Littérature => Africaine (345 livres critiqués)


Page 1 de 7 Suivante Fin

couverture

Le testament de Monsieur Napumoceno da Silva Araújo de Germano Almeida

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Quand la rigide vertu cache une imparfaite humanité

7 etoiles
Peu traduite, la littérature capverdienne figure parmi les nombreuses méconnues des ‘lettres venues d’ailleurs’. Dans un tel contexte, on peut estimer qu’étant l’un des rares ouvrages à avoir bénéficié d’une traduction en plusieurs langues, le premier roman de Germano Almeida est sans doute parmi les plus connus chez les amateurs de littérature étrangère. Malheureusement, aussi...

couverture

La reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde de José Eduardo Agualusa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

L'HISTOIRE DE LA REINE QUI SE FAISAIT APPELER «ROI», QUI S’HABILLAIT EN HOMME ET QUI ENTRETENAIT UN HAREM D’HOMMES HABILLÉS EN… FEMMES!

10 etoiles
Au départ de l’histoire, nous faisons la connaissance de Francisco José da Santa Cruz, un jeune prêtre brésilien, métis d'Indien et de Portugais. Il débarque à Luanda en Angola, afin de devenir le secrétaire de la reine Ginga, fille et sœur de rois, et reine elle-même. Celle-ci a en effet demandé à avoir un secrétaire...

couverture

L'anté-peuple de Sony Labou Tansi

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

«L’ANTÉ-PEUPLE», OU LE PEUPLE HANTÉ?

8 etoiles
Citoyen exemplaire, modèle de rigueur et de vertu, Nitou Dadou quarante ans, marié et père de deux fils, est le directeur du collège de filles de Kinshasa. Fier de sa réussite sociale, habitant une belle maison et disposant d’une voiture avec chauffeur, tout pourrait être parfait dans le meilleur des mondes. Mais une des élèves, Yavelde,...

couverture

Fille à soldats de François Smith

critiqué par Alma - (- ans)

Un lent et long processus de résilience

9 etoiles
Un lent et long processus de résilience Afrique du Sud 1901. La guerre des Boers Dans un camp de concentration où l'armée anglaise parque les Boers, Suzan, 17 ans est sauvagement agressée et violée par des soldats britanniques. Laissée pour morte, jetée dans la charrette des morts, elle est recueillie dans une grotte...

couverture

Du miel sous les galettes de Roukiata Ouedraogo

critiqué par Fanou03 - (* - 46 ans)

Une enfance burkinabée

7 etoiles
Yasmina Sankaké est une jeune humoriste d’origine Burkinabée qui a été désigné marraine de la Journée Internationale de la Francophonie. En se préparant à l’évènement, elle se remémore son enfance, dans la ville de Fada-Ngourma, enfance plutôt heureuse jusqu’à ce que son père, Hamado, soit accusé à tort de détournement de fonds et jeté en...

couverture

La société des rêveurs involontaires de José Eduardo Agualusa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

ET SI RÊVER POUVAIT SAUVER LE MONDE?

10 etoiles
Au début du livre, nous faisons la connaissance de Daniel Benchimol, journaliste angolais, vivant à Luanda et qui vient tout juste de divorcer. Profondément devasté, il décide de prendre quelques jours de congé au bord de la mer, dans un petit hôtel modeste qu’il a déjà fréquenté, l'Arco-Iris a Cabo Ledo. Et là surprise, Daniel qui...

couverture

La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

ORDEM E PROGRESO.

10 etoiles
L’histoire de «La guerre des anges», nous est racontée de Francisco Palmares, ex-combattant angolais du MPLA, qui a émigré au Brésil en 1992, fuyant une malheureuse histoire d’amour. Il vit aujourd’hui du trafic d’armes entre son pays et les favelas cariocas. Il retrouve par hasard Euclides Matoso da Câmara, nain, noir et homosexuel, qui après...

couverture

Terre somnambule de Mia Couto

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Entre réalité, rêves et sortilèges...

9 etoiles
Considéré comme l'un des classiques de la littérature africaine (*), premier roman du mozambicain , paru en 1992, "Terre somnambule" nous plongeait d'emblée dans l'univers et la singularité de l'oeuvre à venir. Ce roman est issu du contexte d'un pays et d'une population rendus exsangues par une guerre civile qui aura duré seize longues années (1977-1992)...

couverture

La saison des fous de José Eduardo Agualusa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE LÍDIA?

