Cycle de Fondation (Le), tome 07 : Terre et Fondation de Isaac Asimov

Cycle de Fondation (Le), tome 07 : Terre et Fondation de Isaac Asimov
( Foundation and Earth)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Gramsci, le 4 août 2007 (Inscrit le 26 juillet 2007, 36 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (23 146ème position).
Visites : 6 990  (depuis Novembre 2007)

Un poil décevant

J'ai mis du temps à lire ce livre, presque une semaine, ce qui n'est pas dans mes habitudes surtout quand je suis en vacances... J'ai trouvé ce volume un peu poussif, contrairement aux autres titres du cycle, il a du mal à démarrer et connaît quelques longueurs désagréables. Asimov s'est plié pour une bonne part de ce roman aux canons de la SF "mainstream" et s'est éloigné de ce qui était si intéressant dans le reste de la série. Cela dit ce livre vient renforcer les ponts qu'il a établi avec les deux grands autres cycles du pape de la SF, à savoir le cycle des robots et le cycle de l'empire, ces ponts il les avait esquissés dans le précédent volume, Fondation Foudroyée.

Les personnages manquent vraiment de profondeur, ce qui n'était pas gênant dans les autres livres du cycle vu que ceux-ci étaient plutôt centrés autour des concepts que de la psychologie et de l'analyse individuelle d'un personnage, ici cela fait cruellement défaut. À tel point que par moment le livre en devient incohérent, long et fastidieux.

Il s'agit néanmoins d'une oeuvre très personnelle dans laquelle Asimov partage quelques-unes de ses convictions philosophiques profondes, avec certes un peu de grandiloquence voire d'outrecuidance... On pourra d'ailleurs reprocher au livre d'être par moments un peu démonstratif et trop didactique... Asimov nous livre aussi quelques-unes de ses angoisses plus pragmatiques, avec entre autres une référence claire au SIDA, auquel l'auteur a été exposé suite à une transfusion dans la période où il a écrit le roman, pour info il en est mort en 1993.

Restent l'incroyable humanisme et intelligence d'Isaac Asimov, qui ravira les aficionados les plus acharnés. À lire donc seulement si on a aimé les précédents, et qu'on aime la SF en général, sinon ce dernier opus du cycle de Fondation est plutôt dispensable.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Terre et Fondation [Texte imprimé] Isaac Asimov trad. de l'américain par Jean Bonnefoy
    de Asimov, Isaac Bonnefoy, Jean (Traducteur)
    Gallimard / Folio. Science-fiction.
    ISBN : 9782070417520 ; 4,47 € ; 21/03/2001 ; 506 p. ; Poche
  • Terre et Fondation [Texte imprimé] Isaac Asimov trad. de l'américain par Jean Bonnefoy
    de Asimov, Isaac Bonnefoy, Jean (Autre)
    Denoël / Présence du futur
    ISBN : 9782207304389 ; 4,38 € ; 01/01/1989 ; 506 p. p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Une fin surprenante.

9 étoiles

Critique de Sotelo (Sèvres, Inscrit le 25 mars 2013, 39 ans) - 8 mars 2015

Le dernier volume du plus grand de tous les cycles de la science-fiction. Un volume assez surprenant, très différent des précédents. En effet, ici pas de saut temporel, on se retrouve directement là où le quatrième nous avait laissé. On retrouve donc les mêmes personnages : Trevize, Pelorat et Joie, qui se mettent à la recherche de la Terre, l'ultime quête qui devrait apporter à Trevize les réponses qu'il recherche sur l'avenir de l'humanité. Un volume beaucoup plus linéaire que les précédents, plus simple, dans lequel on suit les aventures de ces explorateurs de l'espace. Plus d'action, plus d'interrogations, jusqu'à ce final d'une grande délicatesse, glaçant, à faire frissonner. Une très belle fin pour un cycle incontournable, une merveille d'intelligence et une réflexion sans concession sur l'humanité et son devenir.

