Walking Dead, Tome 2 : Cette vie derrière nous de Robert Kirkman (Scénario), Charlie Adlard (Dessin)

Walking Dead, Tome 2 : Cette vie derrière nous de Robert Kirkman (Scénario), Charlie Adlard (Dessin)
(Walking dead)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Sci-fi & fantastique

Critiqué par Numanuma, le 15 mai 2011 (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 49 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 9 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 515ème position).
Visites : 5 111 

Killed by Death

Attention, cette série est bien plus fascinante et dangereuse que prévue : après lecture de ce deuxième volume de la série, qui en compte aujourd’hui treize, j’ai rêvé que j’étais dans une situation identique à celle des protagonistes de cette histoire : seul vivant dans un monde peuplé désormais de morts qui ne veulent plus mourir. Et croyez moi, si à la lecture de la BD on peu s’imaginer des trucs, genre, dans le même cas, je ferais ceci ou cela, en rêve, c’est beaucoup plus effrayant au point où j’ai ressenti une forme d’angoisse pendant mon sommeil. Heureusement, mon fils est un gourmand qui mange tôt et il m’a tiré du sommeil. Merci fiston !
Résumons. Un groupe de vivants tente de survivre tant bien que mal dans ce monde dévasté. Parmi eux, Rick, flic, devenu malgré lui le chef de la petite troupe. Avec lui, sa femme, Lori, son fils, Carl et ses compagnons d’infortune : Glenn, Dale, Allen, sa femme et ses enfants et Andréa. Le groupe a déjà perdu plusieurs membres quand commence ce volume. Heureusement, alors que Rick et ses amis dégagent la route encombrée de cadavres de voitures pour laisser passer le camping-car de fortune dans lequel voyage la petite troupe, il tombe sur Tyreese, sa fille, Julie et son copain, Chris.
Le besoin de trouver un abri sûr, d’obtenir des vivres, de dormir dans un lit, des choses simples et normales dans une société moderne comme celle des Etats-Unis, qui donne son cadre à la BD, deviennent des luttes de chaque instant avec la mort, ou la non-mort si l’on suit la logique de la série, en cas d’échec. C’est un peu le même esprit que certains films de zombies de Georges Romero.
Il est monnaie courante de voir dans les œuvres d’art des reflets de la société dans laquelle l’artiste vit. La lutte quotidienne que je viens de dire précédemment est valable pour un grand nombre de personnes aux USA tant la pauvreté y est grande. Les Etats-Unis sont peut-être le pays où tout le monde peut réussir mais l’échec y est interdit. Il n’y a que dans les films que l’on croise le généreux mécène qui remet le pauvre héros sur les rails de la réussite…
Bref, quelqu’un de plus compétent que moi peut s’atteler à une lecture de ce genre, je vais me contenter de lire cette BD comme une aventure commune dans laquelle la présence terrifiante, il est vrai, des zombies, n’est qu’un prétexte. Le véritable intérêt de la série tient dans l’évolution des personnages dans un contexte extraordinaire.
Le personnage de Rick est le plus emblématique : il n’a pas les épaules pour le job qui lui est imposé. C’est sûrement un bon flic mais il n’est pas taillé pour la situation. Il s’adapte.
L’adaptation… Si l’on veut absolument chercher une signification profonde à cette BD, alors pourquoi pas celle de l’adaptation de l’Homme à son environnement quand, tout à coup, il n’en est plus le maître ? Dans un tel contexte, la future paternité de Rick, loin d’être un symbole de renouveau, une joie naturelle, est un fardeau supplémentaire à venir.
La rencontre providentielle avec le fermier Herschell est révélatrice de la nécessité pour les hommes de décider de la façon dont ils envisagent leur avenir, si avenir il y a. Pour Rick et ceux qui l’accompagnent, les zombies sont des êtres morts qu’il faut renvoyer à la mort. Un bon coup de pelle, de marteau, une balle dans la tête et tout le monde survit. Pour Herschell, la chose n’est pas si évidente et il fait une remarque qui a son importance : personne ne sait ce qui des passe ni ce que sont véritablement les zombies. Dans le doute, il préfère les garder enfermés plutôt que d’avoir un meurtre sur la conscience. Ajoutons que le fait que l’un de ses fils a été transformé en zombie et vous aurez l’ébauche du portrait d’un homme empli de convictions dont la vie a basculé et qui pense qu’il est encore possible que tout redevienne comme avant.
Mon résumé est évidemment partiel car, en enlevant les épisodes évidents du type attaque de zombies et compte des survivants, il reste l’essentiel : l’évolution des personnages et cela est un processus très subtil qui va se dérouler sur une longue série d’épisodes. Il est donc préférable de ne pas tout dévoiler des rebondissements des épisodes car ils sont nombreux, souvent, et tout résumer reviendrait à tuer l’histoire. Je le dirai à la fin de chaque chronique que je ferai, Walking Dead est une série majeure dans l’histoire de la BD et il est clair que tous les auteurs qui voudront un jour s’attaquer à un projet du même genre auront une ombre tutélaire difficile à dépasser.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Plus en profondeur