10 etoiles
Luanda capitale de l’Angola septembre 1992, la poétesse Lidia do Carmo Ferreira, ne vient pas à la fête de lancement de son dernier livre «Un vaste silence». Elle a disparu mystérieusement et personne ne sait ce qu’il est advenu d’elle. Le héros du livre, dont nous ne connaîtrons jamais le nom, ancien compagnon de lutte,...

couverture

Barroco tropical de José Eduardo Agualusa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

«CENT ANS DE SOLITUDE», SAUCE ANGOLA!

10 etoiles
Au début de l’histoire nous sommes en Angola de nos jours. Nous faisons la connaissance de Bartolomeu Falcato, journaliste, écrivain, cinéaste et... borgne. Il est en train de se promener en voiture, et de discuter avec la jeune et belle Kianda, la chanteuse angolaise mondialement connue, qui est aussi sa maîtresse. Alors, que celle-ci lui...

couverture

Que ce passé parle à son présent. Discours de Stockholm de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

DISCOURS DE RÉCEPTION DU PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE.

8 etoiles
Le jeudi 16 octobre 1986, l’écrivain nigérian Wole SOYINKA (*1934, prononcez Choyinka en Yoruba), devenait le premier écrivain Africain à recevoir le Prix Nobel de Littérature. Quatre-vingt cinq ans après la création de ce prix, l’Académie Suédoise mettait enfin (enfin!), en lumière la littérature de tout un continent, jusque-là étrangement oublié. «Que son passé parle à...

couverture

Aké, les années d'enfance de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

UNE ENFANCE AU NIGÉRIA.

8 etoiles
«Il était une fois»… Et oui, ce livre pourrait sans doute commencer par «Il était une fois», et se poursuivre par… Un jeune garçon africain très intelligent, qui ne rêvait dès son plus jeune âge, que d’aller à l’école et d’apprendre tout ce qu’il pouvait… Malheureusement pour lui, il était surtout un rêveur et un...

couverture

Dictionnaire enjoué des cultures africaines de Alain Mabanckou, Abdourahman A. Waberi

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

DICTIONNAIRE AMOUREUX DE L’AFRIQUE!

10 etoiles
Alain MABANCKOU (*1966 ici sur CL: http://www.critiqueslibres.com/i.php/vauteur/6712) et Abdourahman A. WABERI (*1965 ici sur CL: http://www.critiqueslibres.com/i.php/vauteur/8680) nous proposent dans ce libre une sorte d’abécédaire buissonnier, un portrait, une promenade, une photographie à l’instant «T», un manifeste du continent africain aujourd’hui. Ce livre qui n’aurait d’ailleurs pas dépareillé dans la collection «Dictionnaire amoureux de» (Chez l’éditeur Plon...

couverture

La vie et demie de Sony Labou Tansi

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

CHRONIQUE D’UNE DICTATURE ORDINAIRE.

8 etoiles
«La Vie et demie» est avant tout une histoire. Celle de la grandeur et puis de la décadence de la Katamalanasie, un immense pays imaginaire d'Afrique noire, qui, au lendemain de l’indépendance, est soumis à une sanglante dictature. En effet, avec l’aide d’une «grande puissance étrangère qui fournit les Guides», et entretient une armée d’occupation...

couverture

Le Pauvre Christ de Bomba de Mongo Beti

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

UN GRAND CLASSIQUE DE LA LITTÉRATURE D’AFRIQUE.

8 etoiles
Au début de l’histoire nous faisons la connaissance du Révérend Père Supérieur Drumont (uniquement désigné par les initiales R.P.S. par la suite), qui dans les années 1930, dirige la mission de Bomba (Sud-Est du Cameroun). Français d’origine, il vit maintenant depuis plus de vingt ans au Cameroun. Celui-ci tient en très haute estime sa mission...

couverture

La prière des oiseaux de Chigozie Obioma

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Trop de pathos

6 etoiles
Après "Les pêcheurs", très beau premier roman de ce jeune auteur nigérian qui m'avait emballée par la maîtrise de la narration, j'avais attendu avec impatience et curiosité ce second roman, lui aussi finaliste du Man Booker Prize pour 2019. Hélas, je ne peux que regretter que ce dernier ait quelque peu déçu mes attentes. "La prière...

couverture

L'ivrogne dans la brousse de Amos Tutuola

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

UN LIVRE HALLUCINANT ET HALLUCINÉ!..

