiago, son flic alcoolique et violent de la trilogie policière qui lui a valu son succès en France et par laquelle j'ai découvert Santiago (la ville), mais pas sous son meilleur jour. Ici, l'auteur s'essaie à la dystopie, même si son personnage principal est quand même un policier à la...

couverture

Les muses ne dorment pas de Zoé Valdés

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 42 ans)

Une nuit au musée ...

6 etoiles
Dans ce roman, Zoé Valdès livre une partie de sa vie en prenant le masque de Maria, jeune femme qui vit avec un peintre mineur, et qui va poser nue pour Serge le photographe, mais surtout poser pour Balthus. Jeune femme, elle ne connaissait pas du tout l’artiste, c’est en vieillissant qu’elle a réalisé qui...

couverture

Andando el tiempo. Antología personal de Eraclio Zepeda

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Andando el tiempo

9 etoiles
La poésie imagée et sensuelle des dix contes d'Eraclio Zepeda invite à la fusion avec le monde et jongle habilement avec le réalisme magique cher à la littérature latino-américaine, la fantaisie populaire et la tradition orale. C'est talentueux, inventif et l'auteur n'hésite pas à y inviter l'humour dans un hymne à la tradition populaire du...

couverture

Diadorim de João Guimarães Rosa

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

De l’arrière-pays du Nordeste brésilien à la littérature, une épopée.

10 etoiles
Chef-d’œuvre de la littérature brésilienne, l’unique roman publié par João Guimarães Rosa aura été pour moi une découverte aussi inattendue qu’extraordinaire. De prime abord déconcerté tant par le contexte où se déroule le récit que par la singularité du verbe, j’ai hésité un moment mais prenant le temps de m’acclimater à cet univers étranger, sans vraiment...

couverture

La Vierge du Mal de Edmundo Paz Soldán

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 73 ans)

Bien plus qu'un roman carcéral

8 etoiles
"L'une des voix les plus novatrices de la littérature latino-américaine d'aujourd'hui": cet hommage venant de Mario Vargas Lhosa a été pour moi une invitation à découvrir Edmundo Paz Soldan, représentant actuel (né en 1967) d'une littérature qui offre bien peu de visibilité au niveau mondial, à savoir la littérature bolivienne. "La vierge du mal" paru...

couverture

Mezquite Road: Une enquête de Miguel Ángel Morgado de Gabriel Trujillo Muñoz

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

le bal des vampires

6 etoiles
Un polar mexicain, bien assaisonné, bien saignant, mais qui laisse un arrière-goût amer et sera sans doute vite oublié. Que des méchants, trafiquants et flic ripoux dans le même sac, y compris les agents fédéraux de la DEA (les "stups" US), au milieu desquels surnage tant bien que mal Miguel Morgado, avocat au grand cœur,...

couverture

La Voie de l'archer de Paulo Coelho, Christophe Neimann (Dessin)

critiqué par Krys - (Haute-Savoie - 39 ans)

Petite conte philosophique

8 etoiles
Paru pour le première fois en 2017, La Voie de l'Archer est un vrai conte spirituel comme Paulo Coelho sait le faire. Dans la lignée de l'Alchimiste, nous suivons l'enseignement de Tetsuya, maître archer. Mais c'est bien sûr une leçon de vie que l'on reçoit, bien plus qu'un enseignement pratique. Devenir un Homme meilleur : grand...

couverture

Casino Amazonie de Edyr Augusto

critiqué par Missef - (56 ans)

Poker menteur en Amazonie

8 etoiles
Présentation de l'éditeur : Bélem, dans le nord du Brésil. Dans ce pays où tout jeu d’argent est illégal, le docteur Clayton Marollo associe sa passion des cartes et son carnet d’adresses bien garni pour ouvrir des salles clandestines qui accueillent, nuit après nuit, hommes politiques, notables, trafiquants et vrais joueurs. Gio, jeune homme élevé quasiment dans...

couverture

Entre les mains de Juliana Leite

critiqué par Débézed - (Besançon - 75 ans)

Un texte et un corps déstructurés

8 etoiles
Cette lecture me rappelle celle de « Fado Alexandrino » d’Antonio Lobo Antunes, que j’ai faite il y a bien longtemps, j’ai retrouvé cette même façon de déstructurer le texte en racontant simultanément, par bribes, plusieurs histoires qui se mêlent, se mélangent, se rejoignent pour façonner l’intrigue principale du roman en laissant le soin aux...

