La cité des jarres de Arnaldur Indridason

La cité des jarres de Arnaldur Indridason
( Mýrim)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers , Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Biblio, le 8 août 2005 (Inscrite le 1 mars 2005, 55 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 42 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (262ème position).
Visites : 13 712  (depuis Novembre 2007)

Ce n'était rien d'autre qu'un foutu marais...

L'inspecteur Erlendur, un vieux de la vieille à qui on ne la fait plus, est appelé sur une scène de crime et découvre le cadavre d'un vieil homme dans son appartement. Ce crime, au départ "banal", va sortir de l'ordinaire... En épluchant la vie du vieillard assassiné, il découvre un passé peu reluisant. S'agit-il d'un règlement de compte ? Erlendur tente d'en savoir plus mais l'enquête semble s'enliser ... Une odeur pestilentielle émane des marais de Reykjavic. Et cette fameuse Cité des Jarres, qu'est-ce donc ? Un polar angoissant qui vous envoute et vous entraine toujours plus loin ...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Une enquête du commissaire Erlendur Sveinsson

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un premier épisode réussi

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 50 ans) - 10 février 2021

C'est une belle découverte que ce premier épisode de la série concernant le policier islandais Erlendur, qui je l'avoue m'a happé dès les premiers instants.

L'affaire n'a rien de rocambolesque, c'est au contraire plutôt réaliste, le suspense reste longtemps de mise et l'histoire tient réellement toutes ses promesses.

Le personnage d'Erlendur est attachant et n'a rien de caricatural, sa vie personnelle est pour le moment abordée simplement, et l'on présume qu'elle sera développée dans ses futures enquêtes, tant il y a matière à cela.

Pots d’organes et glauquitude

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 66 ans) - 10 octobre 2020

- N’avons-nous pas affaire à un meurtre typiquement islandais ? demanda Sigurdur Oli, entré sans qu’Erlendur le remarque, debout à côté du cadavre.
- Hein ? répondit Erlendur, absorbé dans ses pensées.
- Un truc dégoûtant, gratuit et commis sans même essayer de le maquiller, de brouiller les pistes ou de dissimuler les preuves.
- Oui, oui, répondit Erlendur. Un meurtre islandais, bête et méchant.


Vous voilà prévenus, voilà ce qu’est apparemment un meurtre islandais et cet avertissement est donné rapidement dans le roman ! Bon, heureusement c’est Arnaldur Indridason qui est à la manœuvre et il va bien entendu parvenir à nous produire quelque chose d’intéressant avec ce meurtre typiquement islandais. Car c’est bien par un meurtre qu’attaque La cité des Jarres.
Les fans d’Indridason retrouveront avec bonheur le Commissaire Erlendur, toujours limite dépressif et sa joyeuse ( ?) équipe ; Sigurdur Oli et Elinborg. Ils retrouveront également l’éclatante noirceur de la météo islandaise, la froideur, les paysages désolés, le peu de relations interpersonnelles des islandais (à ce qu’il transparait des romans d’Indridason) … Et j’allais oublier la tête à claques d’Eva Lind, la fille « adulescente » d’Erlendur, junkie aux réactions agressives vis-à-vis de son père. Un bonheur vous dis-je, et pourtant, pourtant on y revient.
Arnaldur Indridason nous fait progresser pas à pas dans la compréhension des faits, en brossant un tableau toujours plus complet de la société islandaise, de ses habitants, et concernant les personnages fictifs en étant d’une précision et d’une cohérence psychologique remarquables.
Je ne vous parlerais pas plus avant de l’intrigue. Il y a enquête, bien sûr, mais les romans d’Arnaldur Indridason parlent en fait davantage de l’Islande et des Islandais. Et passer par le biais du polar me parait une excellente solution pour ce faire !
A noter que les traductions de la série Erlendur n’ont pas forcément été faites dans l’ordre et qu’en réalité c’est le troisième opus Erlendur après deux ouvrages qui n’auraient pas été traduits encore.

Le Roi de Thulé.*

10 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 71 ans) - 7 janvier 2018

Après « La voix » je retrouve enfin, cet auteur à travers « La cité des Jarres » où dans cette enquête, qui se révèle être, aussi visqueuse qu’une marée noire, ne laissant que bien peu de lumière filtrer dans cette contrée où le soleil brille par son absence, et où Erlendur, englué jusqu’au cou, ne parviendra que très difficilement à mettre à jour…

Pluie Noire !

8 étoiles

Critique de Pakstones (saubens, Inscrit le 2 septembre 2010, 56 ans) - 1 mars 2016

T'es prêt mec, alors assis toi et ose me lire !!!

