Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune de Hergé

Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune de Hergé

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Shelton, le 7 août 2005 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 68 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 9 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (506ème position).
Visites : 8 979  (depuis Novembre 2007)

Mais qui fut le premier à mettre le pied sur la lune ?

Je vous avais promis que nous prendrions le temps de lire ensemble cet album, On a marché sur la lune, ne serait-ce que parce qu’il est la suite de Objectif lune… mais, en fait, il est particulier, à part, si on peut dire et je vais tenter de vous montrer pourquoi… même si pour ce faire nous sortons des lectures habituelles de cet album que l’on classe beaucoup trop souvent dans une sorte de science-fiction pour la jeunesse…
Dès la couverture, nous comprenons bien que le personnage principal sera la fusée elle-même. Elle est au centre de la couverture et tintin qui nous dédaigne du regard est en train de l’admirer… et il a raison car c’est à elle qu’il va confier sa vie pour revenir sur cette bonne vieille terre… Remarquez, s’ils sont sur la lune, avec Haddock et Milou, c’est que le voyage aller s’est bien passé… Car, rappelez-vous…
Nous avions laissé, à la fin d’Objectif lune, la fusée en l’air, le départ avait bien eu lieu mais le contact n’était pas encore rétabli entre la terre et la fusée…
« Allô, allô, fusée lunaire ? Répondez… »
Mais voilà, le silence a continué pendant un an, date entre les deux aventures… 1953 pour Objectif lune et 1954 pour On a marché sur la lune. Mais, heureusement, un jour, les aventuriers voyageurs de la fusée ont repris conscience et le silence fut rompu.
« Allô, allô, ici fusée lunaire… C’est Tintin qui vous parle… Je viens de reprendre connaissance… Je vais voir comment se portent mes compagnons ».
Le voyage va pouvoir prendre une bien meilleure tournure… Enfin, tout irait bien si certains passagers ne se retrouvaient pas dans la fusée par erreur – les inimitables Dupondt qui se retrouvent dans ce voyage parce qu’ils n’ont pas évacué la fusée au moment du départ, enfin ils avaient confondu 1h34 du matin avec 13h34 ! – ou pour des raisons beaucoup plus malhonnêtes, ce Jorgen que Wolff a fait entrer clandestinement à bord… Mais nous aurons l’occasion d’en reparler… Mais Baxter, au sol, va pouvoir commencer à se faire du souci car qui dit astronautes supplémentaires dit réserves d’oxygène qui vont diminuer plus rapidement que prévu… Mais, il n’y a pas encore urgence…
Le voyage aller sera assez simple, enfin si on peut dire. Haddock va beaucoup étudier son traité d’astronomie (réserve personnelle de whisky) et, une fois imbibé, il voudra reprendre sa liberté dans l’espace et Tintin aura beaucoup de mal à le sauver ce qui lui donnera l’occasion de se lettre en colère avec une violence inhabituelle chez lui :
« Taisez-vous ! Vos excentricités ont failli nous coûter la vie à tous, vous compris !… Ça suffit comme ça, maintenant ! … Vous allez rentrer tout de suite à bord ! … Et essayez de vous conduire convenablement ! Entendu ! »
Cette séquence donnera à Hergé l’occasion de dessiner un Tintin en colère comme on en voit peu même s’il est dans sa tenue de scaphandre de l’espace…
Le deuxième fait marquant du voyage aller sera la pilosité abondante et colorée des Dupondt… Mais ce n’est pas une nouveauté car dans l’épisode Au pays de l’or noir nous avions déjà vu un tel phénomène… Néanmoins, en fusée, dans l’espace, ce n’est pas le meilleur moment pour une telle rechute… Vous pouvez aussi remarquer que lors de ces crises, il est beaucoup plus difficile d’identifier Dupont et Dupond… Sauf après un passage sous les ciseaux ou on peut de nouveau voir la différence… Allez, amusez-vous, n’ayez pas honte, tentez d’identifier les Dupondt dans les différentes vignettes, quelle que soit la couleur des cheveux, quelque soit la longueur… Pas toujours facile !
Puis, nous allons enfin arriver sur la lune avec ces mots historiques qui feront le tour du monde « Ça y est ! J’ai fait quelques pas ! Pour la première fois sans doute dans l’histoire de l’humanité ! On a marché sur la lune ! ». Vous remarquerez que ces phrases sont beaucoup plus connues et pertinentes que celles qu’utiliseront les Américains quand ils arriveront sur cette lune déjà explorée par Tournesol et son équipe, mais c’est souvent comme ça quand on arrive deuxième…
Hergé nous offre, alors, un grand nombre de dessins de la fusée mais aussi de paysages lunaires comme nous n’en verrons plus jamais… On peut remarquer qu’au niveau graphique, Hergé utilise des méthodes nouvelles ou inhabituelles pour lui, en particulier des vignettes de plus grande taille. On a le moment de l’approche de la lune par la fusée, puis l’alunissage, enfin les premiers pas humains sur la lune… A chaque fois, une belle fusée, la terre au loin, et des paysages lunaires qui montrent qu’Hergé devait bien avoir la tête dans la lune assez souvent…
La phase suivante est assez laborieuse, puisque Tournesol n’est pas venu là en vacances, il faut travailler, débarquer le matériel, explorer, comprendre ce qui se passe même si Haddock ne partage pas tout à fait le point de vue de la science incarnée, en particulier sur les « risques du métier », ces fameux météorites qui tombent sur la lune…