7 etoiles
Au début de l’histoire, nous découvrons le héros de ce livre. Nous ne connaîtrons jamais le vrai nom de ce jeune homme, mais uniquement celui qu’il s’est donné: "Père-Des-Dieux-Qui-Peut-Tout-Faire-En-Ce-Monde". Comme il vient d’une famille très riche, il n’a jamais travaillé de sa vie et depuis l'âge de dix ans, il passe ses journées a se...

couverture

Anguille sous roche de Ali Zamir

critiqué par Faby de Caparica - (59 ans)

J'ai perdu pied, coulé, sombré

4 etoiles
" Anguille sous roche " d'Ali Zamir (266p) Ed. Le tripode Bonjour les fous de lectures .... Voici un livre "lu" (une moitié normalement et l'autre en méga grosses diagonales) dans le cadre du défi " Je noirci mon planisphère' J'étais partie à la découverte d'un écrivain des Comores. Ouille quelle déception !!! Ce livre a pourtant reçu de bonnes critiques...

couverture

Johannesburg de Fiona Melrose

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 70 ans)

JOHANNESBURG VUE DE L 'ENFANCE

6 etoiles
Fiona Melrose signe ici un roman qui n’est pas, contrairement à d’autres auteurs sud-africains, un regard sur l’histoire de leur pays, mais bien plutôt une chronique sur sa ville natale : Johannesburg. Pourtant, cette évocation de la cité du travail du diamant, de l’or, traverse le temps, avec des retours en arrière. Le plan du...

couverture

De purs hommes de Mohamed Mbougar Sarr

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 75 ans)

la "maladie des blancs" en Afrique noire

9 etoiles
Le narrateur est professeur de français à l’université de Dakar. Il remarque le peu d’intérêt de ses étudiants pour la littérature. Ndéné, sans vivre avec elle en permanence, est l’amant de Rama, une jeune femme libre. Elle lui présente un jour une vidéo qu’elle a reçu sur son smartphone et qui montre une foule hystérique...

couverture

L'arme domestique de Nadine Gordimer

critiqué par Tistou - (65 ans)

Genèse d’une défense de la part d’un maître du barreau

10 etoiles
« L’arme domestique » a été écrit en 1998. L’apartheid est officiellement aboli depuis sept ans. Si le roman se déroule en Afrique du Sud, le thème lui est plutôt extraterritorial puisqu’il s’agit plutôt d’illustrer, à partir d’un meurtre « domestique » comment un maître du barreau élabore sa stratégie pour venir en aide à...

couverture

Un caprice de la nature de Nadine Gordimer

critiqué par Tistou - (65 ans)

Une femme au destin d’exception

9 etoiles
« Un caprice de la nature » a été écrit en 1987 soit avant la fin de l’apartheid. On peut donc ranger ce roman dans les œuvres dénonçant cet état de fait, luttant contre cette politique inhumaine et injustifiable. Pourtant, "Un caprice de la nature » est d’abord l’histoire d’une vie, de la vie exceptionnelle...

couverture

Vivre à présent de Nadine Gordimer

critiqué par Tistou - (65 ans)

Roman sud-africain post apartheid

7 etoiles
« Depuis 1991, la promesse d’une vie meilleure pour tous tarde à se concrétiser et les inégalités sociales remplacent l’ancienne ségrégation sociale. Un roman passionnant sur ce que signifie être de nos jours sud-africain, avoir des racines et aider à façonner l’avenir de son pays. » « Vivre à présent » est le dernier roman...

couverture

Histoire de mon fils de Nadine Gordimer

critiqué par Tistou - (65 ans)

Amour au pays de la ségrégation raciale

8 etoiles
Il s’agit d’un roman centré sur la ségrégation raciale en Afrique du Sud, ses effets directs iniques ainsi que ses effets collatéraux dévastateurs. Nadine Gordimer traite ceci par le biais des amours illégitimes entre Sonny, un noir instruit, militant anti-apartheid et Hannah, une blanche sympathisante de la cause. Il a été publié en 1990, soit...

couverture

Le magicien africain de Nadine Gordimer

critiqué par Tistou - (65 ans)

