Robicheaux de James Lee Burke

Robicheaux de James Lee Burke
(Robicheaux)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Ayor, le 21 novembre 2020 (Inscrit le 31 janvier 2005, 50 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 582ème position).
Visites : 1 691 

Dave Robicheaux : vingt-et-unième acte

Ce vingt-et-unième épisode ne se distingue pas des précédents, reprenant les mêmes éléments, personnages et autres situations moult fois utilisés par l'auteur.

Dialogues allusifs, parfois à la limite de la compréhension, non-dits et autres nombreuses références historiques, politiques et bibliques, James Lee Burke ne fait jamais dans la simplicité et cela demande un effort certain du lecteur s'il souhaite ne pas se perdre dans les méandres particulièrement tortueux d'une intrigue complexe.

Mais alors pourquoi devient-on accro à cette série, quelle chimie opère dans notre cerveau ?

Serait-ce le talent d'écriture et surtout de narrateur de James Lee Burke ?

Sans aucun doute, car pour ma part, je prends toujours un grand plaisir à suivre les histoires de Dave Robicheaux et Clete Purcel.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

21ème opus de la série Robicheaux

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 66 ans) - 18 octobre 2021

Notre enquêteur préféré de New Iberia, Louisiane, est sérieusement confronté à ses démons dans cet opus. Lui qui se bat en permanence pour ne pas retomber dans l’alcool à coup de sodas, divers et variés, et notamment de Dr Pepper, replonge. Il faut dire qu’avec la mort de Molly, sa troisième femme (il ne fait pas bon pour la santé être femme de Dave Robicheaux !), tuée par un chauffard – on l’apprend incidemment au cours du roman au point que je pensais avoir raté un épisode ! – et la fréquentation de dégénérés plus (souvent) ou moins dangereux, il y a de quoi. Mais c’est poignant pour le lecteur assidu d’assister à ce naufrage de Dave Robicheaux :

»J’entrai dans la cabine à l’intérieur des toilettes et refermai la porte. J’attendis jusqu’à ce que je sois sûr que les toilettes étaient vides, puis je sortis de la cabine, coupai la lumière pour être moins visible, ouvris la porte des toilettes et allai à l’extrémité du bar, dans l’ombre. Une jeune barmaid que je ne reconnus pas remplissait le bac à bières.
« Une bière et deux shots de Jack avec de la glace pilée, dis-je. A vrai dire, mettez m’en deux doubles. J’ai un ami qui va arriver. »
…/…
Après avoir terminé les deux verres de whisky, accompagnés chacun d’une Heineken, je crus que mes genoux allaient fléchir. »


Le mal est fait. Dave Robicheaux est ivre - des années de réunion aux AA (Alcooliques Anonymes) jetées au panier – mais surtout il ne va pas se souvenir de grand-chose, sinon qu’il est monté dans son véhicule, qu’il y a eu un choc puis … Le brouillard.
Sauf que, le chauffard ayant tué Molly, déjà rudement menacé peu de temps auparavant par un Dave fou de douleur, est retrouvé au petit matin, assassiné.
Dave Robicheaux n’exclut pas le fait qu’il puisse être l’assassin, il n’en sait fichtrement rien.
Heureusement que son entourage habituel est là pour le soutenir et lui garder la tête hors de l’eau : Clete Purcel, sa fille Alafair, Helen Soileau, sa chef shérif … D’autant que la Louisiane, et plus particulièrement l’environnement immédiat de La Nouvelle-Orléans, étant ce qu’elle est (pas précisément un havre de tout repos), les évènements s’enchainent, entre Clete Purcel qui a des démêlés avec Fat Tony Nemo, un gros bras de la Mafia et la présence hallucinante d’un affairiste, propriétaire de casino, Jimmy Nightingale, qui se verrait bien prochainement sénateur (vivent les Etats-Unis !) tout en étant peut-être impliqué dans la disparition de huit jeunes femmes …
Ce qui est bien avec James Lee Burke, c’est que tout en étant un amoureux sincère de sa Louisiane, il ne nous raconte pas d’histoires embellies mais nous la joue cash sur le niveau de corruption et de dégradation de cet Etat du sud. Heureusement il nous vend aussi la nature du delta du Mississippi, ses bayous et ses gens simples. Un cocktail comme l’Amérique sait les concocter, entre pure beauté et sauvage cruauté.

Forums: Robicheaux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Robicheaux".