C'est l'histoire d'un flic bourru, alcoolique, sans cœur ni remords, un gars normal quoi, dans un pays où le froid te glace le sang, où la pluie ne cesse de tomber, la nuit dans une éternité noire ..... l'Islande.

C'est l'histoire d'une fille, droguée, en mal de vivre, en pleine crise d'adolescence ..... sa fille.

C'est tout ?
Nan !

C'est toute une histoire dans ce roman noir, une enquête sur un meurtre d'un violeur, tout à fait banal et ordinaire, vengeance ??? , règlement de comptes ???
Non, tu n'y es toujours pas.

Indices :

Trafic d'organes dans cette foutu cité de jarres.
Maladie génétique transmissible au point de te foutre un cancer du colon, dont on ne guérit pas.

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir ....

Tu connais la chanson sucker, mais sûrement pas le dénouement.

Alors, connaîtras-tu ton sort à la fin de ces pages crasseuses et gluantes ?

Allez, un petit effort, crache encore un peu de tes entrailles, Indridason ne veut que ton bien ....
Que tu sombres dans les ténèbres avec son héroïne Erlendur.

AH...... Je suis lui !!!!

Cancer assassin

5 étoiles

Critique de Homo.Libris (Paris, Inscrit le 17 avril 2011, 56 ans) - 20 juin 2015

Merci à ceux/celles qui ont laissé leurs impressions ici sur ce roman et m'ont donné envie de le lire et, du même coup, de découvrir cet auteur que je ne connaissais pas.
Plutôt une bonne découverte.
Sur la forme, c'est bien écrit (enfin, comme je ne parle pas l'islandais, cela veut dire que la traduction est agréable à lire, mais je suppose que cela signifie que l'original est correctement écrit !) et justement organisé. Sur le fond, Arnaldur Indridason s'inscrit dans la lignée des James Ellroy, en moins abstrus et moins torturé. L'intrigue est linéaire, sans surprise, mais tout se tient parfaitement, et est justement décrit, même si l'enquêteur n'échappe pas à quelques clichés des polars de cette veine.
Bref un polar sympa, mais qui reste un polar, ce qui explique seulement 2 étoiles et demi.

Réalités sans fard

6 étoiles

Critique de Isad (, Inscrite le 3 avril 2011, - ans) - 9 mai 2014

Un commissaire un peu autocrate qui n’explique pas à ses collaborateurs les raisons de mener l’enquête dans telle ou telle direction, des personnes qui parlent au téléphone sans formule de politesse, un inspecteur abrupt et un peu maladroit dans ses interrogatoires féminins et une inspectrice plus humaine dans ses relations aux autres forment le trio de l’enquête au sujet de la mort d’un vieil homme, frappé par un cendrier. Sa vie et l’anomalie génétique dont il est porteur sain vont permettre de retrouver l’auteur du geste fatal. Du côté personnel, la fille du commissaire qui se drogue lui apprend qu’elle attend un enfant et veut plus ou moins décrocher. Elle l’aide à résoudre la disparition d’une jeune mariée.

Au passage, l’auteur égratigne la sécurité concernant le programme national de données ainsi que les prélèvements sauvages d’organes à l’hôpital et dans les morgues pour les besoins de l’université et des recherches.

Il s’agit d’un livre brutal, qui montre aussi bien les capacités de résilience face au traumatisme du viol que l’absence totale d’empathie de certaines personnes.

IF-0414-4222

La cité des jarres

8 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 43 ans) - 1 août 2012

J'ai bien aimé cette première expérience avec l'auteur Arnuldur Indridason. Tout au long du livre, je me demandais où allait cette intrigue. Lorsque tout s'est mis en place, j'ai finalement compris. J'ai trouvé le roman très sombre mais très bon.

Un vrai "roman" policier.

9 étoiles

Critique de Helitsa (, Inscrite le 22 juillet 2012, 35 ans) - 23 juillet 2012

Plus que du polar, les livres d'Indridason méritent, enfin le nom de "roman" policier.
Intrigue bien ficelée, personnages charismatiques.
Et véritables histoires, le roman au sens premier du terme.
Un tableau de la société, souvent sordide mais sans effusion de sang et d'horreur ; juste l'horreur ordinaire, en somme.

Un bémol : les intrigues sont souvent construites sur le même canevas. Elles montent en puissance, avant de montrer au lecteur un démêlement simple, des crimes de la vie ordinaire.
Mais la surprise est toujours identique, et on en redemande !