Nouvelles choisies, 14 nouvelles

9 etoiles
Il s’agit d’un recueil de nouvelles inédites en France, écrites entre sa vingtième et sa cinquantième année (elle reçut le Prix Nobel à 68 ans) et publiées entre 1965 (« Not for publication ») et 1975 (« Livingstone’s companions »). C’est elle-même qui en a réalisé la sélection. Les nouvelles choisies concernent l’Afrique du Sud et...

couverture

Baho ! de Roland Rugero

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Fragments burundais

5 etoiles
Comptant parmi les rares romans écrits par un auteur né et vivant toujours au Burundi, il va sans dire que ce récit écrit par Roland Rugero constitue une belle invitation à la découverte d'une littérature qui, passant de l'oralité à l'écrit, peine encore à s'exprimer. Dans ce second roman publié par l'auteur, on lui découvre...

couverture

Revenir de Jean-Luc Raharimanana

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 75 ans)

une autre "recherche du temps perdu"

10 etoiles
Pour préparer mon prochain voyage à Madagascar, comme d’habitude, je lis de la littérature du pays. C’est ainsi que je viens de découvrir Raharimanana, né à Antananarivo en 1967 et vivant en France depuis l'âge de 22 ans, poète, nouvelliste, romancier et dramaturge. Je dois dire que ce roman "Revenir", probablement en partie autobiographique, est...

couverture

Les saisons de la vie de Nadine Gordimer

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 59 ans)

Antiapartheid... Et bien plus encore...

9 etoiles
Nadine Gordimer, écrivaine sud-américaine (prix Nobel de littérature en 1991)  a grandi dans l'environnement privilégié de la communauté anglophone blanche. Sensible aux inégalités raciales et aux problèmes sociopolitiques de son pays, elle a choisi de s'engager contre l 'apartheid par l'écriture, et ses livres ont valeur de témoignage historique. Mais avant tout, c'est une autrice qui fouille...

couverture

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets de Lola Shoneyin

critiqué par Saint Jean-Baptiste - (Ottignies - 85 ans)

Cu-cuche ou chef-d'oeuvre ?

2 etoiles
Ce livre est formidable ! Il a reçu le prix du meilleur livre africain, du meilleur livre écrit par une femme, du meilleur premier livre, etc, etc. Et il a été traduit dans toutes les langues. Hé bien moi je l’ai trouvé cu-cuche et pour tout dire, à peu près nul ! Comme presque toujours dans les...

couverture

Tombe, tombe au fond de l'eau de Mia Couto

critiqué par Débézed - (Besançon - 74 ans)

Comme une comptine

9 etoiles
« Je ne suis heureux que par paresse. Le malheur, c’est trop de boulot ! » Sur un coin de la côte du Mozambique, Zeca, un ancien pêcheur meuble son temps en essayant de convaincre sa voisine de lui accorder ses faveurs. Le pêcheur cherche un peu d’amour pour adoucir les affres de sa vieillesse,...

couverture

Désordres amoureux de Ama Ata Aidoo

critiqué par Débézed - (Besançon - 74 ans)

Amours contraints

7 etoiles
Dans une note liminaire, Ama Ata Aidoo avoue qu’elle avait affirmé dans une interview qu’elle n’écrirait jamais une histoire d’amour se passant à Accra « Parce qu’il existe autour de nous des choses bien plus importantes sur lesquelles écrire ». Mais, elle concède qu’elle n’a pas tenu parole, elle a écrit ce livre racontant les...

couverture

Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N'Sonde

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 70 ans)

LA VICTOIRE DU MAL

10 etoiles
Comment faire face au mal absolu ? Sans le nommer ainsi de prime abord, Wilfried aux mesquins venus de l’océan nous donne des esquisses de réponse dans Un océan, deux mers, trois continents. Le personnage central, Nsaku Ne Vunda est né vers 1853 sur les rives du fleuve Kongo. L’une des particularités de son...

couverture

Les Transparents de Ondjaki

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

"Nous sommes transparents parce que nous sommes pauvres"

10 etoiles
Décidément, la littérature africaine autochtone (à laquelle je ne m'étais guère intéressée jusqu'à récemment) enrichie ces dernières années de l'apport de nouveaux et jeunes talents mérite le détour! Ainsi, l'écrivain Ondjaki, angolais et donc lusophone, de son vrai nom Ndalu de Almeida, déjà traduit dans de nombreux pays, nous livre ici une œuvre originale, dense, grouillante...

couverture

Et si c'était toi? de Lilly Rose Agnouret

critiqué par Imani - (Toulouse - 41 ans)

Lu d'un trait.

