Les falsificateurs de Antoine Bello

Les falsificateurs de Antoine Bello

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Numanuma, le 31 mars 2007 (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 49 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 14 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 769ème position).
Visites : 6 545  (depuis Novembre 2007)

Tout est vrai puisque je l'ai lu?

D’habitude, lorsqu’on me conseille un livre, je l’achète. Pour une fois, je me le suis fait prêter. C’est toujours bizarre de lire le bouquin d’un autre. C’est personnel un livre, c’est comme une brosse à dents… Bref, j’ai brisé mes petites manies le temps d’une lecture qui, comme d’habitude devant un bon roman, m’a parue trop courte. L’idée de base n’est pas forcément neuve mais le traitement de l’auteur lui donne un souffle intéressant.
Sliv, un jeune islandais fraichement diplômé en géographie intègre une société d’étude sur l’environnement. Du moins, c’en est la façade officielle car officieusement, on lui propose d’intégrer le CFR, Consortium de Falsification du Réel, organisation international dont le but ultime n’est connu que de quelques huiles haut placées au mystérieux « Plan ».
La spécialité du CFr est de créer des mythes en s’appuyant sur deux leviers : la création de scenarii qui s’inscrivent dans une ligne directrice définie par le plan, démontrer que ce sont les Viking qui ont découvert l’Amérique avant tout le monde par exemple, et la falsification des sources officielles puis les remplacer par des documents créés de toutes pièces par le CFR, comme par exemple détruire les journaux d’époque conservés aux archives et les remplacer par des copies intégrant les informations voulues.
Le truc intéressant, c’est que l’auteur, Antoine Bello, n’est pas tombé dans les théories conspirationnistes. Ici, pas de Roswell, d’illuminés fanatiques ou de religieux déboussolés. Juste ce qu’il faut d’inconnu au lecteur. Et de menaces cachées aussi car il est évident que l’on n’intègre pas une telle organisation vouée au secret sans imaginer qu’il pourrait en coûter au bavard… On trouve même dans le roman une sorte d’initiation. Les Falsificateurs se trouveraient donc à la croisée des genres littéraires, ce qui n’est pas une mauvaise chose.
On peut même y voir une réflexion sur l’Histoire, même si ce point me semble un peu loin des intentions romanesques de l’auteur. Mais après tout, les historiens, bien qu’ils soient en recherche de l’objectivité, sont des hommes de passion et à ce titre influençables et influencés. En poussant encore, le roman ne fait que rappeler une évidence : l’activité du romancier est justement de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, de donner une apparence de réalité à la fiction, fut-elle extravagante, incroyable, illogique…
Et le tout se lit vite, très vite. On dévore le bouquin, on accompagne Sliv, on y est. Je ne pense pas être en présence d’un grand styliste de l’écrit mais bien face à un bon romancier, de ceux qui vous emmènent loin dans leur monde.
Une dernière chose, une chose TRES importante : à la fin du roman, à la dernière page, il y a écrit « à suivre »… J’adore !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les falsificateurs [Texte imprimé], roman Antoine Bello
    de Bello, Antoine
    Gallimard / BLANCHE
    ISBN : 9782070783106 ; 5,88 € ; 25/01/2007 ; 501 p. ; 14 cm x 21 cm
  • Les falsificateurs [Texte imprimé] Antoine Bello
    de Bello, Antoine
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070355273 ; 10,30 € ; 22/05/2008 ; 588 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les Falsificateurs

