Châteaux Bordeaux - Tome 06: Le courtier de Eric Corbeyran (Scénario), Espé (Dessin)

Châteaux Bordeaux - Tome 06: Le courtier de Eric Corbeyran (Scénario), Espé (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers , Bande dessinée => Légende, contes et histoire

Critiqué par Septularisen, le 28 novembre 2020 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 56 ans)
La note : 4 étoiles
Visites : 2 527 

L'HISTOIRE NE DÉCOLLE TOUJOURS PAS!..

Ce volume reprend exactement là où l’histoire s’était arrêtée précédemment. Alexandra, aidée à présent de ses deux frères, lutte toujours pour la survie de son domaine, et flanquée de sa nouvelle équipe, elle essaye de redorer le blason de son domaine viticole.

Alexandra se rend à Vinexpo à Bordeaux, salon mondial sur le vin afin d’y recruter un nouveau courtier pour les vins de son domaine. Elle y fait la connaissance de Nicolas Noiret, jeune courtier qui pourrait bien être l’oiseau rare qu’elle recherche.

Peu de temps après, elle reçoit une invitation à la prestigieuse «Fête de la fleur», elle y découvre avoir été invitée par Patrick Dorgemont, le fils de leur ancien courtier Louis Dorgemont, maintenant décédé et qu’Alexandra suspecte être le meurtrier de son père…

Le scénario de M. Éric CORBEYRAN (*1964) continue d’avancer à un train de sénateur, et toujours de façon aussi linéaire. Ça tourne un peu en rond, ça revient en arrière, ça repart, et avec une grosse «accroche» à la fin de l’histoire pour nous donner envie de lire la suite… Rien de bien transcendant, mais comme j’ai déjà dit dans mes critiques précédentes, cela ressemble un peu à un feuilleton de l’été sur une chaîne de télévision. Il faut aussi comprendre qu’en plus de l’histoire, les auteurs se sont aussi donné comme «but » de nous apprendre tous les tours et détours du monde viticole, et que donc, – comme dans les autres volumes -, il y a ici une part disons didactique sur le vin et plus particulièrement ici, sur le métier de «courtier» en vins.

D’ailleurs, je prends ici en défaut pour la première fois le scénariste, puisque il se fait fort de nous expliquer que la technique de la «Bouillie Bordelaise» (eau + chaux + sulfate de cuivre), utilisé comme antibactérien, afin de protéger le raisin des attaques du mildiou, fut abandonnée à partir des années 1970, pour être définitivement remplacée par d’autres pesticides… Et bien peut-être dans le Bordelais, parce que ailleurs,c’est… faux! Et, si je le sais, c’est parce que j’ai moi-même utilisé cette technique sur la vigne bien après le milieu des années 80… Alors?...

Bon an, mal an le scénario surnage… Et on a envie de connaître la suite… Les dessins par contre…
Désolé, mais rien n’arrivera à me faire croire que Jeanne est dessinée aux bonnes proportions à la 4e case de la Pg. 4 p. ex. où elle est en premier plan avec un corps énorme. Dès qu’il y a plus d’un personnage dans une case, on dirait que M. ESPÉ (*1974, de son vrai nom Sébastien POIRET), devient incapable de les dessiner aux justes proportions. Les exemples ne manquent pas 6e case de la Pg. 21 ; 5e de la Pg. 41… Ceux qui suivent régulièrement mes recensions sur le BD, savent aussi que j’ai en horreur les dessins non finis, notamment les visages non dessinés des personnages vus de loin… Inutile de dire qu’il y en a à foison ici, Pg. 8 p. ex.

J’avais espéré qu’avec les volumes qui passent le dessin de M. ESPÉ s’améliorerait, mais il n’en est rien! On ne me fera pas croire que les visages de Nicolas et d’Alexandra sont bien dessinés à la page 27. C’est même parfois pire, il n’y a qu’à regarder le visage du personnage de Claire Baudrimont dont les taches de rousseur changent de place et varient de nombre au gré des gros plans qui sont fait sur celui-ci… Inconcevable pour une BD qui se veux un «must»!

Encore une fois je finis donc cette BD déçu. On nous vend un trois étoiles, et je finis (surtout à cause des dessins, il faut le dire), avec tout au plus, une bonne Pizzeria de quartier! Je reste aussi à me poser la même question que pour les volumes précédents. Placements de produits, ou pas? P. ex. Pg. 9-12, quand on nous montre très explicitement et très en détail, le logo et les marques de très grands vins de bordeaux, les auteurs ont-ils été rémunérés pour cela?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le courtier [Texte imprimé] scénario, Corbeyran dessin, Espé couleurs, Dimitri Fogolin, Gotem Studio...
    de Corbeyran, Eric Espé, (Illustrateur)
    Glénat / Collection Grafica (Grenoble)
    ISBN : 9782344005828 ; 13,90 € ; 02/09/2015 ; 48 p. ; Relié
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Forums: Châteaux Bordeaux - Tome 06: Le courtier

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Châteaux Bordeaux - Tome 06: Le courtier".