8 etoiles
C'est un roman tranquille qui se laisse lire facilement. le style est limpide, les mots coulent de façon très fluide. Il est question d'amour, du couple et de ses déboires, d'une remontée de pente après une rupture sans fracas mais grand silence. Il est parti 6 ans auparavant, l'abandonnant enceinte. Il revient le matin de Noël, sans autre forme...

couverture

Fais-moi frémir... de Bénicien Bouschédy, Collectif Plumes ébènes, Elie Elisabethe, Ilyria Kébu, Edna Merey-Apinda

critiqué par Imani - (Toulouse - 41 ans)

Captivée dès le début.

9 etoiles
Que nous dit la quatrième de couverture? "Il y a dans ‘’Fais-moi frémir’’, une réelle fascination, une captation du lecteur, fruit d’un incontestable jeu poétique sur le dire et un travail sur l'imagination qui, somme toute, donne à cette œuvre du plaisir, toute son authenticité en même temps que sa littérarité, autrement dit sa valeur littéraire....

couverture

Le tambour des larmes de Beyrouk

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 66 ans)

Le secret de Rayhana

8 etoiles
Rayhana habite avec sa tribu en Mauritanie situé au nord-ouest de l’Afrique proche du Sahara. Un jour, une équipe d’ingénieurs étrangers arrive et s’installe tout près du campement de la tribu des Oulad Mahmoud, la tribu de Rayhana. Ils sont à la recherche de gisements de pierres précieuses et l’un d’eux se joint souvent aux...

couverture

Les Pêcheurs de Chigozie Obioma

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Prophétie fatale

10 etoiles
Avec "Les pêcheurs" finaliste du Man Booker Prize 2015, Chigozie Obioma, jeune écrivain nigérian (30 ans), exilé aux Etats-Unis, signe là un premier roman en tous points remarquable: une histoire saisissante qui vous happe d'un bout à l'autre et nous entraîne hors des sentiers battus de la littérature contemporaine, servie par un art étonnamment consommé...

couverture

La confession de la lionne de Mia Couto

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Déroutant et envoûtant à la fois

8 etoiles
L'auteur nous confie dans une note liminaire avoir puisé son inspiration dans des circonstances auxquelles il fut directement confronté dans le cadre de ses missions professionnelles: les attaques d'un village isolé, par des lions mangeurs d'hommes. De ces évènements tragiques et de la fréquentation de leurs acteurs, il tire un récit étrange et envoûtant, une fable...

couverture

Crépuscule du tourment de Léonora Miano

critiqué par Débézed - (Besançon - 74 ans)

A croquer comme une mangue

9 etoiles
On ne lit pas un roman de Léonora Miano, on le dévore, on le croque comme une mangue, comme une mangue parfois sucrée, parfois amère et astringente, parfois acide, parfois trop verte. Dans la corbeille à fruits de cette histoire reposent quatre mangues déposées par la mère de Dio, la femme qu’il a quittée, celle...

couverture

Stille nacht de Gérard Adam

critiqué par Ddh - (Mouscron - 79 ans)

Un Noël pas comme les autres

9 etoiles
Stille nacht, un chant incontournable de Noël et qui se décline dans plusieurs langues..., une émotion pour divers peuples. Médecin militaire de profession, Gérard Adam se retrouve ainsi au Zaïre et en Bosnie. Ce qui est une source d'inspiration pour ses romans et nouvelles. En 2013, il obtient le Prix Emma Martin décerné par l'Association des...

couverture

Agaat de Marlene Van Niekerk

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Remarquable...

10 etoiles
Deux femmes, deux destins étroitement imbriqués dans une relation complexe qui aurait pu être une relation mère/fille adoptives des plus naturelles si elle n'avait eu pour cadre l'Afrique du Sud de l'apartheid, une société rigide régie par des convenances sociales et culturelles strictes et une ligne de démarcation raciale qu'on ne franchit pas. Le roman démarre...

couverture

Nini : Mulâtresse du Sénégal de Abdoulaye Sadji

critiqué par Millepages - (Bruxelles - 62 ans)

Nini, ni Blanche ni Noire

9 etoiles
Saint-Louis du Sénégal, charmante petite ville coincée entre 2 bras du fleuve Sénégal et l’Océan Atlantique. Le roman raconte une période de la vie de Nini, jeune métisse comme il en existe tellement en Afrique, aux Antilles, en Amérique. Elle est descendante d’une Signare. Une Signare est une femme noire de colon, ce...

couverture

Récits et nouvelles du Cap-Vert : "Claridade" de Auteur inconnu

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 59 ans)

Auteurs îliens à découvrir...

