Rutabaga Swing de Gilles Laurent

Rutabaga Swing de Gilles Laurent

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Jean Meurtrier, le 23 juin 2008 (Tilff, Inscrit le 19 janvier 2005, 47 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 3 390 

Ca balance pas mal chez les collabos

Chambier, petit village français, 1942. Afin de répéter des chansons populaires, Claude le facteur, Bernard le bibliothécaire, Suzy, coiffeuse et manucure, et Philippe se retrouvent régulièrement dans le café de la grand-mère centenaire de ce dernier, Madame Barray. Hans, un jeune officier traducteur allemand se présente pour louer la chambre du premier, que laisse libre (bien malgré lui) Durieux, l’ancien locataire prochainement exécuté en représailles à un attentat de la résistance.
Mais voilà que Durieux, qui a réussi à s’échapper, rapplique au café Barray. Pour éviter une confrontation avec Hans, la petite troupe le cache dans le lit de la patronne. C’est dans cet esprit de dissimulation que les jours, les mois et les années s’écoulent au sein de l’établissement. Hans, toujours courtois, s’éprend de Marie, la jeune serveuse effacée. Claude accepte difficilement la présence allemande, au contraire de Bernard qui ne manque jamais de glisser un éloge zélé envers l’occupant, tandis que l’aguichante Suzy et le séduisant Philippe s’en accommodent tant bien que mal.
Malgré la dizaine de morceaux chantés qu’elle propose, cette pièce n’est pas une comédie musicale. Sur un ton léger, elle traite des thèmes graves comme les atrocités commises par les nazis, mais également la lâcheté et la passivité complice de certains Français durant la seconde guerre mondiale.
Hans est un Allemand correct, mais endoctriné. Il ne remet pas en cause les théories du Führer, des thèses appuyées par une propagande qui place systématiquement le peuple germanique en victime (des juifs en général). Pour paraphraser Jean-Jacques, on aurait sans doute été pire que Hans si on était né en 17 à Leidenstadt.
Didier Schwartz abuse des fausses pistes en jouant sur les apparences des personnages. Cependant, les surprises que réserve la fin cadrent bien avec le côté vaudeville divertissant que la pièce ne peut éviter malgré son propos sérieux (mais ô combien classique) et sa fin tragique. Cela ne fait pas de «Rutabaga Swing» un chef d’œuvre mais une pièce accessible à tous, agréable et bien construite.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Forums: Rutabaga Swing

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Rutabaga Swing".