Le Combat ordinaire, Tome 4 : Planter des clous de Manu Larcenet

Le Combat ordinaire, Tome 4 : Planter des clous de Manu Larcenet

Catégorie(s) : Bande dessinée => Humour

Critiqué par Daffodil, le 30 mars 2008 (Inscrite le 3 août 2005, 50 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 125ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 644 

Nostalgique!

Enfin il est paru, ce 4ème volume du Combat Ordinaire. Je pouvais difficilement attendre.
Il est différent, celui-ci. Nostalgique, un peu triste, nous voyons le héros père de famille d'une gamine de 3-4 ans (et avons donc sauté quelques années depuis le dernier album), qui a du mal à comprendre les enfants, à ne pas leur parler en adulte. Nous assistons à la fin définitive du chantier, à sa mère, plus combative encore qu'avant, aux élections... le tout teinté de nostalgie.
J'ai aimé cet album, mais plus parce qu'il s'agit de Larcenet, du Combat Ordinaire, du héros que j'aime, que de l'histoire, qui me semblait moins 'solide' qu'avant, et probablement moins bonne que les trois précédentes.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Planter des clous [Texte imprimé] Manu Larcenet couleur, Patrice Larcenet
    de Larcenet, Manu (Scénariste)
    Dargaud
    ISBN : 9782205061406 ; 14,50 € ; 07/03/2008 ; 48 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Le combat ordinaire

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Convertie !

10 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 28 décembre 2014

Qui l'eut cru ! Marco papa d'une petite Maude ! Bien sûr, rien n'est simple mais une nouvelle fois, on partage ses bonheurs, ses doutes. On pense à la chanson de Renaud "Morgane de toi".
Son univers a bien changé. Il est papa, les chantiers sont fermés, il est devenu définitivement responsable: "A partir de cette seconde, le monde est toi... Je te le remets officiellement."

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ! Et je le serais restée si j'avais continué, après la lecture de ces 4 albums de Larcenet, à ne trouver que peu d'intérêt à la lecture de BD qui s'arrêtait à quelques Bidochon, quelques Geluck qui faisaient suite à une ancienne passion pour Franquin et la collection de Gaston Lagaffe.
Mais là, j'ai rencontré un auteur qui m'a convaincue, qui m'a émue, qui a fait que j'étais incapable de quitter l'album avant de l'avoir terminé.
Bravo M. Larcenet... et merci à mon fils pour me l'avoir présenté !

Fin du combat...

7 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 44 ans) - 9 mars 2013

...le cycle est bouclé...

Vie de famille, désillusions, frustrations, nostalgie. La vie de Marco peut désormais suivre son cours normal...
Elever leur premier enfant entraîne pour Marco et sa copine questionnement, et angoisse... comment trouver le juste milieu, la bonne manière...?

En parallèle, le monde ancien est définitivement en train de s'effondrer... plus de chantier... la mère qui tourne le dos à cette vie de souffrance et ne comprend pas l'attachement des ouvriers à leur outil de travail.

Cet album est riche, il dit beaucoup des angoisses de notre temps, il constitue encore une fois une belle histoire et presque un documentaire. Cependant, je l'ai moins aimé que les deux albums précédents (n° 2 et 3). Il est plus dur, moins poétique malgré les tentatives de glisser ça et là des moments de légèreté. Il y a aussi des moments de longueur (la diatribe de Pablo sur les quais..), des "bons mots" qui tombent à plat (" tu peux faire ton Sarkozy le plus intransigeant"), mais dans l'ensemble, c'est encore une fois un très bon livre qui clôt heureusement cette série exceptionnelle.

La renaissance

9 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 11 décembre 2012

Voilà l’épisode qui verra s’accomplir la mue de Marco, après une forte résistance contre lui-même, contre son passé… Désormais, celui-ci vit en couple et est papa d’une petite fille. Qui plus est, les crises d’angoisse semblent avoir disparu... Incroyable quand on repense au premier tome ! Certes, tout n’est si simple pour autant, et Marco n’a pas encore trouvé la taille idéale pour son costume de père, même s’il sait déjà que le XXL ne lui ira pas. En effet, ce n’est pas toujours facile de gérer les caprices de sa fille, heureusement compensés par le plaisir de la voir vivre et s’intégrer au monde.

