L'inspecteur Cadavre de Georges Simenon

L'inspecteur Cadavre de Georges Simenon

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Catinus, le 22 novembre 2013 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 72 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 4 172 

Quand Cadavre marche sur les plates-bandes de Maigret

Pour rendre service à un ancien collègue, Jules ( Maigret) a accepté de se rendre dans une petite ville où un crime a été commis. Et pour cause, de (sales) rumeurs mettent dans l’embarras le beau-frère de cet ami. Notre commissaire fait connaissance de la famille, dont la fille Geneviève, qui, en cachette, attend un enfant d’Albert, ce jeune gars du village qui vient de se faire assassiner. Il rencontre également Justin Cavre (surnommé Cadavre), un privé engagé par Alban Groult-Cotelle, « notable « plus ou moins rentier. Cadavre marche sur les plates-bandes de Maigret (qui râle sec). Et tous ces gens du village qui « savent « dont Louis, l’ami d’Albert. Il y a des picoleurs parmi eux, et des fameux ! Sans oublier la postière qui espionne les conversations téléphoniques, .... Bref, toute une ambiance chère à Maigret/Simenon. La toute fin (le départ de Jules) est particulièrement sombre mais si vraie…

Très agréable à lire ! Dans ce roman encore, Simenon aime à décrire le caractère particulier (« bien trempé » c’est comme cela que l’on dit …) de son commissaire favori qui flanque une torgnole magistrale à Groult qu’il traite de « saloperie ! «. Ambiance !

Extraits :

- Solitaire, oui et sans doute célibataire. Cela se sentait à Dieu sait quoi, mais cela se sentait. Prétentieux. Inutile. Plein de manies et de bizarreries et fort satisfait de les avoir. (…)
Agé d’une quarantaine d’années, il était long et maigre, d’une maigreur qu’il devait juger aristocratique. Ce qui trahissait l’homme sans femme, c’était peut-être cette apparence poussiéreuse de sa personne pourtant soignée, ce visage terne, ce front déjà déplumé. Il portait des vêtements élégants, de teintes rares, qui semblaient n’avoir jamais été neufs, mais qui semblaient aussi ne jamais devoir vieillir ni s’user, de ces vêtements qui font corps avec le personnage et dont on ne change pas.

- Cela rappelait au commissaire certain assassin presque illustre qui, après vingt-huit heures d’interrogatoire, pendant lequel il s’était défendu pied à pied, s’était brusquement oublié dans son pantalon, comme un enfant effrayé.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'inspecteur Cadavre [Texte imprimé] Georges Simenon
    de Simenon, Georges
    Gallimard / Folio. Policier
    ISBN : 9782070306367 ; 6,90 € ; 11/10/2012 ; 192 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Forums: L'inspecteur Cadavre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'inspecteur Cadavre".