Les fiches les plus visitées ce mois ci

Ce classement est basé sur un compteur de visite remis à zéro le premier du mois en cours.


87.
27 visites
sans couverture

Racontez l'art! Art moderne. Des Fauves aux performeurs de Adam Biro, Karine Douplitzky

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 55 ans)
5 etoiles
ART MODERNE ET (UN AUTRE LIVRE) POUR RIEN?
M. Adam BIRO (*1941), écrivain et éditeur de livres d’art, et Mme. Karine DOUPLITZKY nous proposent ici le deuxième volume de leur série consacrée à l’histoire de l’art, nous présentant cette fois l’art du XXe S. et l’art moderne, du fauvisme aux années 1970. C’est une histoire de l'art originale, remplie d'anecdotes, qui nous invite à entrer dans l'art par...

87.
26 visites
sans couverture

Mercure de Amélie Nothomb

critiqué par Lou - (Bruxelles - 52 ans)
6 etoiles
Comment s'approprier l’amour d’une créature parfaite
Si Amélie Nothomb est constante dans la fréquence de sa production littéraire, elle l'est aussi dans ses obsessions. Une fois encore, ses personnages sont parfaitement monstrueux. Laideur et beauté physiques se côtoient effectivement dans "Mercure", tout comme dans "Attentat". Cependant, le terme monstruosité recouvre ici une deuxième acceptation. Hazel, Françoise et le Capitaine nous révulsent de par leurs actes ou...

87.
26 visites
sans couverture

Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda

critiqué par Leïa - (Montréal - 46 ans)
8 etoiles
Ode à la nature et à la littérature
Quelle belle ode à la nature et à ses habitants. Le vieux, c'est Antonio José Bolivar Poano, un amant de la nature et le seul à pouvoir chasser le félin tueur d'hommes. Du début à la fin du bouquin, on assiste à l'évolution du personnage soit dans sa vie aux côtés des Indiens Shuars, soit dans sa découverte et son appréciation...

87.
26 visites
sans couverture

Au bonheur des dames de Émile Zola

critiqué par Pétoman - (Tournai - 47 ans)
9 etoiles
Waoh
Zola devait être un visionnaire pour ainsi deviner ce qu'allait devenir le monde de la grande consommation par le biais des grandes surfaces. Il nous brosse un portrait remarquable des clients, des vendeurs, du patron Octave Mouret. Ce roman se veut être une description sociale du monde des magasins à travers le parcours initiatique de Denise Baudu qui découvrira les affres...

87.
26 visites
sans couverture

La décharge mentale de Bastien Vivès

critiqué par Hervé28 - (Chartres - 53 ans)
8 etoiles
Irrévérencieux !!
La collection « bd cul » des requins marteaux reste assez inégale, il faut l’avouer. Pour ma part, j’avais, dans les 16 autres titres proposés, seulement craqué pour le jubilatoire « La bibite à bon Dieu » de Bouzard et surtout pour l’irrévérencieux « les melons de la colère » de Bastien Vivès. Bastien Vivès nous offre une nouvelle fois une...

87.
25 visites
sans couverture

Le Dernier Jour d'un condamné de Victor Hugo

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
8 etoiles
Un grand débat toujours d'actualité !
Ce livre a déclenché un véritable chambard à sa sortie ! Les gens étaient scandalisés que l'on pouvait écrire sur un tel sujet ! Quelle faute de goût !. D'ailleurs, Victor Hugo se moque d’eux dans l'introduction de son livre en faisant parler quelques personnages réunis dans un salon. Il y a là un poète, qui ne se veut surtout pas...

98.
28 visites
sans couverture

1984 de George Orwell

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
8 etoiles
Instructif et utile
"1984" est la vision qu'a Orwell d’un monde futur possible. C'est la dictature la plus puissante jamais créée ! A aucun moment de sa vie le citoyen n’échappe aux yeux et aux oreilles du pouvoir en place. La presse est totalement contrôlée, la radio ne connaît que le poste unique et elle est diffusée partout. Ces deux supports ne font que...