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

A Bello n'a pas le talent qu'il prête à ses héros

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 48 ans) - 19 août 2016

Antoine Bello, écrivain français résidant aux Etats-Unis vous raconte l’histoire de l’islandais Sliv Darthunguver qui, fraichement diplômé de géographie, rentre dans un cabinet d’études environnementales. Mais après quelques temps (temps un peu trop court pour être réaliste) son patron Gunnar lui révèle qu’il ne s’agit que d’une couverture pour une organisation secrète, le Consortium de Falsification du Réel, dans lequel il lui propose de travailler. Les agents travaillent à mettre au point des scenarii pour modifier la réalité, puis les mettre en oeuvre en allant par touches modifier des documents existants, des lieux, fabriquer des preuves, diffuser des idées... Rien n’est laissé au hasard pour rendre crédible ces nouvelles réalités. Sliv commence son initiation et sa progression dans l’organisation dont les objectifs demeurent obscurs. Le pitch est séduisant !
Malheureusement, Antoine Bello n’a pas les talents de scénariste et de falsificateurs qu’il prête à ses héros quand il s’agit de rendre crédible son récit. Il n’a pas choisi un livre à suspense ou bien un roman d’actions ce qui est son droit (en ce sens on est bien loin d’un Le Carré ou d’un K. Dick contrairement à ce que laisse entendre la 4ème de couverture). Sans doute certaines questions auront-elles leurs réponses dans les tomes suivants (quels sont les buts du CFR, d’où viennent ses moyens phénoménaux, comment une organisation pareille peut-elle exister depuis des dizaines d’années sans avoir été détectée ni dénoncée alors qu’elle recrute par petite annonce...). Mais pourquoi consacre-t-elle des moyens à inventer des écrivains romantiques inconnus, à côté d’objectifs convenus façon socio-écolo-bien pensant ? Les personnages bien qu’un peu caricaturaux sont attachants mais pourquoi le héros censé être super-doué et très prometteur nous donne-t-il l’impression d’être parfois godiche et manipulable ? Pas mal d’invraisemblances.
Bref, une super idée gâchée par une réalisation moyenne. Mais comme l’écriture est facile (c’est-à-dire le style un peu plat) Les falsificateurs est un bon roman pour se détendre.

A l'école des falsificateurs

7 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 46 ans) - 27 septembre 2015

Le parcours initiatique d'un jeune islandais dans une organisation internationale aux motivations mystérieuses et dont le mode opératoire est basé sur la falsification du réel, voilà de quoi attiser la curiosité.

Le travail de falsification nécessite 2 compétences principales : être un bon scénariste et bien contrôler les sources imaginées pour crédibiliser les scénarios. Et Antoine Bello semble s'y connaître en écriture de scénarios, car ce roman accroche et se lit très facilement. Bien qu'une petite lassitude s'installe en fin de récit et que la motivation pour attaquer la suite annoncée manque de vigueur.

Il est amusant de noter que "l'éloge de la pièce manquante" du même auteur aurait fait un bon exemple de dossier du CFR.

Un souffle d'air frais

10 étoiles

Critique de Jan (, Inscrit le 15 juillet 2014, 45 ans) - 15 juillet 2014

Ces Falsificateurs sont plus qu'un roman, ils sont un souffle d'air français dans une littérature française dominée par l'autofiction et les petites histoires de cœur. Ici on voyage, on refait le monde, on démine des complots internationaux et surtout on réfléchit à la façon dont les médias et les gouvernements façonnent insensiblement notre pensée. A lire d'urgence !

Très beau scénario

9 étoiles

Critique de Korl (, Inscrite le 24 mars 2013, 40 ans) - 24 mars 2013

Un roman que j'ai adoré ! Très bon scénario, les personnages sont attachants, j'ai dévoré le bouquin ! En revanche fin de l'intrigue dans un 2nd roman 'les éclaireurs'.
Je recommande vivement cette lecture

Wikipédiesque !

8 étoiles

Critique de Maxibapt (, Inscrit le 23 août 2009, 50 ans) - 26 novembre 2011

Je trouve les critiques et notations globalement assez dures pour un bouquin que j'ai adoré.

Roman initiatique, le héros est embauché comme consultant dans un cabinet conseil qui s'avère être une des couvertures d'une société secrète. Celle-ci corrige, complète ou créée des évènements ou faits de l'Histoire en modifiant les sources d'information existantes. Ses motivations ne sont pas clairement annoncées et sont de ce fait assez obscures quoique a priori plutôt humanistes.

L'idée est géniale voire jouissive. C'est très ludique. Un peu parano. On joue avec la notion de réalité même si on n'est quand même pas chez P. K. Dick. Ca reste très "grand public". C'est aussi très marqué par internet, d'autant plus que le terrain de jeu des intrigues et autres falsifications est clairement mondial. On voyage beaucoup. On peut y voir aussi une réflexion sur le travail de l'écrivain.