Pour retrouver le sourire, il va falloir attendre que les Dupondt posent le pied sur la lune… Eux aussi ont des mots inoubliables « Dire que nous foulons ce sol de la lune où jamais la main de l’homme n’a mis le pied ». Mais, personnellement, je pense qu’Hergé a commis une petite erreur. Comment se fait-il que les Dupondt qui n’étaient pas prévus dans ce voyage trouvent une tenue chacun, à leur taille, pour aller sur la lune ? Cela montre que même les meilleurs auteurs peuvent se laisser aller parfois à des facilités… Par contre, la notion d’oxygène est bien prise en compte, Tournesol annonçant très rapidement « Nos réserves d’oxygène étaient prévues pour quatre personnes et un chien, et non pour six comme c’est le cas… Nous allons être obligés de réduire notre séjour à dix jours ». Donc moins de temps, plus de travail…
Durant une des explorations lunaires, Tintin aura l’occasion de se mettre en danger pour sauver Milou et c’est Haddock qui lui sauvera la vie. Cela montre que cette notion d’amitié est toujours très forte chez Hergé même quand ses personnages se sont autant éloignés de la bonne vieille terre… Haddock avait été sauvé par Tintin dans l’espace, maintenant c’est l’inverse sur la lune, match nul, enfin pas si nul que cela, c’est encore une grande victoire de l’amitié, le seul sentiment qui semble animer Hergé, euh, non, Tintin…
Mais voilà, depuis que Tintin et Haddock étaient partis de Moulinsart, ils étaient surveillés, espionnés… Cette expédition lunaire intéressait une autre nation… et un espion était à bord. Et à partir de la page 39, le drame se met en place et le danger devient omniprésent… Jorgen, l’espion, a un allié, Wolff, le traître… Dès que l’on apprend la trahison de Wolff on se souvient de certaines scènes d’Objectif lune… Oui, Hergé nous avait tendu des perches mais nous n’avions pas voulu les saisir : comment, Wolff, ce fidèle savant ami de Tournesol, le traître, ce n’est pas possible ! Comment aurions nous pu imaginer qu’il avait le démon du jeu et que tout cela serait la conséquence de ses dettes ?… Cette trahison a d’abord pour effet de permettre à Hergé de distiller son suspens. Les « méchants » veulent repartir pour la terre sans une partie des membres de l’expédition… Puis, une fois que la situation a été retournée par Tintin, la question de l’oxygène devient de plus en plus cruciale : un personnage de plus à respirer, Jorgen, et de multiples délais supplémentaires pour remettre la fusée en état après les tentatives de départ avancé de Jorgen et Wolff…
Le retour va être terrible, enfin surtout pour les nerfs des lecteurs… La fusée, cette fameuse fusée tant admirée, prend d’abord la direction de Jupiter, ce qui n’est pas le chemin le plus court pour rentrer à Moulinsart… En suite, Jorgen, qui était prisonnier avec Wolff, se libère, après une mauvaise manipulation des Dupondt qui décidément ne feront que des bêtises dans cet album… Il veut reprendre la situation en main… Mais au moment où il veut tuer nos amis, Wolff a un dernier sursaut d’honneur et il provoque une bagarre… Un coup de feu éclate, personne ne peu rien n’y faire, pas même Tintin, et Jorgen meurt… Ce n’est pas très courrant, dans les albums d’Hergé, d’avoir des morts, des cadavres. Certes, Tintin n’est pas le tueur, mais c’est assez important pour que nous tentions de comprendre pourquoi les évènements évoluent de la sorte. En fait, Wolff ayant trahi les héros, le bon Tournesol, en particulier, il fallait qu’il puisse se racheter car il n’était pas fondamentalement mauvais, il était plus une victime passive, un lâche mais pas un mauvais. En tuant Jorgen, il le met sur le chemin du rachat. Mais, comme les réserves d’oxygène sont encore très incertaines, ce geste ne suffit pas. Il faut qu’il aille plus loin sur ce chemin de la délivrance de sa conscience et dans cette situation on trouve chez Hergé des relents de visions judéo-chrétiennes de la faute et du pardon. Wolff va donc se suicider pour laisser un peu plus d’oxygène aux autres. Il laisse un message d’adieu : « pardonnez-moi le mal que je vous ai fait ».
Hergé a certainement des difficultés dans sa vie. Les relations avec sa première femme, l’envie de repartir à zéro, de vivre une autre vie, de s’assumer tel qu’il est, de relever la tête après la période d’après guerre où il fut accusé de collaboration, ou plus exactement de sympathies pour l’occupant allemand… Mais peut-on se racheter une virginité ? Non, il le sait bien, Wolff n’a aucune chance de s’en sortir même s’il écrit dans son message « Quant à moi, peut-être un miracle me permettra-t-il d’en réchapper aussi. ». Mais il sait que Wolff va mourir et il ne se fait aucune illusion sur lui… Il souffre de savoir que lui aussi devra un jour mourir et se retrouver devant son destin, assumer tous ses actes… mais, il n’ira pas plus loin dans cet album et quelques années après il commencera une thérapie et nous offrira le magnifique album Tintin au Tibet…
Cet album, On a marché sur la lune, n’est pas le meilleur de la série car une grande partie de l’histoire se déroule dans un volume très restreint : une fusée, un char lunaire, un scaphandre… Il manque à Hergé le champ des aventures qui généralement est limité, et encore, par des frontières… Dès l’album suivant, il enverra ses amis à l’étranger pour des aventures plus classiques. Mais j’aime cette histoire dans une fusée, cette sorte de huis-clos, qui a permis à Hergé de monter qu’il était un véritable auteur pouvant s’adapter à toutes les situations, y compris les plus délicates…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • On a marché sur la lune [Texte imprimé] Hergé
    de Hergé, (Scénariste)
    Casterman / Tintin
    ISBN : 9782203001169 ; 11,50 € ; 31/12/1992 ; 62 p. ; Cartonné
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les aventures de Tintin