98.
27 visites
sans couverture

Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé

critiqué par Monito - (50 ans)
6 etoiles
des olives avides de soleil
Ce roman est l’histoire d’une famille maudite qui de pied de nez en pied de nez au destin échappe à son malheur mais pas à sa destinée. Le style est simple et sobre, les phrases courtes. La terre des Pouilles, décrite comme une espèce d’enfer sur terre, suscite l’attachement et donne à cette partie de l’Italie une image de vérité. De...

98.
27 visites
sans couverture

Femmes de Seine-et-Marne de Albertine Gentou

critiqué par CHALOT - (74 ans)
9 etoiles
Histoires de femmes de Seine et Marne
« Femmes de Seine et Marne » livre d'Albertine Gentou Editions du Puits Fleuri 216 pages septembre 2022 «  Chaque femme est un être qui se cherche en quête d'un idéal jusque dans le quotidien » Elles sont plus de 120 parmi beaucoup d'autres... J'ai suivi avec intérêt l'éclosion de ce livre, œuvre d'une romancière seine et marnaise, féministe. L'auteure a choisi se se plonger dans l'histoire de ce grand département...

98.
26 visites
sans couverture

L'homme au complet marron de Agatha Christie

critiqué par Mademoiselle - (35 ans)
10 etoiles
Mon Agatha Christie préféré
« L’homme au complet marron » est le roman d’Agatha Christie que je préfère car il tient une place à part dans l’œuvre de la « reine du crime » avec « Mr Brown », « Pourquoi pas Evans ? » et aussi « Le secret de Chimneys » même s’il est un peu moins bon. En effet, les détectives,...

98.
26 visites
sans couverture

Millénium, tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg Larsson

critiqué par Kernitou - (Genève - 63 ans)
8 etoiles
Un polar suédois - Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes
Résumé: Chaque année depuis quarante-quatre ans, un vieil homme reçoit à son anniversaire une fleur séchée dans un joli petit cadre, un envoi évidemment anonyme; tous ont été accrochés à un mur de son bureau. Et, chaque année, il téléphone immédiatement à un commissaire à la retraite pour lui confirmer le message reçu. Quel message? De qui? Pourquoi? Mikael Blomkvist est un...

98.
25 visites
sans couverture

Les âmes grises de Philippe Claudel

critiqué par Nothingman - (Marche-en- Famenne - 43 ans)
9 etoiles
Un village en clair-obscur
Ce roman se déroule durant la Première Guerre Mondiale dans une petite ville du Nord-est de la France. Un village épargné par les combats, la ligne de front se situant à quelques kilomètres de là, derrière la colline. On entend les canons tonner dans le lointain, on voit les cohortes de soldats se croiser dans la rue principale. Certains arrivent...

105.
26 visites
sans couverture

Seul l'espoir apaise la douleur de Simone Veil

critiqué par Falgo - (Lentilly - 83 ans)
10 etoiles
Bouleversant et puissant témoignage
Ce livre est la transcription d'un récit fait et enregistré par Simone Veil en 2006 devant la caméra des travaux mémoriels réalisés par La Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle s'y exprime en toute simplicité, dans un langage clair, presque argotique parfois. Elle raconte qu'elle est issue d'une famille juive (Jacob) laïque et républicaine, très opposée à la...

105.
24 visites
sans couverture

Les misérables de Victor Hugo

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 53 ans)
8 etoiles
Les mots me manquent...
Une œuvre magistrale, unique, pleine de douleur et de misère, mais pleine d'espoir et d'amour aussi. Le plus populaire des livres de Victor Hugo est sans conteste un chef d'œuvre. Jean Valjean, Fantine, Cosette, Gavroche, les Thénardier, Javert, Fauchelevent. des noms qui éveillent quelque chose en chacun de nous. C'est que les Misérables sont partout : en film, en pièce de théâtre,...

105.
24 visites
sans couverture

Zadig, ou, La destinée de Voltaire

critiqué par Tistou - (66 ans)
7 etoiles
Contes philosophiques.
Candide, Zadig, même combat. Quand on ne peut s'exprimer explicitement sous peine d'être saisi, emprisonné, ou plus si affinités, on fait comme Voltaire. Zadig, en plus, c'est commode. C'est loin, l'Orient. C'est exotique. Candide devait être plus risqué dans le genre. Alors que lui arrive-t-il à ce pauvre Zadig? Bien des misères quand même puisque quoiqu'il entreprenne, ou quelques décisions...