Découverte

8 étoiles

Critique de Marlène (Tours, Inscrite le 15 mars 2011, 45 ans) - 3 juin 2012

Cela faisait un moment que je me disais que je devais lire la saga d'Erlendur . Premier livre , première enquête , et premier auteur Islandais que je lis . J'ai bien aimé Erlendur , personnage torturé qui a bien du mal avec sa fille Eva . J'ai bien aimé les moments avec entre eux d'eux
L'histoire était touchante bien qu'un rien classique et qu'elle se conclue trop vite à mon goût . Et que , franchement , dans les thrillers , ce que les femmes peuvent prendre ... Mais c'est un premier tome , je lis donc le deuxième

Mélancolie islandaise

6 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 62 ans) - 9 avril 2012

Ce n’est pas un suspense insoutenable ou une véritable recherche du coupable qui fait l’intérêt de ce roman, mais une sorte de mélancolie sous-tendue par le caractère de son inspecteur et par le climat islandais qui accompagne toute cette enquête assez sombre. Cela commence doucement comme beaucoup de polars avec la découverte d’un cadavre. Presque la routine pour l’équipe arrivée sur place. Heureusement, la détermination sans faille d’Erlendur nous conduit vers des implications bien plus profondes et tortueuses pour notre plus grand plaisir. Je ne suis pas un très grand spécialiste du genre mais l’ambiance qui se dégage de ce livre me pousse à continuer à suivre le destin de ce flic islandais et de sa fille Eva Lind.

Une île si tranquille ....

8 étoiles

Critique de Mcspirk (, Inscrit le 28 décembre 2011, 65 ans) - 29 décembre 2011

C'est le quatrième ouvrage d'Indirdason que je viens de lire et celui que j'ai le plus apprécié. Oui, le dénouement est prévisible quoique j'apprécie de découvrir ce qui amène à la découverte de ...
Les personnages sont bourrus, d'un tact psychologique probablement rudimentaire à nos yeux de non-Islandais.
Côté dépaysement, c'est très fort et quoique la description du climat soit un peu glauque, ça donne envie d'aller visiter ce pays (non, non, je ne suis pas maso !) et il doit y avoir là une façon de vivre déconcertante.

Reproche (tout de même) : la répétition au fil ds romans de ses relations difficiles avec ses enfants, de son divorce, de la perte de son frère.

Le Maigret Islandais

8 étoiles

Critique de Le_squasheur (Paris, Inscrit le 16 décembre 2011, 47 ans) - 16 décembre 2011

Lire les bouquins d'Indridason c'est un voyage en Islande. Une Islande coupée du monde, pas très engageante, pas très sexy, pas très moderne. Du coup, on est content que le voyage ne soit que virtuel... Mais quelle ambiance ! Ca ne parle que de pluie, de personnages désabusés, de froid, d'hiver dantesques, de crimes horribles et pourtant ça se lit d'une traite.
Certes les enquêtes ne sont pas follement originales et sans suspense. Le dénouement se devine bien avant la fin. Mais ce n'est pas le but, ce n'est pas du Granger.
Erlendur c'est le Maigret islandais !

du très bon polar

8 étoiles

Critique de Gardigor (callian, Inscrit le 27 avril 2011, 45 ans) - 14 décembre 2011

Merci indridason pour ce nouveau polar.
Après "la femme en vert" je suis toujours autant pris par cette écriture islandaise et surtout ces chemins croisés tout au long d'une intrigue bien ficelée.
A consommer sans modération

Gris Islande

8 étoiles

Critique de Frankgth (, Inscrit le 18 juin 2010, 52 ans) - 19 septembre 2011

L'inspecteur Erlendur Sveinsson est comme son Islande, rude au premier abord. Et sa vie compliquée avec notamment 2 enfants qui lui causent bien du souci n'est certainement pas là pour lui apporter le rayon de soleil qui pourrait le sortir de sa grisaille. Il se plonge donc à corps perdu dans une enquête peu intéressante au premier abord, mais ce qui ressemblait à un simple crime crapuleux va rapidement prendre une tournure bien plus sordide.

Une chose est sûre, cette première enquête (en Français) ne donne pas forcément envie d'aller passer ses vacances en Islande. Une pluie incessante, une population apathique, une jeunesse désabusée, on est loin de la carte postale. Mais l'auteur ne cherche pas à nous vendre son pays. Il se sert plutôt de cette enquête pour nous exposer ses problèmes et nous faire comprendre que comme pour son personnage principal, il ne faut peut-être pas s'arrêter à la première impression.

