Le Grand Monde de Pierre Lemaitre

Le Grand Monde de Pierre Lemaitre

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Veneziano, le 23 juillet 2022 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 44 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (37 520ème position).
Visites : 470 

La saga Pelletier à travers les colonies

Une savonnerie de Beyrouth ayant pignon sur rue sert de cadre à la naissance de la saga de la famille Pelletier, qui débute en 1948. Quelques mois seulement desservent quasiment une unité de temps, celle de l'espace étant brisée, puisque la scène se déplace à Saïgon, marginalement à Angkor. Parmi les enfants, un raté congénital marié à une intrigante, un journaliste appréciant les coups d'éclats, un apprenti-aventurier embarquant plein d'illusions pour l'Indochine se séparent, se contactent dans un désordre enjoué, au milieu duquel est noué un trafic de piastres, pièces d'une monnaie orientale.

Cet auteur excelle dans les sagas familiales, les escroqueries à grande échelle. Il mêle ici les fantasmes d'Orient, les intrigues dignes de polar. Tout cela est mené tambour battant, quitte à donner parfois le tournis. Ça ne manque pas de rebondissements et de verve. Cette lecture nécessite une concentration minimale et l'acceptation d'être guidé très loin.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les années glorieuses
  • Le Grand Monde

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Beyrouth Saïgon Paris

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 29 novembre 2022

Le "pèlerinage Pelletier" réussit encore une fois à réunir toute la famille à Beyrouth, où Louis, le patriarche, a créé une savonnerie devenue une entreprise florissante.
Il aurait aimé que son fils aîné Jean dit Bouboule prenne sa succession mais son manque de compétences s’est vite avéré catastrophique pour l’entreprise ; Louis a donc accepté et financé le départ de celui-ci pour Paris ; accompagné de Geneviève, son abominable épouse.
François est lui aussi parti à Paris, mais à la grande fierté de ses parents pour y faire de brillantes études à Normale Sup. Ou du moins le laisse-t-il croire.
Étienne, quant à lui, est à quelques heures du départ pour Saïgon, où il part travailler à l’Agence des Monnaies mais surtout à la recherche de Raymond, légionnaire et amant disparu dans cette abominable conflit du Viêt-minh.
Reste la sulfureuse Hélène, si proche d’Étienne, qui ne cherche qu’à quitter le milieu familial.

Pierre Lemaitre nous raconte les destins surprenants de chacun des membres de cette famille maintenant séparée, presque désunie.
Louis, chef de famille semblant imperturbable, se révélera un stratège habile en manœuvres familiales et en relations utiles. Que ce soit dans le constat d’échec de son aîné à reprendre la société : "Jean n’avait de qualité pour rien ... M. Pelletier n’avait pas su s’y prendre, n’avait pas compris ou compris trop tard, Bouboule aurait mérité un autre père. L’échec du fils était celui du père, c’’était un vrai crève-coeur , cette histoire-là."
Dans le départ d’Etienne "il se reprochait de ne pas lui avoir dit, avant son départ, combien il l’aimait."
Pour les extravagances de sa fille "nous servons encore à quelque chose."
Comme il savait garder un secret comme celui de la carrière de François.

On retrouve l’excellent travail du romancier accompli ; avec une galerie de personnages variés, (même si deux personnages m’ont semblé moins passionnants, Bouboule et sa femme) des intrigues et des enquêtes à rebondissements, des secrets cachés ou révélés, de l’émotion, une écriture parfaite.

Et pourtant, j’ai trouvé qu’il manquait  "un petit quelque chose" pour m’enthousiasmer complètement ; peut-être l’impression d’un manque de cohésion entre les personnages et leurs histoires.

Forums: Le Grand Monde

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Grand Monde".