105.
23 visites
sans couverture

Antigone de Jean Anouilh

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
8 etoiles
La révolte et le pouvoir
Deux mots d'histoire pour qui aurait oublié. Antigone est la fille d’œdipe, ancien roi de Thèbes qui, sans le savoir, avait tué son père, puis épousé sa mère, Jocaste. De Jocaste, il eut deux fils, Etéocle et Polynice, et deux filles, Antigone et Ismène. Œdipe, découvrant ses crimes, se crève les yeux et part errer par les chemins. Antigone l'accompagnera et...

105.
23 visites
sans couverture

Lolita de Vladimir Nabokov

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 53 ans)
8 etoiles
Lol, Lola, Lolita
Lolita aura fait couler beaucoup d’encre. Pour ou contre, je ne suis pas là pour juger, mais pour parler d’une des oeuvres majeures du XXe siècle. Et par la même occasion, d’une histoire d'amour. Peu classique il est vrai, mais une histoire d'amour quand même. Humbert Humbert cherche un coin tranquille pour écrire son bouquin. Il arrive chez Madame Haze, qui...

105.
23 visites
sans couverture

Chemin faisant de Jacques Lacarrière

critiqué par CC.RIDER - (64 ans)
10 etoiles
Le bonheur de mettre un pied devant l'autre...
Parti de l'extrême est de la France, à Saverne, et parvenu à Treilles, tout au sud de l'Hexagone, Jacques Lacarrière a parcouru d'une seule traite plus de mille kilomètres à pied en suivant de petits chemins creux, à la rencontre des gens, des paysages et des régions de notre pays. Au rythme lent de ses pas, il a pris le...

111.
30 visites
sans couverture

Eloge de l'oisiveté de Bertrand Russell

critiqué par Pistache - (Bruxelles - 50 ans)
10 etoiles
Un petit bijou de réflexion intelligente et humoristique à découvrir absolument
Dans ce petit livre de 35 pages, le philosophe Bertrand Russell nous fait l'éloge d'une journée de travail de 4 heures et nous démontre pourquoi le monde tournerait mieux si l'on suivait ce système, quels en seraient les multiples avantages. Ce livre fut publié pour la première fois en 1935 et à part quelques références à la Russie encore sous...

111.
26 visites
sans couverture

Le Mur de Jean-Paul Sartre

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
9 etoiles
Dur mais vaut la peine
« Le mur » est un recueil de cinq nouvelles publiées par Jean-Paul Sartre en 1939. L’auteur a, à ce moment là, trente cinq ans. Il n’avait donc pas encore écrit ses deux livres principaux traitants de la philosophie dite « existentialiste » qui ne sortiront qu’en 1943, pour « L’être et le néant » et 1946 pour « L’existentialisme...

111.
26 visites
sans couverture

Colline de Jean Giono

critiqué par JEANLEBLEU - (Orange - 54 ans)
10 etoiles
Une extraordinaire aventure ...
Giono est, à mon sens, un des plus grands écrivains de langue française. Parmi ses nombreux chefs d'oeuvre figure "Colline" qui est mon préféré. Ce titre est d'ailleurs étrangement absent des critiques sur ce site (où les critiques des autres romans de Giono sont fort intéressantes). Parlons maintenant de "Colline". Ce roman joue sur une ambigüité fascinante : l'homme est-il dominé par la...

111.
26 visites
sans couverture

Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 53 ans)
7 etoiles
Nostalgérie
Un nouveau roman sur la douleur d'un peuple, sur ses valeurs, ses idéaux, ses étrangers qui n'en sont pas toujours, son histoire, son honneur, sa fierté, ses drames et ses espérances. Un très beau livre, plus doux que les précédents, plus nostalgique - "nostalgérique" comme le dit si bien l'auteur. Une très belle histoire d'amitié surtout, plus forte que la vie,...