Personnellement même si l'enquête n'est pas exceptionnelle, la personnalité d'Erlendur et la bonne intégration à un pays méconnu m'ont intéressé et m'amèneront probablement à lire la suite intitulée La Femme en Vert.

Plaisant...

7 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 43 ans) - 1 août 2011

L'univers du livre est noir et pluvieux. L'histoire que l'on découvre au fil des pages est sombre et malsaine. L'auteur reste toujours en retenue pour ne pas entrer dans les détails qui entraîneraient le récit dans le glauque. Cependant ce manque d'implication m'a laissé un peu en dehors de l'histoire et j'ai donc eu du mal à ressentir toute la dramaturgie de cette enquête.
Finalement la lecture est extrêmement agréable, le style est très plaisant, les personnages principaux sont intéressants mais j'ai peur que ce livre ne s'ancre pas dans ma mémoire.
A suivre...

Enfin un bon roman policier!

9 étoiles

Critique de Mademoisellemily (Quebec, Inscrite le 21 juin 2011, 35 ans) - 21 juin 2011

En général, je trouve les romans policiers dépourvus d'intérêt, mais comme je compte visiter l'Islande, j'ai voulu lire un livre plus récent que les sagas islandaises du Moyen âge, alors j'ai essayé celui-ci. J'aime beaucoup le réalisme de cet auteur, et aussi le fait qu'il s'abstient d’exagérer ou de 'glorifier' la violence et les meurtres, mais il les dépeint plutôt avec ce qui me semble être un certain dédain. Le personnage d'Erlendur est attachant malgré ses mauvaises habitudes et son cynisme, et ceux qui gravitent autours de lui le sont également. Ça me semble approprié comme représentation des enquêteurs et autres employés dans ce domaine, contrairement à plusieurs autres que j'ai lues. L'intrigue est excellente, et il y a un bon suspense qu'il garde jusqu'au tout dernier moment. J'ai lu tous ses autres romans, et celui-ci est mon favori!

La mode nordique

6 étoiles

Critique de Seb (, Inscrit le 24 août 2010, 45 ans) - 27 avril 2011

Les polars nordiques sont dans le vent et force est de constater qu'à part des noms propres tout simplement imprononçables, le style est bien présent. J'ai découvert l'auteur par ce livre et j'ai été plutôt séduit dans l'ensemble.
Plus précisément, j'ai trouvé le démarrage de l'enquête un peu long et la fin trop prévisible mais j'ai apprécié la retenue de l'auteur dans les scènes de violence et la psychologie des protagonistes.
Le roman se lit vite, c'est donc qu'il est efficace.

Un bon polar

8 étoiles

Critique de Gabri (, Inscrite le 28 juillet 2006, 36 ans) - 19 mars 2011

Avec une enquête prenante, intelligente, remplie de suspense et de moments noirs, en évitant le piège des excès de violence et de rebondissements qui viennent gâcher le cours de la lecture et en racontant le tout à travers un personnage principal attachant qui a lui aussi son histoire, l’auteur est indéniablement parvenu à m’accrocher à sa série. J’ai passé un très bon moment, que je répèterai assurément avec la suite des aventures d’Erlendur…

Erlendur,encore et encore !!

9 étoiles

Critique de Valadon (Paris, Inscrite le 6 août 2010, 41 ans) - 19 février 2011

Comment fait Arnaldur Indridason pour raconter dans ses romans des histoires abominables sans jamais tomber dans le sordide ou la surenchère? Dans chacun de ses polars,il dénoue les fils des tragédies qui touchent les protagonistes avec dignité,humanité,et avec une vraisemblance psychologique qui transcende le genre du polar meurtre-enquête-suspects-arrestation.
L'enquête est captivante et troublante.Les relations entre Erlendur et sa fille sont bien développées.J'aime cet aspect des romans d'Indridasson : le personnage de l'enquêteur est touchant,original,on en apprend un peu plus sur lui à chaque tome,et même si l'ensemble reste très sombre,il n'y a pas cet aspect dépressif qui rôde en permanence dans les romans de Mankell (puisque les deux auteurs sont souvent comparés)
En résumé,un polar génial.

Epatant Indridason

9 étoiles

Critique de GiLau (Annecy, Inscrite le 18 septembre 2010, 60 ans) - 16 février 2011

J'ai beaucoup aimé le déroulement de l'action de ce livre : tout est bien pensé par le "Maître du Polar islandais". Une fois de plus, Le sujet est sombre et on veut connaître la fin de l'histoire à tout prix.
Pour moi, le meilleur d'Indridason, mais je ne les ai pas encore tous lus...

indri...dason !