6 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 30 octobre 2016

« Tous morts, n’entrez pas »

Rick et le groupe décident de partir de la forêt pour trouver un endroit plus sûr. Sur leur route, ils trouvent un petit village à l'air tout à fait paisible...

J'ai toujours tendance à faire des comparaisons avec la série télévisée, c'est plus fort que moi et ça fait en sorte que j'ai de la difficulté à entrer dans la série bédé.

Le résumé du premier tome est vraiment bizarre et aurait pu être écrit différemment. Il y a des choses qui n'était pas explicitement dit et puis je ne sais pas comment on peut dire que Dale et Andréa étaient amoureux (dans l'épisode précédent en tout cas). C'était mal fait.

Aussi, changement de dessinateur. Ce n’est pas si mal, mais je préfère Tony Moore à Charlie Adlard. Les dessins d'Adlard sont plus nets, clairs, avec plus d'ombrages, mais je trouve qu'il y a moins de détails (les visages, l'intérieur des maisons manque de personnalité, etc.).

Il y a plus d'action que le premier tome, c'est plus dramatique, mais j'aurais voulu que ça soit encore plus poussé côté sociopolitique et la dynamique entre les survivants, mais au moins on nous fait sentir que leurs liens sont sincères.

Où est l'exceptionnel ?!

5 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 51 ans) - 23 mai 2014

Le dessin est assez classique, la mise en page n'a rien de novateur, le scénario ne surprend pas par son originalité, je ne comprends pas l'engouement autour de cette série !
Je lirai les autres tomes par curiosité et parce que je les possède, mais sans véritable passion.
Des zombies lents et bêtes qui se prennent des balles ou des coups de hache en pleine tête, des humains désorientés qui errent d'asile en asile avec évidemment à chaque escale une surprise qui n'en est pas une, ben ! oui, ils rencontrent des méchants zombies.
Une vie sociale réduite à un groupe d'une dizaine d'individus avec ses haines, ses trahisons et ses amours.
Bof ! bof !

Très bonne série

7 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 62 ans) - 6 janvier 2014

Dans ce deuxième tome, la petite troupe de survivants se met en route pour trouver un endroit plus sûr où elle pourra s’installer durablement. Une quête pleine de danger. La mise en page est dynamique et les dessins sont corrects mais le point fort de cette BD, c’est de voir les changements profonds que subissent les personnages affrontant ce monde devenu fou. Excellent !

bien!!

7 étoiles

Critique de Manu2793 (Voiron, Inscrit le 15 novembre 2010, 35 ans) - 11 mars 2013

On commence à s'attacher aux personnages.

