Aziou Liquid, rêves au travail de Olivier Brunhes, Koffi Kwahulé, François Prodromidès

Aziou Liquid, rêves au travail de Olivier Brunhes, Koffi Kwahulé, François Prodromidès

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Jean Meurtrier, le 8 novembre 2007 (Tilff, Inscrit le 19 janvier 2005, 47 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 5 470 

Aziou Liquid liquide

Loyal, un workaholic, nous dresse un rapide topo. Aziou Liquid est un holding qui a manqué plusieurs fois d’être phagocytée par des concurrents qu’elle a finalement engloutis. A présent la société apparaît inébranlable et représente un oasis d’opportunités pour tout sans emploi comme Hannibal, dont le père était salarié (exploité) dans la multinationale. Comme le rappellent continuellement écrans et haut-parleurs, Aziou Liquid se veut une seconde famille pour ses employés, en échange de quoi elle exige un entier dévouement.
Cependant, la communauté Aziou Liquid est confrontée à des problèmes d’ordre humain. John-Claude, le DIRA (directeur adjoint) bourru ne supporte plus Mlle Bourgerol, la secrétaire générale, enceinte des œuvres du président. A son tour, cette dernière est jalouse de la belle Mlle Lanier, DTRH (directrice de toutes les relations humaines), passablement peace and love. Pas de quoi bousculer l’entreprise de l’intérieur, et ce ne sont pas les caquetages des assistantes ni les errances du livreur de pizzas qui y changeront quelque chose.
Par d’habiles manœuvres proches du fayotage, Hannibal se fait engager et grimpe dans la foulée les échelons de la société. On ne reconnaît plus le demandeur d’emploi implorant, dorénavant intraitable, qualité manifeste de son extrême compétence. Alors qu’il dirige pratiquement seul la société, l’impensable survient. La pérennité de la société est mise en péril par une OPA hostile.
Aziou Liquid a initialement été écrite pour mettre en scène des handicapés mentaux au milieu des acteurs professionnels. Cette initiative des plus louables explique les courts passages laissés libres d’improvisation dont le but est de stimuler l’imagination et de garder l’esprit de ces comédiens hors du commun en éveil. L’attention du public est aussi fortement sollicitée par les oppressants médias audios et vidéos ainsi que par les interpellations de Loyal, narrateur plié à la philosophie de l’entreprise.
Agréable mais sans génie, cette pièce évite de peu l’enfoncement de portes ouvertes en épargnant plus ou moins la cible facile qu’est le capitalisme. Cette fois, les feus des projecteurs se braquent sur la vie d’entreprise. Les auteurs ont l’ambition de montrer le monde du travail comme aucun employé n’a jamais pensé le percevoir, essentiellement par manque de recul. C’est le principe du cycle « Rêves». La caricature est censée refléter des situations plausibles au moyen d’un miroir déformant.
Malheureusement la vision exposée est exclusivement négative et réductrice. Elle occulte tout épanouissement au sein d’une société. Le bref témoignage de camaraderie entraperçu dans la pièce est basé sur la moquerie. Par contre, la jalousie, la vengeance et l’arrivisme se partagent le haut de l’affiche avec la propagande, l’abus de pouvoir et l’abrutissement. Peu d’employés reconnaitraient leur environnement professionnel dans cette satire montée par des artistes qui, de leur propre aveu, n’ont jamais presté une seule heure en entreprise. A cours d’idée pour une pièce? Bah il suffit de stigmatiser un milieu donné! Encore faut-il viser juste…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  L'Avant-scène. Théâtre

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Aziou Liquid, rêves au travail

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Aziou Liquid, rêves au travail".