9 étoiles

Critique de Pat (PARIS, Inscrit le 21 mars 2010, 58 ans) - 10 juin 2010

Les conséquences tragiques d'un double viol .
Une histoire qui peut paraitre crédible , un "indridason" qui ressemble aux autres de ses livres . Ses histoires et les enquêtes de l'inspecteur Erlendur ont tendance à se ressembler .
Dans celle-ci , on peut regretter le fait de deviner assez tôt l'identité du meurtrier .
Indridason reste malgré tout une valeur sûre du " polar nordique".

Une atmosphère si sombre

8 étoiles

Critique de Valeriem (, Inscrite le 21 mars 2010, 47 ans) - 22 mars 2010

L'atmosphère est si sombre dans ce roman qu'on frôle la suffocation. Loin d'être un défaut, ce talent d'évocation se retrouve rarement chez d'autres auteurs. Sans conteste, Arnaldur Indridason est un grand nom. Le deuil, la mort, l'enfance perdue... Rien ne nous est épargné.

ADN en folie

10 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 74 ans) - 16 janvier 2010

Un meurtre associé à une sombre histoire de filiation vient troubler l'existence de l'inspecteur Erlandur et de ses fidèles acolytes Sigurdur Oli et Elinborg. Un cerveau prélevé sur un cadavre vieux de 40 ans et une odeur tenace de pourriture sur la scène de crime vont conduire nos enquêteurs à remuer la fange d'une Islande s'apprêtant à entrer doucement dans le long hiver boréal. Bien des personnages vont être bousculés par un Erlandur en colère mais décidé à aller jusqu'au bout de ses intuitions et la vérité finira par éclater. Une atmosphère très "gore" pour un polar réaliste qui nous fait découvrir la face cachée de la "tranquille" cité de Reykjavik. C'est le premier volume des célèbres enquêtes du commissaire Erlendur Sveinsson, qui n'est encore qu'inspecteur dans celui-ci, et c'est déjà un petit chef-d'oeuvre. A déguster sans se priver...

A découvrir

9 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 30 août 2009

Pas grand chose à rajouter aux critiques, c'est un bon polar social, on s"attache à l'inspecteur, très humain, l'intrigue est bien menée, de plus j'ai découvert un peu l'Islande.

un polar très convaincant

6 étoiles

Critique de Lebowskijeff (paris, Inscrit le 19 mai 2009, 48 ans) - 22 mai 2009

La traduction française rend bien. On rate sans doute quelques subtilités mais l'histoire très cohérente nous permet, entre autre, de voyager en Islande, d'envisager les mentalités présentes et passées. Le commissaire qui mène l'enquête est un personnage très attachant et les enchainements sont bons. Les noms sont assez inhabituels et il faut bien suivre pour s'y retrouver.
Au passage, après avoir lu le bouquin, j'ai vu l'adaptation ciné en VO STF et...je n'ai pas accroché du tout avec l'adaptation, j'ai envie de dire comme souvent. Le film ne m'aurait pas donné envie de lire le polar.

Bon polar

7 étoiles

Critique de Cyrus (Courbevoie, Inscrit le 3 novembre 2008, 45 ans) - 18 mai 2009

J'ai apprécié l'ambiance générale et le cadre, souvent sombre voire sordide, dans lequel se déroule cette enquête. La psychologie du héros est assez bien fouillée.
L'intrigue m'a tenu en haleine durant les deux premiers tiers de l'histoire. En revanche, plutôt déçu par le dernier tiers pendant lequel il n'y a plus vraiment de rebondissements... on a déjà tout compris ou presque et on ressent donc un certain essoufflement. C'est ma première expérience de cet auteur et je n'en resterai probablement pas là.

et le polar se fait... bouleversant !

10 étoiles

Critique de C.line (sevres, Inscrite le 21 février 2006, 45 ans) - 8 février 2009

Alors oui Arnaldur Indridason utilise les rouages classiques et déjà usés du polar.
Mais la pépite qu'est ce roman ne se révèle pas dans l'exercice de style mais bel et bien dans l'histoire.

La cité des jarres est une recette de cuisine réalisée au gramme près et c'est succulent
tout est mélangé avec subtilité : c'est violent, noir, troublant, tendre, douloureux, émouvant, triste et à aucun moment l'un ou l'autre de ces ingrédients ne prend le pas sur l'autre.