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une suite digne de l'épisode précédent

9 étoiles

Critique de Mimi62 (Plaisance-du-Touch (31), Inscrit le 20 décembre 2013, 71 ans) - 2 juin 2021

Cet opus est une digne suite d'Objectif lune.
Tous les critères de qualité s'y retrouvent : le trait, l'organisation du scénario, le rythme, la prospective.
Une nouvelle parfaite réussite.
Il est bien difficile de croire que cet ouvrage a près de 70 ans.
Certes les amateurs de graphisme plus exubérant, de scénario avec scènes de combats, de violence n'y trouveront pas leur comte. Par contre les amateurs de la ligne clair seront en plein ravissement. Pour les amateurs de ce style graphique il me semble indispensable de lire cet ouvrage tant le crayon d'Hergé me semble ici au sommet de son art.
Un régal sans restriction.

Tintin

10 étoiles

Critique de Windigo (Amos, Inscrit le 11 octobre 2012, 41 ans) - 3 mars 2015

Au mois d'octobre 2014, j'avais lu ''Objectif Lune'', la genèse de ce tome-ci. Je me devais de lire cette suite, même plusieurs mois plus tard. Et je ne fus pas déçu.

Dans ''On a marché sur la Lune'', Tintin et ses amis sont maintenant sur notre satellite, en quête de connaissances sur l'astre. Puis Jorgen, un truand qui s'était caché dans la cale de la fusée, tente par tout les moyens d'empêcher Tintin et ses amis de revenir sur Terre.

C'est sûr que cet album contient quelques invraisemblances sur le plan scientifique, mais ce n'est qu'une bande-dessinée, ici l'auteur voulait surtout nous divertir, et non pas nous apprendre comment on fabrique les fusées dans la réalité.

Bref, c'est un bon petit divertissement.

Un tome 2 assez sympa, mais...