De nouvelles rencontres

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 23 décembre 2012

Rick et sa troupe sont obligés de quitter le campement. Ils espèrent trouver un endroit où ils pourront trouver le gîte en toute sécurité et surtout le couvert.
Après une première expérience dramatique dans un lotissement presque idyllique, ils arrivent dans la ferme d'Herschel.
Mais d'autres événements nous emmèneront vers le troisième tome.
Si on retrouve les mêmes ingrédients ayant fait le succès du premier, j'ai été cette fois déçue par la qualité de certains dessins; les enfants ne sont pas le fort de Charlie Adlard et leurs représentations très approximatives m'a gênée. (Même mon fils a été obligé de le reconnaître quand je lui ai montré les vignettes incriminées).
Je continue néanmoins la lecture, intéressée par l'errance du héros et de sa famille.

Walking Dead 3

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 42 ans) - 17 novembre 2012

Maintenant que Shane est mort, Rick convainc le groupe de le suivre. Ils quittent donc leur site de campement pour sillonner les routes à la recherche d'un bon endroit où se réfugier. En chemin, le groupe fait la rencontre de Tyreese et deux jeunes qui l'accompagnent. Ils trouvent un lotissement de maison mais se rendent compte assez vite qu'il est infesté de Zombie. Leur chemin les amène sur une ferme où le propriétaire, pour des raisons morales, préfère garder les zombies enfermés dans sa grange plutôt que de les tuer. Il ne se rend pas compte qu'il est juste à côté d'une bombe prêt à exploser.

Ce deuxième tome est encore meilleur que le premier. L'auteur met beaucoup l'accent sur le psychologique des personnages. On voit donc un groupe où certains sont traumatisés, d'autres se chicanent et certains qui tombent en amour. Par dessus tout, c'est le désir de survivre qui prime. Dans un postface, l'auteur nous explique bien ses intentions et je dois avouer que c'est très réussi.

En route vers l'enfer

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 16 juin 2012

Partout, ils sont vraiment partout, ces saletés de zombies… On croit avoir trouvé un endroit où poser sa quiche, on a à peine le temps de décompresser, ça y est, les revoilà qui reviennent semer leur zone, tels des chancres… Reprendre la route, encore, sans quasiment aucun répit, tel semble être désormais le seul horizon de la petite communauté errante sous la houlette de Rick.

A la mesure du chaos ambiant, les instincts de barbarie et de sauvagerie se feront de plus en plus prégnants, la folie gagne les esprits… Trouver un vrai refuge est devenu une question de survie, sous peine de mourir déchiqueté par les rôdeurs ou de devenir barge… C’est lors d’une partie de chasse que l’occasion se présentera, alors que le petit Carl sera blessé par balle accidentellement par Otis, dont le père, Hershel acceptera d’héberger la petite communauté, le temps que l’enfant récupère.

Mais dès le moment où Hershel annonce avoir enfermé son fils et ses proches devenus morts-vivants dans la grange jouxtant la maison, dans l’espoir hypothétique d’une découverte scientifique, on sait que ça finira mal… On se doute bien que cette grange remplie de zombies, c’est une véritable bombe à retardement ! Le point d’orgue est la scène de l’altercation entre Hershel et Lori. Hershel vient de perdre trois de ses enfants, dont l’un s’est fait déchiqueter par le frère zombie, alors qu’il venait d’ouvrir la grange pour y pousser un rôdeur. La folie le gagne, ébranlant ses espoirs de reprendre une vie normale, l’espoir de voir certains de ses proches devenus zombies redevenir humains un jour…

Bon

10 étoiles

Critique de Harry Potter (Arcangues, Inscrit le 27 juillet 2010, 23 ans) - 5 novembre 2011

Moi qui adore la série j'ai trouvé ce tome divertissant

Forums: Walking Dead, Tome 2 : Cette vie derrière nous

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Walking Dead, Tome 2 : Cette vie derrière nous".