111.
25 visites
sans couverture

A l'ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
9 etoiles
Un très grand livre !
Ici, la guerre de 14-18 est vue du côté des Allemands et décrite par un très grand écrivain allemand. Ce n'est pas qu’un livre sur la guerre, loin de là ! C'est un livre d’abord sur l’homme et c'est aussi un livre intelligent. Les tranchées, les combats au corps à corps, à la baïonnette, l’incroyable boucherie qu’a été la guerre 14, le...

111.
25 visites
sans couverture

L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

critiqué par Nothingman - (Marche-en- Famenne - 43 ans)
10 etoiles
Es muss sein
Es muss sein, il le faut, disait Beethoven! Il faut lire ce livre, se laisser porter par sa poésie et son message. Un livre duquel on ne ressort pas le même qu'avant. Un livre qui marque! C'est un roman certes mais qui tient tout autant de l'essai. L'histoire de Tereza et de Tomas, une histoire d'amour vécue sous fond de printemps...

111.
24 visites
sans couverture

La Curée de Émile Zola

critiqué par Nirvana - (Bruxelles - 50 ans)
9 etoiles
Maginfique description de sauvages ambitions
Dans le deuxième roman de la série, on retrouve ici les descendants de Pierre Rougon, Eugène, nommé Ministre, et Aristide devenu Aristide Saccard à la mort de sa femme Angèle, qui lui laisse deux enfants, Maxime, en pension, et la petite Clotilde, qui sera envoyée chez son oncle Pascal, médecin de campagne. Sur les conseils de sa soeur Sidonie, véritable entremetteuse...

111.
23 visites
sans couverture

La douleur de Marguerite Duras

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
9 etoiles
Unique de ce genre
Dans « la Douleur », Marguerite Duras décrit la situation atroce dans laquelle elle s'est trouvée à la Libération. Comme beaucoup de personnes, hommes ou femmes, elle a été chaque jour attendre, à la gare d'Orsay, les convois de prisonniers rentrant d’Allemagne. Chaque jour l'espoir est là à l'annonce d'un train venant de là-bas. Chaque jour voir des débris humains, des...

111.
23 visites
sans couverture

Le vieil homme et la mer de Ernest Hemingway

critiqué par Jules - (Bruxelles - 78 ans)
10 etoiles
Un livre exceptionnel
Si vous ne l’avez pas encore lu, un conseil : ruez-vous ! Si vous l'avez lu il y a longtemps, n'hésitez pas : relisez-le. Ce livre est une merveille. Nous sommes à Cuba, et le vieux pêcheur ne prend plus de poissons depuis un bon bout de temps. Le gamin, qui l'adore et l’accompagne toujours, se voit empêché par son père...

111.
23 visites
sans couverture

Tortilla Flat de John Steinbeck

critiqué par Pistache - (Bruxelles - 50 ans)
8 etoiles
Vie et mort d'une amitié...
Steinbeck ouvre son roman sur les mots suivants : « Voici l'histoire de Danny, des amis de Danny et de la maison de Danny. Voici comment ces trois sont devenus une seule et même chose, car, à Tortilla Flat, lorsqu'on parle de la maison de Danny, il ne s'agit pas d’une veille construction de bois mal badigeonnée, disparaissant sous un...

111.
23 visites
sans couverture

Paroles de poilus : Lettres et carnets du Front, 1914-1918 de Collectif

critiqué par Ondatra - (Tours - 41 ans)
8 etoiles
Souvenirs de la Grande Guerre
Cette suite de lettres de Poilus à leurs familles, à leurs parents, à leurs femmes ou leurs fiancées nous replonge au coeur du conflit entre les deux puissances que furent la France et l'Allemagne. On vit avec eux dans les tranchées et on entend les obus passer au dessus de leur tête. Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans, se prénommaient...

111.
23 visites
sans couverture

Acide sulfurique de Amélie Nothomb

critiqué par Alys - (Toulouse - 34 ans)
7 etoiles
Pas si sulfureux
Un nouveau concept de télé-réalité : "Concentration". L'émission consistant à enlever des gens au hasard (ou presque) et à les enfermer dans un camps de concentration dans des conditions de (sur)vie équivalentes à celles des camps de la guerre de 39-45 sous la surveillance de kapos recrutés parmi, semble-il, les plus ignares et les plus ineptes de la société humaine....