couverture

Plus loin que l'hiver de Isabel Allende, Jean-Claude Masson

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

uno dos tres…

10 etoiles
Un, deux, trois immigrés new-yorkais, de fraîche date ou de proche ascendance, se rencontrent à Brooklyn, ce quartier jadis déshérité et aujourd’hui furieusement à la mode. Lucía, venue de son Chili natal pour enseigner à l’université, Richard, son mentor mais aussi son logeur, Evelyn la toute jeune guatémaltèque venue clandestinement aux États-Unis pour fuir une...

couverture

Le mort était trop grand de Luis Miguel Rivas

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 76 ans)

un auteur colombien à suivre

9 etoiles
Nous sommes de nos jours en Colombie, dans une ville imaginaire, Villeradieuse, où le pouvoir est entre les mains du puissant don Efrem, un trafiquant de drogue qui fait couler l’argent à flots, quand on accepte de se mettre à son service, ce qui rend la vie belle pour tous ceux qui se mettent à...

couverture

L'Heure nue de Lygia Fagundes Telles

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Portrait d’une artiste en soixantenaire

7 etoiles
Outre une vingtaine de recueils de nouvelles, sachant qu’à ce jour, Lygia Fagundes Telles n’a publié que quatre romans1, ‘L’heure nue’ serait donc le dernier paru en date, après quoi elle se serait dédié à ce qui semble avoir sa faveur, à savoir le récit court. Quoi qu’il en soit, s’il existe une différence notable...

couverture

Les fleurs noires de Santa Maria de Hernán Rivera Letelier

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

La douloureuse beauté des combats perdus d'avance

9 etoiles
- "Un jour je l'ai entendu dire que Dieu aimait sûrement beaucoup les pauvres pour en avoir créé autant" - Plus de trois mille mineurs, dans ce Chili de 1907 secoué par les grèves, entament une errance sociale, traversant l'enfer du désert d'Atacama, pour rejoindre la terre promise de la négociation, jusqu'à la ville de...

couverture

Adan Buenosayres de Leopoldo Marechal

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Quand Buenos Aires déambule dans l'imaginaire de Leopoldo Marechal…

9 etoiles
Quand Buenos Aires déambule dans l'imaginaire de Leopoldo Marechal… Publié en 1948, ce roman précurseur, structuré en sept livres, est aussi prodigieux par sa construction que par la créativité de son langage et son humour picaresque : Leopoldo Marechal a l'audace de proposer une littérature radicalement nouvelle. Adán Buenosayres, le protagoniste central du roman, est un...

couverture

Le Banquet de Severo Arcángelo de Leopoldo Marechal

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Le grand topos baroque de Leopoldo Marechal

7 etoiles
Péroniste militant, Leopoldo Marechal se mue selon lui en "poète destitué" à la suite de la chute de Péron en 1955. le Banquet de Severo Arcángelo, son deuxième roman, connaît un succès inespéré et apporte à son auteur une nouvelle célébrité . Cette oeuvre fantastique traite de l'attente d'un banquet offert à des élus par une sorte...

couverture

Poésie et réalité de Roberto Juarroz

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Chercher le paradoxe

8 etoiles
Poesia y realidad est un recueil d'essais sur l'art poétique qui éclaire la lecture de la poésie de Roberto Juarroz et sa conception esthétique fortement influencée par Antonio Porchia, Nietzsche, Novalis et Héraclite : un art de l'impossible pour dépasser tous les simulacres. Ainsi, la poésie aphoristique de Juarroz vise l'absolu en écartant toute dérive...

couverture

La proximité de la mer: Une anthologie de 99 poèmes de Jorge Luis Borges

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Deviner ses rivages

10 etoiles
C'est par le poème que Borges entamera et finira son oeuvre. La proximité de la mer est un recueil d'une magie murmurée, une poésie coquillage où la proximité des mots se grave sur le sable. Une révélation en attente qui donne à l'esthétique de Borges élans vibratoires, plaisir palpable, méditative saveur, tigres et couteaux, quelques...

couverture

La danse sacrale de Alejo Carpentier

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Vaste fresque historique, idéologique et humaine