Personnellement j'ai été bouleversée. Et c'est bien la première fois qu'un roman noir me laisse une larme au coin de l'oeil après la dernière phrase

J'en redemande

Insondable parfum d'horreur

10 étoiles

Critique de Laurent63 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 48 ans) - 26 décembre 2008

Ce livre est sans aucun doute un des meilleurs polars que j'ai lu. L'auteur nous plonge dans l'horreur la plus absolue qu'il puisse exister, et malheureusement les amateurs comme moi s'en délectent. J'avais commencé les aventures de l'inspecteur Erlendur avec "la femme en vert" et je n'avais pas été déçu, mais là c'est le comble du chef d'œuvre. L'ambiance est glauque et profondément noire, mais elle nous mène dans une histoire terrible qui fascine. J'ai dévoré ce livre et apprécié son contenu, je le recommande vivement aux amateurs de sensations fortes, du grand roman policier...

Moment de détente, mais...

6 étoiles

Critique de Matt033 (, Inscrit le 25 mai 2005, 45 ans) - 22 décembre 2008

On passe un bon moment mais rien d'exceptionnel à mon goût.

L'intérêt principal du livre réside dans la personnalité de l'inspecteur Erlendur et de la description de cette île qui nous parait être en ciel et terre.

Foutu marécage !

9 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 62 ans) - 6 septembre 2008

Le cinoche nous annonce une adaptation prochaine à l'écran d'un polar de l'islandais Arnaldur Indridason : La cité des jarres (ce sera Jar City au ciné).
On ne pouvait donc laisser passer cette occasion de ressortir des étagères le bouquin en question, lu il y a maintenant quelques années, avant même ce blog, un des premiers polars d'Indridason, sur les conseils avisés du vendeur de la librairie ...
Une belle occasion qu'il ne fallait pas manquer : le bouquin est toujours excellent.
Comme dans toutes les histoires mettant en scène l'inspecteur Erlendur, ça démarre loin dans le passé.
Un passé d'où ressurgissent d'affreux drames.
Il y a 40 ans une sordide affaire de viol s'est soldée par une enquête de police bâclée (c'est peu dire), par la naissance d'une petite fille, par la mort de la petite 4 ans plus tard d'une tumeur au cerveau et finalement par le suicide de la maman 3 ans plus tard.
40 ans après l'affreux bonhomme à l'origine de tout cela est retrouvé assassiné chez lui.
Ce pourrait être une simple histoire de vengeance tardive bien sûr.
Mais ce serait beaucoup trop simple pour Erlendur, surtout quand l'affreux bonhomme assassiné ... ressurgit !
C'est peut-être un des romans les plus noirs d'Indridason. Il en a pourtant écrit des durs comme sait l'être la terre d'Islande (La femme en vert, par exemple). Mais celui-ci baigne dans une poisse toute polaire.
Il pleut d'ailleurs tout au long du bouquin.
[...] La pluie cinglait la voiture et Erlendur, qui ne suivait pas le bulletin météo, se demanda si elle allait s'arrêter un jour. Peut-être s'agissait-il d'une version abrégée du Déluge, pensa-t-il en lui-même en regardant à travers la fumée bleutée de la cigarette. Il n'était peut-être pas inutile de laver les péchés du genre humain de temps à autre.
Ou encore quelques pages plus loin :
[...] C'était tôt dans la matinée. Dehors le temps était couvert, il tombait une fine bruine et l'obscurité de l'automne se blottissait contre la ville, comme pour confirmer que l'hiver arrivait à toute vitesse, que les jours raccourcissaient encore plus et que le temps se refroidissait. On disait à la radio qu'on n'avait pas connu d'automne aussi humide depuis plusieurs dizaines d'années.
Dans cette sombre ambiance, Indridason et son inspecteur fantasment toujours autant sur les disparitions îliennes (comment donc peut-on disparaître sans laisser de trace sur une petit île comme l'Islande) :
[...] - Au cours des années 70, l'année de la disparition de Grétar, treize personnes ont disparu, précisa Elinborg. Douze dans les années 80, sans compter les hommes morts en mer.
- Treize disparitions, demanda Sigurdur Oli, est-ce que ça ne fait pas un peu beaucoup ? Aucune n'a été élucidée ?
- Elles ne cachent pas obligatoirement un crime, commenta Elinborg. Les gens disparaissent, s'arrangent pour disparaître, souhaitent disparaître, disparaissent.
Ou encore, un peu plus loin :
- Je ne me rappelle aucun exemple de ce genre, dit Erlendur.
- De quel genre ? demanda Sigurdur Oli.
- D'un homme qui refasse surface après toute une vie. Quand quelqu'un disparaît en Islande, c'est pour toujours. Il n'y a jamais personne qui revienne des dizaines d'années plus tard.
Jamais.
Brrrrr... à lire par un sombre jour d'automne, un jour de pluie de préférence.
Pour corser le tout, en marge de son enquête, Erlendur le père divorcé se retrouve aux prises avec sa junkie de fille, Eva Lind.
Ce qui nous vaut de très belles pages.
Si avec ces quelques mises en bouche vous n'êtes pas encore convaincus qu'il vous faut partir séance tenante à la découverte de cette fameuse cité des jarres ...
Car oui, elle existe bel et bien cette cité des jarres. Et pour de vrai dans la vraie vie.
Enfin dans la vie islandaise bien sûr.
On trouvera sur le web quelques propos sur cette fameuse cité des jarres islandaise, propos qu'on peut lire avant le film mais qu'il vaut mieux éviter avant le bouquin pour ne pas trop en dévoiler et garder le plaisir du mystère.
Espérons que le film sera à la hauteur du roman. Mais c'est un film réalisé par un islandais, alors ça promet !