7 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans) - 12 mars 2012

...mais, c'est un fait, "On A Marché Sur La Lune" est un "Tintin" moyen. Pas mauvais (si on excepte "Tintin Au Pays De L'Or Noir", aucun n'est mauvais), mais clairement pas un grand cru. On s'amuse assez, jusqu'à l'arrivée des 'méchants' (du méchant, devrais-je dire), qui semble un peu comme un cheveu sur la soupe. Hergé n'avait pas besoin de cette histoire de méchant voulant s'emparer de la fusée pour achever l'album, le simple fait d'envoyer ses héros sur la Lune et de les faire évoluer sur son sol suffisait (ça, plus le suspense du retour difficile de la fusée)...
De l'humour, du suspense, des dessins magnifiques, voilà de quoi en faire un bon album, mais pas un grand album. Le tome précédent, "Objectif Lune", tome 1 de ce diptyque, est nettement plus réussi.
A noter, page 19 (pas la pagination des planches, mais la pagination de l'album), troisième ligne, première case : un dessin assez drôle, très religieux dans l'âme (la posture des Dupondt et de Haddock, en larmes, face à un Tournesol en verve et implorant le ciel de ses mains tendues) !

On a Marché sur la Lune

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 44 ans) - 21 mai 2011

Ce tome est aussi bon que Objectif Lune. Si le premier était très comique, celui-ci est plus en suspense. Il doivent faire face à Jorgen qui veut voler la fusée et ils doivent faire face au manque d'oxygène. Le côté comique est toujours là avec Haddock et les Dupondt. Comme je le disait pour Objectif Lune, Hergé a vraiment été visionnaire lorsqu'il a fait ces deux aventures de Tintin. Plusieurs faits de cet album se sont avérés vrais lorsque les USA sont eux-même allés sur la lune en 1969, 15 ans après le récit d'Hergé.

Divertissant

9 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 5 décembre 2009

Suite à Objectif Lune. Nos héros Tintin, Milou, le capitaine Haddock, le professeur Tournesol et l’ingénieur Wolff partaient pour la Lune dans leur fusée, mais ne donnaient plus signe de vie.

Un épisode qui se laisse lire facilement. La lune offre une bonne toile de fond pour cette aventure. C’était vraiment drôle et comme toujours, la complicité des personnages est belle à voir.

Walking on the moon

10 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 21 octobre 2009

Cela faisait à peu près 30 ans (sans rire !) que je n’avais pas dû relire un Tintin… Je ne cache pas le plaisir que j’ai eu à me replonger dans ces aventures après tant d’années… en grande partie grâce au Monde qui a réédité cet été un double album associant « Objectif Lune » et « On a marché sur la lune » à l’occasion des 40 ans du « premier homme sur la lune ». Je l’ai dégusté telle une madeleine de Proust avec une certaine sensation de vertige face à toutes ces années écoulées… mais en même temps, c’était comme de revoir un vieil ami après une longue période, avec ce sentiment de ne s’être quitté que la veille.

L’histoire est passionnante, et les incohérences scientifiques en dépit du perfectionnisme notoire d’Hergé ajoutent au charme de l’histoire. Les jurons du Capitaine paraissent souvent désuets mais les échanges entre ce dernier et le professeur Tournesol sont toujours aussi drôles. Ce qui reste surtout fascinant, c’est la manière tout de même assez réaliste dont Hergé a anticipé un des plus grands événements du XXème siècle, même si aujourd’hui on n’est pas sûr à 100% qu’il s’est vraiment produit… La BD reste un must de toute façon.

Du coup, cela m’a donné envie de me replonger dans toute la collection… Nostalgie quand tu nous tiens…

Très bon

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 46 ans) - 29 mars 2008

Voilà encore un grand moment,rempli de gags et de suspense, peut-être un peu moins fort, vu que rien de mauvais n'est vraiment à attendre dans cette série et que, vu qu'il s'agit d'une suite, l'effet de surprise est un peu moins fort.
Ca reste un grand moment.

Tintin : 1er Homme sur la lune !

10 étoiles

Critique de Ketchupy (Bourges, Inscrit le 29 avril 2006, 44 ans) - 5 novembre 2006

Revêtez vos combinaisons lunaires, accrochez vos bouteilles d’oxygène, branchez votre émetteur-récepteur radio… et ouvrez grands vos yeux pour vous laisser guider par Hergé dans ce voyage extraordinaire !
On retrouve Tournesol qui, enthousiasmé par ce grand moment scientifique, dispense ses cours de physique et d’astronomie en omettant presque le danger d’une telle expédition ; Tintin dont l’héroïsme est une nouvelle fois mis à rude épreuve, avec son fidèle Milou à qui Hergé donne la parole à bon escient ; Haddock dont le mauvais caractère fait toujours l’objet de situations cocasses ; les Dupondt, en invités surprise, dont les élucubrations ajoutent une dose d’humour que le capitaine n’apprécie guère. Et, pour compléter le tableau, les éternels bandits dont nos héros doivent se jouer une fois de plus.
A lire, à relire et à transmettre de génération en génération…

Forums: Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Tintin (Les aventures de), tome 17 : On a marché sur la lune".