9 etoiles
Oeuvre sublime d'Alejo Carpentier, fruit d'une longue gestation, véritable somme de ses engagements, de son humanisme horrifié par les préjugés sociaux et raciaux, de ses identités européennes et latino-américaine et de ses convictions, La danse sacrale est une vaste fresque historique, idéologique et humaine, largement fondée sur le désir de témoignage. le récit très dense...

couverture

Chant général de Pablo Neruda

critiqué par Phil SMT - (62 ans)

Un authentique chef d'oeuvre

10 etoiles
Ce vaste chant riche de 230 poèmes, texte majeur de Pablo Neruda, écrit dans la clandestinité et l'exil, imprime un souffle lyrique et épique aux conflits sociaux et politiques de l'Amérique Latine et à la prise de conscience du poète sur les sans voix de ce sous-continent. Chant général donne une remarquable dimension littéraire à...

couverture

Une chance minuscule de Claudia Piñeiro

critiqué par Falgo - (Lentilly - 83 ans)

les deux tiers d'un chef d'oeuvre

8 etoiles
Marilé Lauria a fui son fils de 6 ans,sa famille et son quartier de Buenos Aires à la suite d'un événement dramatique que les gens proches d'elle ont mal vécu et interprété. Elle est devenue Mary Lohan en épousant à Boston (Etats Unis) un pédagogue américain. Elle y a habité 20 ans et, après...

couverture

T'aimer fut mon châtiment de Javier Gonzalez Rubio

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

mexico, mexiiiico…

10 etoiles
Une histoire d’amour et de mort, dans un Mexique postcolonial déchiré par les luttes fratricides entre seigneurs de la guerre, au nom de la sacro-sainte "Révolution". Rosario Palomar, beauté fière et sauvage du village de Monreal, tombe en amour d’un jeune général faisant régner la terreur dans sa chasse aux "fédéraux". Une passion partagée, mais...

couverture

Personne n'est obligé de me croire de Juan Pablo Villalobos

critiqué par Pacmann - (Tamise - 57 ans)

Suréalisme mexicain en mode catalan

3 etoiles
Quand le jeune Juan Pablo accepte de voir son cousin une dernière fois avant de quitter le Mexique et s'envoler pour Barcelone poursuivre son doctorat en littérature, il ne se doute pas dans quoi il s'embarque. Il se retrouve au centre d’une affaire des plus louches et à la merci d'un groupe mafieux dont le...

couverture

Faits divers de la Terre et du Ciel de Silvina Ocampo

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)

de la magie dans l'air...

10 etoiles
Un recueil de vingt-six nouvelles, d’inégale longueur, abordant toutes les facettes du fantastique dans le quotidien. Un galop d’essai du "réalisme fantastique", qui fit les beaux jours de la littérature latino-américaine dans les années 1960. On est ici plus proche du surréalisme, plongeant dans un univers décalé, aux contours inhabituels, où passé, présent et futur...

couverture

Discussion de Jorge Luis Borges

critiqué par Veneziano - (Paris - 44 ans)

Des réflexions littéraires

8 etoiles
Ce recueil d'essais courts, rédigés durant la jeunesse de l'auteur, évoque avant tout des réflexions littéraires, agrémentés de textes de logique mathématique. Il présente assez longuement les caractéristiques de la littérature argentine, essentiellement constituée du soutien d'auteurs urbains, issus de grandes villes, aux gauchos et à leur esprit, qu'ils retranscrivent dans leurs oeuvres, qui présentent...

couverture

Histoire universelle de l'infamie / Histoire de l'éternité de Jorge Luis Borges

critiqué par Veneziano - (Paris - 44 ans)

Deux essais sur l'esclavage et l'infini

8 etoiles
Dans son premier essai, Borges relate de la pratique de l'esclavage sur le continent américain, au nord comme au sud, surtout au XIXe siècle, la traite négrière ayant supplanté l'exploitation des autochtones amérindiens. Cette substitution a été fondée sur une théorie raciale, dont des bandits se sont fait l'écho de manière assez gratuite, comme Billy...

couverture

Evaristo Carriego de Jorge Luis Borges

critiqué par Veneziano - (Paris - 44 ans)