Un bon polar délassant

6 étoiles

Critique de Pandorette (Bruxelles, Inscrite le 26 mars 2007, 45 ans) - 24 juillet 2008

N'étant pas fan des romans policiers, je peux dire que j'ai aimé ce policier qui se lit très facilement. Le suspens tient bien la route mais avec un peu d'imagination, on peut à l'occasion supposer ce qui va suivre.. Moment de détente.

Effectivement...

7 étoiles

Critique de El grillo (val d'oise, Inscrit le 4 mai 2008, 49 ans) - 2 juin 2008

.. c'est du bon polar. Noir, voir très noir, il n'y a pas grand chose de rose dans l'environnement de ce pauvre Erlendur. L'enquête, les gens s'y raccordant, sa propre fille, le temps aussi s'y met, non, vraiment ce n'est pas gai d'être un flic en Islande...
Après, il y a l'enquête. J'ai l'ai trouvé vraiment classique au final. Pas de grandes surprises mais assez d'intéret dans les personnages pour éveiller le mien, d'intéret.
On se demande vraiment pourquoi ce flic prend cette direction quand il s'agit de son enquête, et puis, tout devient plus limpide en milieu de récit, quand l'auteur nous révelle deux trois trucs. C'est assez habile pour le coup, et cela maintient en éveil ma lecture.
L'histoire m'a accroché, les personnages également, même si j'aurai souhaité un peu plus de profondeur dans les secondaires. Question reproche, pas beaucoup d'info sur l'Islande, l'action aurait pu se passer à Mantes la Jolie que ça n'aurait pas changé grand chose, mais bon, peut être que la suite, dont je me chargerai à coup sur dans mes prochaines lectures, m'éclaircira un peu plus !

Très bon polar

7 étoiles

Critique de Critique (Trets, Inscrite le 9 novembre 2004, 62 ans) - 22 mai 2008

Rien à rajouter à tout ce qui a déjà été dit. Ce polar se lit presque d'une traite. Les plus : la découverte de l'Islande, le caractère très particulier de l'enquêteur qui apparaît davantage comme un anti-héros, le clou de l'histoire (que je n'ai pas découvert à la moitié du livre...) et l'ambiance en général. Très bonne détente.

Bonne découverte

9 étoiles

Critique de Wakayoda (, Inscrite le 12 septembre 2007, 42 ans) - 25 mars 2008

L’auteur est une grande découverte pour moi. L’intrigue est intéressante même si la fin ne devient plus une surprise à partir de la moitié du livre (on se doute largement de qui est le meurtrier). On est tout de même attachés à l’histoire. On assemble peu à peu les indices qui sont donnés, on découvre comment les inspecteurs évoluent au cours de l’enquête… L’énigme est très prenante.
Les personnages sont très humains surtout Erlendur qui est souvent ému du sort des victimes. C’est d’ailleurs ce qui le fait avancer dans l’enquête. Il essaye de connaître les coupables pour mieux les cibler et appréhender des caractéristiques de leur personnalité.
Ce roman est un polar noir, sombre sans une ombre de gaieté (même pas de jolie fille pour notre policier) Une fin triste mais ce livre est captivant, on dévore ce livre assez court très rapidement.

Meurtre, filiation, transmission...