Déception en guise de final

6 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 39 ans) - 20 avril 2014

Bon, alors, comment dire ? Cette saga est immense (en tant que trilogie, avant qu'Asimov n'écrive les tomes 4 et 5, donc, elle fut élue 'meilleure saga de toute l'histoire de la SF' et récoltera un Prix Hugo d'honneur à ce titre), et tout fan de SF se doit, A TOUT PRIX, de la lire au moins une fois.
Oui, clairement, ce tome 5, et ultime (ne pas compter les deux tomes de "Prélude" qu'Asimov fera ensuite, et qui se passent avant "Fondation" : ils ne sont pas bons, enfin, selon moi, et ne font pas vraiment partie du cycle, aussi selon moi) est le moins réussi de la saga. Le plus épais aussi, 670 pages (40 pages de plus que le tome 4), et s'il démarre bien, "Terre Et Fondation" devient, à la longue, un peu usant, ennuyeux, se traîne en longueur. Pas mauvais, mais vraiment décevant.

Révélations

7 étoiles

Critique de Belial (Anvers, Inscrit le 25 août 2005, 42 ans) - 8 août 2010

Trente ans après la publication de sa mythique trilogie Fondation, Isaac Asimov remettait le couvert pour donner une suite à son œuvre la plus fameuse. Pour rappel Fondation mettait en scène une science sociale fictive, la « psychohistoire » permettant de prévoir l’évolution de l’humanité via des modèles psychosociaux quantitatifs. Celle-ci établissait l’effondrement de l’Empire Galactique de l’époque, auquel devait s’ensuivre une longue période de barbarie qu’Hari Seldon (l’inventeur de la psychohistoire) prétendait pouvoir réduire à un millier d’années seulement via sa science. Terre et Fondation fait suite à Fondation foudroyée et se situe cinq cents ans après le début du Plan Seldon et met en scène les deux Fondations présentée dans la première trilogie.
Le diptyque des deux derniers tomes du cycle est bien plus romanesque que la trilogie originelle et se résume essentiellement à une croisière spatiale sous couvert de recherche de la Terre. Après avoir découvert Gaïa dans le tome précédent et choisi en faveur de son projet d’unification de l’humanité, les deux personnages principaux, Trevize et Pelorat, se (re)lancent dans leur quête des origines. C’est l’occasion d’un bon space opera où l’auteur mêle aventure, exploration, digressions scientifiques et même romantisme. On se laisse prendre avec facilité, même si cette suite de Fondation est parfois un peu capillotractée. S’adressant clairement plus aux fans de SF qu’au grand public, voilà toutefois de quoi cimenter un cycle qui restera un des plus célèbres du genre.

un des meilleurs de la fondation...

9 étoiles

Critique de AlX6S (, Inscrit le 30 août 2009, 32 ans) - 30 août 2009

Pour moi ce dernier opus du cycle de la fondation est en fait, peut être le meilleur de tous, la question de la recherche du monde des origines, c'est à dire : "La Terre" est un thème si prolifique, et Asimov l'exploite à merveille, son imagination est puissante et "vise bien" , il pose les bonnes questions, et y répond avec plusieurs alternatives avec brio.

Les premiers tomes de la fondation étaient vraiment très bien, les relations économico-politiques dans la galaxie dans un contexte de chute de l'empire galactique étaient prenantes.. Intéressantes, et vraiment "réalistes", mais je trouve que les deux derniers tomes de la fondation arborent un charme nouveau, la question de la recherche de ses origines est tellement passionnante et ceci demande au lecteur de réfléchir à des questions philosophiques et métaphysiques vraiment enrichissantes...

Lisez cette série absolument! surtout si vous êtes fans de science fiction.

Une fin décevante

5 étoiles

Critique de Endymion (lille, Inscrit le 11 mai 2005, 42 ans) - 23 mai 2008

Il y a beaucoup de longueur, on avance lentement. Je suis un peu déçu par ce dernier roman.

Cependant la fin est satisfaisante. Dommage qu'il faut lire la totalité du livre avant de retrouver un réel enthousiasme pour le livre.

Il n'y a rien à rajouter sur ce livre. "Suite commerciale quand tu nous tiens"

Forums: Cycle de Fondation (Le), tome 07 : Terre et Fondation

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Cycle de Fondation (Le), tome 07 : Terre et Fondation".