2 petits reproches parce que "qui aime bien, critique bien" :
- il n'y a pas de fin ou tout du moins celle-ci se trouve dans la suite "les éclaireurs"
- si le concept est original et jubilatoire, l'évolution de l'histoire et de son personnage principal est un peu sans surprise...

Bref, à lire.

Bello est un falsificateur de littérature

1 étoiles

Critique de Gnome (Paris, Inscrit le 4 décembre 2010, 51 ans) - 5 décembre 2010

Alléché par la 4ème de couverture, je me suis jeté avec espoir dans ce livre qui promettait d'être original. Hélas, dès la première page je fus déçu par le style. Mais qu'à cela ne tienne, je continue ! Il m'a tout de même fallu 200 à 300 pages pour réaliser que ce livre est probablement l'un des plus mauvais et prétentieux qu'il m'ait été donné à lire.

L'histoire de ce Consortium de Falsification du Réel (sic) est tout bonnement ridicule : quel est l'intérêt d'engloutir tant de temps, d'argent et de ressources pour réécrire des petits passages de l'Histoire qui n'intéressent personne ? Les personnages sont inconsistants, les lieux sont mal décrits (je connais par coeur Cordoba et je ne m'y suis pas retrouvé) et surtout, on navigue à vue dans l'invraisemblance du début à la fin...

Et il faudrait en plus se farcir une suite ! De qui se moque-t-on ?

Passez votre chemin.

Tout simplement gigantesque

10 étoiles

Critique de Laurent63 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 47 ans) - 24 novembre 2010

J'ai beaucoup hésité à lire ce roman car d'une part, les critiques que j'avais lu ici ne me donnaient pas envie, et d'autre part le sujet me paraissait un peu ennuyeux. Heureusement, je me suis décidé à franchir le pas, j'ai pris une sacrée claque car ce livre m'a procuré un pur moment de bonheur.
A travers les aventures de Sliv Dartunghuver et son activité dans l'organisation CFR, on apprend et découvre de nombreuses choses. En plus on voyage à travers les cinq continents. Une intrigue qui nous plonge dans un monde obscur du renseignement et de la falsification. Un suspense savamment dosé pour saisir le lecteur. Tous les ingrédients de la réussite sont au rendez-vous.
L'auteur construit si bien son récit que je me suis éclaté et j'ai adoré lire jusqu'à la dernière ligne son livre. J'ai hâte de lire la suite de ce roman. Si je passe un aussi bon moment cela me promet une belle délectation. A mes yeux ce livre est tout simplement gigantesque, de par sa qualité et sa richesse littéraire.

Manque de substance ...

4 étoiles

Critique de HakuRyoku (, Inscrit le 9 juin 2010, 58 ans) - 22 novembre 2010

Le sujet me semblait intéressant, mais finalement il n'en sort pas grand chose. L'intrigue est pratiquement inexistante, seuls les personnages attachants servent de fil rouge à une accumulation de dossiers factuels peu ou pas reliés entre eux. J'ai failli laissé tomber, mais la persévérance paye ... dans la suite, "Les Eclaireurs", qui est elle un cran au-dessus.

Si tout cela n’avait pas de réalité

7 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 50 ans) - 14 septembre 2010

Sliv est un jeune islandais ambitieux et idéaliste quand il renonce à un emploi, prédestiné à ne développer que de l’ennui, en faveur de la profession d’analyste environnemental.

Il y rencontre Gunnar qui sera un patron, un mentor même, mais dans une dimension inattendue, celle d’une organisation secrète, le Consortium de Falsification du Réel – CFR.

En dire davantage reviendrait à dévoiler le contenu d’un roman qui allie au polar la dimension initiatique voire la science fiction tant le sujet central semble irréel.

Au demeurant bien écrit avec une capacité au rebondissement qui fait qu’on ne le délaisse que peu de temps, ce roman de Bello (avant Les Eclaireurs) se distingue par des descriptions psychologiques fines et une gamme de personnages très variée.

Une vraie bonne littérature de vacances.

Et si on modifiait l'histoire?

