Purple cane road de James Lee Burke

Purple cane road de James Lee Burke
( Purple cane road)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 30 septembre 2005 (Inscrit le 10 mai 2004, 68 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (14 741ème position).
Visites : 5 592  (depuis Novembre 2007)

Louisiana !

Dernier Dave Robicheaux en date. Et JL Burke n’y va pas de main morte, Dave Robicheaux est amené, au détour d'une enquête, à retrouver la trace de Mae, Mae Robicheaux, qui n’est autre tout de même que la maman de Dave, qui les a quittés, son père et lui, quand il était petit. JL Burke nous en a abondamment parlé dans ses volumes antérieurs, faisant référence à ce traumatisme de l’enfance pour expliquer des dérives de Dave ; son alcoolisme, sa violence, …
Là il fait très fort, il obtient incidemment des infos sur l’assassinat de sa mère. Car bien évidemment elle est morte, de manière violente. Ce serait trop facile !
Le lancement de Purple Cane Road est magnifique. Ca tourne comme des bielles bien huilées tout au long des 80% du récit. Ca s’emballe un peu sur la fin, donnant une impression de « il faut boucler avant la 329ème page » ! Et ça descend ; les morts, et les actes de violence. Peut être un des épisodes de Dave Robicheaux les plus violents (en nombre de cadavres) que j’ai lus ?
Et toujours l’écriture, le positionnement de JL Burke dans son monde : la Louisiane. Vous savez la Louisiane, là où un cyclone a tout ravagé il y a peu ? Un petit extrait ? C’est Dave Robicheaux qui explique :
« A l’âge de 19 ans, j’avais travaillé au large, sur une barge sismographique que les ouvriers du pétrole appelaient camionnette. C’était l’été 1957, l’été où l’ouragan Audrey avait provoqué, sur le Golfe du Mexique, un raz de marée gigantesque qui avait frappé la ville de Cameron en Louisiane, et l’avait effacée de la surface de la terre, en tuant des centaines de personnes.
Des semaines durant, on retrouva des cadavres dans les fourches des gommiers du marais ou dans les îlots de cyprès déracinés de leurs marécages et partis flotter jusque dans le Golfe. Parfois, les longs câbles d’enregistrement gainés de caoutchouc que nous tirions depuis la poupe et le proue du « cruchon », notre barge de forage, s’accrochaient aux branches d’un arbre submergé au beau milieu d’une baie ou d’une rivière. Un membre de l’équipage était alors obligé de descendre pour les dégager.

Tard un après-midi de juillet, je descendis à 5 mètres jusqu’à toucher le tronc lisse et boueux d’un énorme cyprès. J’avançai à tâtons le long de l’écorce et me cognai à l’amas de radicelles d’où je dégageai le câble en le faisant glisser de la racine centrale.
Un nuage de boue grisâtre pareil à un champignon se leva autour de moi, comme si je venais de déranger une enveloppe d’air froid prise au piège du labyrinthe de racines. Soudain le corps d’une femme se dressa au sortir de la vase et vint se coller à moi, sa chevelure glissant sur mon visage, sa robe flottant au-dessus de ses sous-vêtements, les bouts de ses doigts bagués venant effleurer ma bouche. »
Au bilan un épisode qui s’inscrit parfaitement dans la continuation de tout ce qui précède, et qui donne un élément de ce que sera le prochain, pensé-je !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Un des meilleurs, clairement

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans) - 24 juillet 2024

Ce onzième (et non pas douzième, voir la critique-éclair d'Ayor) cru de la série "Dave Robicheaux" est très certainement un des meilleurs de la série, en tout cas c'est le meilleur (avec "Dans la brume électrique avec les morts confédérés") au moment de sa parution.
Une intrigue double, qui prend sa source, comme souvent avec les romans de la série, dans le passé. Robicheaux est directement concerné, car ça démarre par un petit dealer sans envergure qui fait des allusions à un drame du passé : la mort de la mère de Dave, en 1967, assassinée, apparemment le dealer saurait qui aurait commis le crime. Mais le dealer est rapidement retrouvé mort, assassiné. Parallèlement, une jeune femme noire, condamnée à mort pour le meurtre de son violeur et de celui de sa soeur, est sur le point d'être exécutée. Sa soeur jumelle et une amie de celle-ci, prostituée, ont des liens avec le dealer assassiné. Un mystérieux tueur va rôder, pour éliminer tous ceux qui semblent en savoir un peu (trop) sur la mort de Mae Robicheaux. De quoi mettre notre ex-flic préféré dans tous ses états, presque incontrôlable...

Un cru intense, qui se lit avec frénésie tant on ne parvient pas à lâcher le bouquin avant la fin de ses 430 pages (en poche). Je ne sais pas si c'est le meilleur de la série, il m'en reste tant à lire (je les lis par ordre chronologique de parution ; prochaine lecture burkienne : "Jolie Blon's Bounce"), mais je ne serais pas étonné que ça soit le cas. Un grand cru, intense et émouvant, violent et lyrique. Du Burke, quoi.

Dave Robicheaux : douzième acte

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 51 ans) - 8 novembre 2011

Certes on ne s'ennuie pas, mais rien ne change dans cette histoire par rapport aux précédentes. On retrouve les éléments ayant participé au succès des œuvres antérieures.
Malgré un ensemble réussi, on peut déplorer ce manque d'innovation et cette absence de surprises, avec une construction identique et toujours autant de personnages issus des bas-fonds de la Louisiane gangrénée par une mafia omniprésente et une corruption incurable.
Quant à la violence, elle fait partie intégrante du personnage et donc de la série des Dave Robicheaux et n'est ni plus ni moins présente qu'à l'habitude.

Forums: Purple cane road

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Purple cane road".