Portrait d'un poète ardent et très sensible

8 etoiles
Jorge Luis Borges rend hommage à un ses collègues et amis, Evaristo Carriego, originaire de l'un des quartiers populaires de Buenos Aires que l'auteur affectionne, Palermo, dont il est à l'image, ardent, brutal souvent, mais très sensible, attentionné aux personnes et aux plaisirs simples de la vie. Il le compare au tango, sensuel mais violent....

couverture

La mémoire tyrannique de Horacio Castellanos Moya

critiqué par Alma - (- ans)

Quand le destin d'une famille se mêle à celui d'un pays

8 etoiles
Du 24 mars au 8 mai 944: 6 semaines importantes dans la vie du San Salvador : les derniers jours de la dictature du Général Martinez, surnommé «le sorcier nazi», qui a dirigé le pays d'une poigne de fer pendant 12 ans . Carlos Moya fait vivre au lecteur ces moments agités au travers de...

couverture

Les pensionnaires de Lygia Fagundes Telles

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Devenir adulte dans le Brésil des années 1970

7 etoiles
Roman dit ‘éponyme’ de cette auteure, le troisième qu’elle ait publié, ‘Les pensionnaires’ aborde le thème du passage à l’âge adulte, un thème ici exploré dans sa version féminine ainsi que dans le contexte brésilien des années 1970. Ayant pour cadre le pensionnat Notre-Dame-de-Fátima, un foyer catholique pour jeunes filles situé à São Paulo, il raconte...

couverture

La fille de l'Espagnole de Karina Sainz Borgo

critiqué par Veneziano - (Paris - 44 ans)

Du deuil en guérilla urbaine

8 etoiles
Adelaida vient d'enterrer sa mère, alors qu'éclate à Caracas, au Venezuela, une forme de guerre civile alimentée par les Fils de la révolution, d'où il s'ensuit une situation d'anarchie violente. Elle est dépossédée de son appartement par des révolutionnaires et se retrouve réfugiée chez sa voisine, la fille de l'Espagnole, dont elle retrouve le fils...

couverture

Un thé bien fort et trois tasses de Lygia Fagundes Telles

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Perles brésiliennes

8 etoiles
Publié pour la première fois au Brésil en 1970, ‘Un thé bien fort et trois tasses’ réunit dix-sept nouvelles, dont la plupart ayant été conçues entre 1958 et 1969, s’inscrivent, quoique de façon modérée, dans le courant moderniste de l’après-guerre. Essentiellement, à travers diverses situations plutôt usuelles, ces nouvelles examinent une facette, un aspect, un...

couverture

La structure de la bulle de savon de Lygia Fagundes Telles

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Une belle découverte

7 etoiles
Inconnue de moi jusqu'ici, c'est avec ce recueil de nouvelles originalement publié en 1978, que j'ai abordé l'oeuvre de cette grande dame de la littérature brésilienne. 'La Structure de la bulle de savon' est composé de neuf récits, neuf histoires exhibant un tel caractère d'authenticité que je ne serais pas surpris d'apprendre qu’ils aient pu...

couverture

Le lecteur à domicile de Fabio Morábito

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 76 ans)

lire change la vie

10 etoiles
Dans "Le lecteur à domicile," de Fabio Morabitó (Mexique), Eduardo, le narrateur, vit avec son père atteint d’un cancer en phase terminale et de l’infirmière-gouvernante Céleste qui s’occupe du vieux monsieur. Il a pris la succession de son père à la direction d’un magasin de meubles, où il a un employé, Jaime, qui fait bien...

couverture

La raconteuse de films de Hernán Rivera Letelier

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 76 ans)

la magie du cinéma et de la parole

10 etoiles
"La raconteuse de films" d'Hernán Rivera Letelier (Chili) se passe dans les salpêtrières du désert d’Atacama au nord du Chili dans les années 50. Maria Margarita est la seule fille de la maison, elle vit avec son père invalide, en fauteuil roulant depuis un accident du travail, et ses quatre frères. La mère les a...

couverture

La fête de l'ours de Jordi Soler

critiqué par Agnesfl - (Paris - 58 ans)

Un retour vers le passé

6 etoiles
La fête de l’ours par Jordi Soler Editions Belfond Pourquoi ce titre ? On se pose la question tout au long du roman. Puis vers la fin on finit par comprendre…. Ce livre est écrit par un auteur mexicain qui a d’abord commencé par la poésie. Il raconte le cheminement d’un homme qui cherche à...

