Le Grand Monde
de Pierre Lemaitre

critiqué par Veneziano, le 23 juillet 2022
(Paris - 44 ans)


La note:  étoiles
La saga Pelletier à travers les colonies
Une savonnerie de Beyrouth ayant pignon sur rue sert de cadre à la naissance de la saga de la famille Pelletier, qui débute en 1948. Quelques mois seulement desservent quasiment une unité de temps, celle de l'espace étant brisée, puisque la scène se déplace à Saïgon, marginalement à Angkor. Parmi les enfants, un raté congénital marié à une intrigante, un journaliste appréciant les coups d'éclats, un apprenti-aventurier embarquant plein d'illusions pour l'Indochine se séparent, se contactent dans un désordre enjoué, au milieu duquel est noué un trafic de piastres, pièces d'une monnaie orientale.

Cet auteur excelle dans les sagas familiales, les escroqueries à grande échelle. Il mêle ici les fantasmes d'Orient, les intrigues dignes de polar. Tout cela est mené tambour battant, quitte à donner parfois le tournis. Ça ne manque pas de rebondissements et de verve. Cette lecture nécessite une concentration minimale et l'acceptation d'être guidé très loin.