8 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 42 ans) - 31 août 2010

Sliv Dartunghuver, jeune Islandais fraîchement diplômé en géographie, se voit offrir un poste à des conditions inespérées dans un cabinet d’études environnementales. Il découvre très vite que son chef, Gunnar, travaille en fait pour le CFR (Consortium de falsification du réel), auquel le cabinet sert de couverture. Cette organisation secrète, aux ramifications internationales, est chargée de monter de toutes pièces des dossiers sur de faux événements historiques, de faux artistes ou de fausses œuvres, « scénarios » qui doivent être étayés par la création de fausses sources. Gunnar flaire en Sliv un grand talent et lui propose de rejoindre le CFR. Le jeune homme s’avère une recrue douée, qui prend rapidement goût à ce pouvoir de démiurge. Il montera progressivement dans la hiérarchie du Consortium, ce qui le conduira en Argentine, puis en Sibérie.
Dans quel but agit ce consortium? Là est le grand problème : les agents ne savent pas quelle est la finalité du réseau. Et jamais l’auteur ne distillera le moindre indice sur cette finalité. Rendant l’histoire encore plus perturbante.
Le CFR n'est pas censé exister. Enfin, sûrement pas… ou peut-être pas… Car là où l’auteur excelle c'est qu'il parvient à ébranler nos certitudes. Les scénarios, souvent proches des théories du complot, inventés par Bello sont tellement plausibles qu'il parvient à faire vaciller nos certitudes les plus ancrées en matière d'histoire. Cette roman s'immisce hors de la fiction pour venir perturber nos efforts de compréhension de la réalité. Difficile en tout cas de lâcher ce livre passionnant de bout en bout. Vivement la suite promise avec les éclaireurs.

Bon livre

7 étoiles

Critique de Senoufo (, Inscrit le 9 janvier 2009, 63 ans) - 6 août 2010

même si l'action n'est pas au rendez-vous. En effet, je m'attendais à ce qu'une bonne partie du bouquin soit dédiée a la découverte par le héros islandais des bizarreries de l'entreprise qui l'emploie et qu'il découvre à la moitié du livre ce fameux CFR. Pas du tout. On sait très rapidement que ce CFR existe, quels sont ses travaux ( mais pas ses objectifs ...), ... Donc après logiquement on s'attend à un exercice de style où le héros passe son temps à faire des analyses et à créer de toutes pièces des morceaux d'histoire. Ce n'est pas tout à fait le cas. En fait c'est l'histoire d'un islandais qui, pris au jeu, décide de travailler pour le CFR. les chapitres nous racontent chacun un épisode de son ascension dans l'organisme secret. J'ai trouvé que ce livre se lisait bien ( chacun ses goûts ..), même si j'aurais préféré une fin plutôt qu'une suite.

CFR: pas si sexy que tu en as l'air

4 étoiles

Critique de Lescapricesdenicolas (, Inscrit le 2 décembre 2005, 39 ans) - 21 mai 2010

Un peu comme Angélique.

Sujet qui attise ma curiosité et n'est pas pour me déplaire.
Mais le récit en lui-même manque de mordant, de suspense et d'adrénaline. Les activités du CFR sont pourtant plutôt dangereuses et risquées, mais jamais pour autant la pression ne monte suffisamment pour m'empêcher de bailler quand je lis ce livre en fin de journée.
Je n'espérais pas du "Jason Bourne" bien sûr, mais davantage de pression ne m'aurait pas déplu.

J'ai néanmoins apprécié quelques dossiers, celui des archives secrètes de la Stasi et celui du cinéaste allemand au film disparu après une projection à la Cinémathèque Française, mais il manque - à mon humble avis - une intrigue forte, même en filigrane, pour densifier la quête identitaire et métaphysique du personnage principal.

Dommage

ennui quand tu nous tiens

3 étoiles

Critique de Angelique8244 (, Inscrite le 17 novembre 2008, 39 ans) - 13 décembre 2008

Je trouvais le sujet intéressant. Une histoire comme je les aime !
malheureusement quelle déception ! J'avoue je n'ai lu qu'une trentaine de pages mais elles m'ont ennuyée. Pas de suspens pas d'action pas de "mordant" pas de rythme...
je l'ai vite refermé et passé à un autre !
fans de Chatam et de ses "arcanes du chaos" et autres du genre, passez votre chemin

Forums: Les falsificateurs

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les falsificateurs".