Un monde où comme le dit son ami Pablo à la veille de la retraite, la vie est magnifique quand elle n’est pas hideuse… car inexorablement, la fermeture des docks approche, et la grève n’y changera rien. Un monde s’écroule, et avec lui toutes les idéologies et les valeurs de solidarité qui reposaient sur une classe ouvrière en voie de disparition… J’ai beaucoup aimé le petit clin d’œil sur l’élection présidentielle française de 2007, où l’on peut voir deux affiches des deux candidats bien lisses, complètement déplacées, comme si Sarkozy et Ségolène n’étaient que des shampooings… J’ai également cru voir une référence à « Un Singe en hiver », avec le coup de gueule de Pablo, à la suite d’une soirée électorale bien arrosée, lequel se lance dans une diatribe échevelée contre le monde moderne et la bêtise des gens…. avant de le « remettre officiellement » (le monde) à son jeune ami, après une nuit passée à cuver sur les quais des chantiers navals…

Dans l’ensemble, ces quatre tomes constituent un récit dense et habité duquel on ne ressort pas indifférent, avec des personnages auxquels on peut facilement s’identifier, et où l’humour est évidemment présent (c’est quand même du Larcenet !). On y trouve des thèmes très divers alimentant la réflexion sans vouloir à tout prix l’orienter, l’auteur faisant confiance à l’intelligence du lecteur. Il est possible d’y voir une sorte de quête initiatique mais sans aucune précision sur le « Graal », comme une errance sans boussole dans un monde indéchiffrable et inquiétant, comme peut l’être le monde actuel… Et pourtant depuis le début, Larcenet sait parfaitement où il veut nous emmener, car malgré un scénario en apparence aléatoire, l’histoire bénéficie d’une construction solide, avec une progression régulière de la « quête » où vont évoluer une multitude de personnages qui ont tous leur importance et vont modifier à leur façon le destin de Marco. C’est pourquoi à ce niveau, il est difficile de juger chaque tome séparément.

La conclusion est dans le titre, « Planter des clous », phrase qui réactive à nos oreilles la fameuse comptine de notre enfance. Planter des clous, c’était aussi le métier du père de Marco, et c’est ce que va apprendre à faire Marco en l’adaptant à son domaine, en faisant des portraits de vrais gens, de dockers, bref de personnes qui vivent dans sa proximité. Car Marco est de plus en plus tenté par la simplicité, l’humilité, comprenant qu’il n’est plus essentiel de courir autour du monde à la recherche d’un hypothétique succès. Être soi-même en somme. Cela, il l’aura appris de son père de façon posthume, ENTRE les lignes de son journal de bord qui grouillait de détails « insignifiants »…

Ce qui confère à l’œuvre cette aura exceptionnelle est peut-être cette poésie si sensible, empreinte d’une IMMENSE humanité, venant accompagner un récit que l’on devine très personnel voire très douloureux, tel un baume apaisant, poésie qui semble avoir constitué la planche de salut de Marco… Un sacré bonhomme, ce Manu Larcenet, l’air de ne pas y toucher avec son gros nez et sa dégaine de comique…

Preuve que cette série contient bien des perles, en voici une que je laisse à votre appréciation :
« Délestée de toute logique, la poésie est la seule manière libre de remarquer ce qui est précieux… la poésie rachète tout. » (extrait p.28)

La vie continue

8 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 62 ans) - 8 juillet 2012

Marco est maintenant papa. L’occasion pour lui de nous faire vivre quelques angoisses supplémentaires mais aussi quelques beaux moments que seuls les parents peuvent connaître. Il y a aussi le chantier naval qui ferme et qui laisse sur la route quelques ouvriers désabusés qui ne croient plus en rien. Encore une fois un album rempli de tendresse et de chaleur humaine très réussi.

Le combat est-il ordinaire?

9 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 43 ans) - 22 avril 2008

A la fin de "Ce qui est précieux", Emilie, la compagne de Marco, apprenait qu’elle était enceinte. Alors qu’il était encore question du sens de la paternité à la fin de ce troisième tome, ici, Marco se découvre père gâteau ou père sévère, et ce n’est pas rose tous les jours, même s’ils sont remplis d’amour. Le chantier voit ses derniers jours, tout le monde s’en fiche, l’ami Pablo est résigné, le combat est ordinaire.

Marco est toujours à la recherche de la cause de ses crises d’angoisse, toujours à l’affût des restes de nostalgie nichés au chantier où travaillait son père, toujours à surprendre les visages de son appareil photo, toujours à vivre la simplicité des gens simples, toujours à vouloir comprendre qui était ce père-là, bon à planter des clous, à lui ressembler sans le faire exprès, à écouter Pablo philosopher au comptoir et à dormir parfois à la belle étoile.

La recette de la sincérité n’a pas été perdue dans ce tome 4. La vie avance, avec ces petites joies et ses consternations, avec ses questionnements et ses impuissances, avec ses vrais bonheurs et son quotidien qui fait sa route.

Et ça ne manque pas de poésie.

Forums: Le Combat ordinaire, Tome 4 : Planter des clous

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Sur le prix des mouchoirs... 2 Minoritaire 21 septembre 2012 @ 19:39

Autres discussion autour de Le Combat ordinaire, Tome 4 : Planter des clous »