couverture

Les sept fous de Roberto Arlt

critiqué par Agnesfl - (Paris - 58 ans)

Une imagination délirante

6 etoiles
Les 7 fous Editions Belfond Pas facile de traduire l’argentin Roberto Arlt mort en 1942 à 42 ans d’après Isabelle et Antoine Berman qui ont traduit les 7 fous » roman qui se passe à Buenos Aires. « Arlt expliquent-ils avait longtemps appartenu à un espace où il n’était pas considéré comme traduisible ni digne...

couverture

Poèmes et antipoèmes de Nicanor Parra

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 55 ans)

«Et que je ne serais plus qu’un homme qui a aimé, un être qui s’est arrêté un instant face à tes lèvres».

10 etoiles
«Paysage» Vous voyez cette jambe humaine qui pend de la lune Comme un arbre poussant vers le bas Cette terrible jambe qui flotte dans le vide Éclairée à peine par le rayon De la lune et de l’oubli! Ce fut l’un des plus grands poètes de langue espagnole, et pourtant très peu le connaissent… Nous savons tous ce qu’est la poésie,...

couverture

Ce qui désirait arriver de Leonardo Padura

critiqué par Alma - (- ans)

« on s'embarque dans la machine à remonter le temps»

9 etoiles
Au travers de ces 13 nouvelles , c'est toute l'atmosphère d'un Cuba nocturne mélancolique et désabusé qui vous apparaît …... Vous voilà transporté dans l'ambiance un peu décadente d'un bar enfumé, bercé par la mélodie sensuelle d'une chanteuse de Boléro qu'accompagne un piano, ce boléro dont Padura écrit que le véritable plaisir de...

couverture

L'aliéniste de Machado de Assis

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

De l'exercice du pouvoir

8 etoiles
Créateur d'une oeuvre considérable dont certains morceaux ont fait l'objet d'adaptations ou inspiré d'autres artistes(1), traducteur, polyglotte et autodidacte, J.M.Machado de Assis (1839-1908) est généralement reconnu comme étant l'un des plus grands écrivains du Brésil. Initialement publié sous forme de feuilleton par un journal de Rio et dans la même année que l'un des...

couverture

Les violettes sont les fleurs du désir de Ana Clavel

critiqué par Agnesfl - (Paris - 58 ans)

Sublimation du désir

10 etoiles
« Je ne prétends convaincre personne dit Julien Mercader le narrateur en disant que j’ai cherché à consumer dans les violettes une passion qui me brûlait les entrailles, au lieu de diriger celle-ci vers l’objet réel qui l’avait si impitoyablement éveillée. Ou que j’ai cru aider à ma façon d’autres à se sauver." Cet objet...

couverture

Récit d'un naufrage de Gabriel García Márquez

critiqué par Débézed - (Besançon - 75 ans)

Naufrage en Mer des Caraïbes

8 etoiles
Le 28 février 1955, huit membres de l’équipage du destroyer colombien Caldas tombent à l’eau en mer des Caraïbes lors d’une tempête digne d’un « Typhon » de Joseph Conrad. Ils sont rapidement portés disparus. Le Caldas revenait d’un long séjour à Mobile en Alabama où il avait subi quelques réparations, il rentrait au pays...

couverture

Naufrages de Francisco Coloane

critiqué par Yeaker - (Blace (69) - 49 ans)

La conquête maritime, une aventure à haut risque!

6 etoiles
Coloane est un passionné du monde marin et de l'histoire de l'Amérique Latine. Il est donc assez logique qu'il propose une anthologie des naufrages qui ont eu lieu sur la côte du Pacifique. Plus que la description des naufrages, il raconte ici le voyage qui a conduit des hommes d'Europe à traverser l'Atlantique pour rejoindre le...

couverture

By the rivers of Babylon de Kei Miller

critiqué par Débézed - (Besançon - 75 ans)

Pour le malheur des Rastas !

9 etoiles
Ma Taffy est aveugle, elle a été agressée dans son lit par des rats, mais, installée sur sa terrasse dans le haut du quartier, elle sait tout de la vie de celui-ci, elle prévoit même ce qui va arriver. Elle entend, elle sent, elle ressent tout ce qui agite ce quartier-misère, et en ce jour...