8 étoiles

Critique de Amanda m (, Inscrite le 10 janvier 2008, 55 ans) - 18 janvier 2008

Famille, héritage génétique, historique, psychologique, transmission, mémoire, Indriasson propose ici un fort bon polar, mené tranquillement mais sans désintérêt aucun, bien au contraire. Le tout en nous faisant visiter l'Islande, ses moeurs, l'apparente placidité des habitants mais aussi leur droiture et leur honnêteté.

Prix Mystère / Cœur Noir / Clé de verre

9 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 53 ans) - 9 octobre 2007

Peu de choses à rajouter au concert d’éloges. Pour ma part, je préfère cet auteur à Mankell. L’intrigue est plus resserrée et ne s’égare pas dans des pistes inutiles. C’est du polar social qui garde son tranchant. Évidemment, le nom des personnages en islandais nécessite un certain effort. Rassurez-vous, on s’oriente facilement. Un nouveau venu et déjà un incontournable dans le genre.

Je suis LUI

8 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans) - 27 janvier 2007

Efficace, sans effets de manche inutile avec un héros quelque peu désabusé et en proie à des soucis, à l'image d'ailleurs de Kurt Wallander chez Mankell ou de Harry Bosh chez Connelly. Un type humain et attachant, pas un surhomme, mais un policier qui doute et s'interroge beaucoup. J'ai aimé cette histoire et surtout la sensibilité avec laquelle l'auteur aborde des thèmes délicats comme le viol ou le détournement d'organes et la génétique. Pas de violence gratuite ou de scènes d'action inutile, tout semble mesuré, pondéré et c'est qui fait, entre autres, le charme de cette série. Pas de pirouettes faciles non plus pour justifier telle ou telle découverte, beaucoup de cheminement cérébral et c'est ce que j'aime dans les polars, en particuliers les auteurs nordiques qui préfèrent (en général) faire marcher la tête plutôt que les gros bras. Il y a de l'humour, un bon sens de l'autodérision ("meurtre bête et méchant très islandais"), un climat pourri, des questions qui interpellent (le décodage du génome islandais), bref un tas d'éléments qui m'ont plu chez Indridason. C'est bien plus q'un polar et c'est... à lire!

Excellent

10 étoiles

Critique de CHOUPINET (, Inscrit le 21 octobre 2006, 56 ans) - 21 octobre 2006

Après avoir lu de nombreux Hennig Mankell, j'ai pris ce roman un peu au hasard. Les deux auteurs sont nordiques et leurs héros se ressemblent comme deux gouttes d'eau : un homme solitaire, désabusé par son métier et la vie en général, mélancolique à souhait, flanqué d'un fille avec laquelleles rapports sont conflictuels. L'intrigue est très bien construite mais les personnages secondaires sont, au contraire d'un Mankell, quasi inexistants : on sait très peu de choses sur Sugurdur Oli et sa collègue ainsi que sur Marion Briem.

Bon roman policier à lire

8 étoiles

Critique de Ediane (Yvelines, Inscrite le 5 juin 2006, 51 ans) - 19 juillet 2006

J'ai bien aimé ce roman policier, dont l'intrigue est parfaite, intéressante, parfois râgoutante sur certains passages notamment à la morgue. Mais ce livre est passionnant à lire, le personnage principal, Erlendur, est bien décrit même s'il a eu des hauts et des bas dans sa vie.
L'Islande est parfaitement décrite aussi, j'ai découvert certaines choses que je ne connaissais pas de ce pays.
Je conseille à tout le monde de lire ce roman, vraiment très prenant.

un bon roman.....policier

8 étoiles

Critique de Domreader (Ile de France, Inscrite le 25 janvier 2006, 63 ans) - 19 mars 2006

C'est à la fois un bon polar et un bon roman, c'est assez rare pour qu'on le mentionne ! Il est bien écrit sans effets faciles de violence et de sadisme et pourtant il y en a de la violence dans ce récit, et du sadisme et beaucoup de choses peu ragoûtantes. La violence et l'criture sont très maîtrisées et contenues. Quand à l'inspecteur Erlendur, il est vraiment dans la tradition actuelle : un vieux de la vieille, très humain, très surmené, mal payé et mal nourri, dont la vie personnelle a tourné au fiasco.

A lire

9 étoiles

Critique de Kinsey (, Inscrite le 30 novembre 2005, 49 ans) - 30 novembre 2005

J'ai lu ce livre car il est en lice pour le prix des lecteurs du festival du polar de st quentin en yvelines
je n'ai pas été déçue. c'est vraiment un bon polar avec le personnage de l'inspecteur dans la plus pure tradition nordique à mon sens

Forums: La cité des jarres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La cité des jarres".