6 etoiles
Longtemps colonie portugaise, le Cap-vert présente la particularité d'être constitué de plusieurs petites îles. L'indépendance géographique depuis 1975, a entraîné l'indépendance des auteurs capverdiens vers les chemins de la liberté de parole et de son peuple îlien. Tout en restant influencés par la langue portugaise, africaine et française. Dans ce recueil de nouvelles rassemblant...

couverture

Théorie générale de l'oubli de José Eduardo Agualusa

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

De l'art d'enterrer son passé

6 etoiles
Dans le tumulte des jours qui ont précédé et mené à l'indépendance de l'Angola, Ludo, une femme souffrant apparemment d'agoraphobie et dont la sécurité semble menacée, construit un mur devant la porte de l'appartement où elle habite. Elle vivra ainsi, coupée du monde pendant près de trente ans. Signé par un auteur qui n'en...

couverture

Notre quelque part de Nii Ayikwei Parkes

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 71 ans)

Une histoire africaine

8 etoiles
De nos jours, dans un petit village de la forêt ghanéenne, en bordure d'une route que vient de faire construire un ministre pour sa jeune maîtresse, celle-ci découvre par hasard, en poursuivant un bel oiseau bleu (d'où le titre original), des restes nauséabonds - humains? on ne sait pas - au beau milieu de la...

couverture

La route de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

MÉDITATION SUR LE NIGÉRIA MODERNE

6 etoiles
Au début de cette pièce, nous sommes dans une sorte de cabane au bord de la route, à l’angle d’une église. C’est un garage, un magasin de pièces de rechange, qui est en même temps un café, bar, épicerie, tripot, dortoir, magasin d’alimentation, nommé « Mangazin dé assident – Ici tout piece ». C’est le lieu...

couverture

Entre nous de Auteur inconnu

critiqué par Imani - (Toulouse - 41 ans)

Très bonne pioche...

10 etoiles
Ce livre a été récemment primé lors de La Journée Du Manuscrit Francophone. C'est un recueil de nouvelles réunissant 8 plumes au talent certain. Huit plumes gabonaises qui se laissent (re)découvrir à travers un exercice très simple: donner au lecteur la possibilité de découvrir l'étendue de l'usage de la langue de Molière dans ce pays d'Afrique...

couverture

Les gens des marais suivi de Un sang fort et Les tribulations de Frère Jéro de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

LE DRAMATURGE LE PLUS COMPLET D'AFRIQUE

7 etoiles
Ce livre regroupe trois très courtes pièces de théâtre, (une cinquantaine de page chacune), écrite dans les années 60 par Wole SOYINKA (*1934). Comme toujours chez l’auteur Africain on retrouve la coexistence d’éléments réalistes, lyriques et symboliques. Masques, gestes, danses, chansons, musique, incantations… Tout le pays Yoruba s’y trouve représente, créant une complicité entre le...

couverture

La métamorphose de Frère Jéro de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 53 ans)

LE CHARLATAN SOUS LE PROPHÈTE!

7 etoiles
Au début de cette pièce nous (re)découvrons le mystérieux personnage de Frère Jéro, (déjà le personnage principal de la courte pièce satirique « Les tribulations de Frère Jéro », déjà critiquée sur CL), devenu entre-temps un des grands prédicateurs des plages de Lagos. Il habite maintenant dans une vraie construction en dur, confortable quoique de dimensions...

couverture

Terre Ceinte de Mohamed Mbougar Sarr

critiqué par CHALOT - (73 ans)

passionnant et instructif

9 etoiles
« Terre Ceinte » Roman de Mohamed Mbougar Saar Editions Présence Africaine 258 pages 2014 Les exécutions se multiplient dans ce pays d’Afrique et cette ville où les islamistes ont délogé le pouvoir légal par la force. La population est tenue par une main de fer. La Charia implacable s’applique. L’histoire commence par l’exécution en place publique d’un couple « illégal » de...