Le guide galactique, tome 1 : Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams

Le guide galactique, tome 1 : Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams
(The Hitchhiker's Guide to the Galaxy)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Khayman, le 5 septembre 2005 (Chicoutimi, Inscrit le 25 février 2004, 42 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 10 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 129ème position).
Visites : 5 923  (depuis Novembre 2007)

Oeuvre d'art

[Je sais qu'il y a déjà une critique de la série du "Guide du routard galactique", mais elle est faite sur l'ensemble des 5 oeuvres la composant. Je crois que chacun des livres mérite une critique individuelle. ]

Ford Prefect, un extra-terrestre provenant du système de l’étoile Bételgeuse et travaillant à l’écriture du Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, est pris depuis une quinzaine d’année sur Terre. Avec son ami terrien Arthur Dent, ils embarqueront à bord d’un croiseur Vogon. Aux alentours du système de l’étoile de Barnard, ils feront la rencontre de Zaphod Beeblebrox, Président du Gouvernement Impérial Galactique, et de Trillian, la copine de Zaphod. Tous ensemble (et accompagnés de deux souris et d’un robot dépressif et paranoïaque nommé Marvin), ils iront sur la planète Magrathea, siège de la compagnie « custom-made luxury planet building ».

Il paraît que l’on ne peut pas étudier en astrophysique sans avoir lu la série des « Hitchhiker’s Guide to the Galaxy ». Je me suis donc mis à la tâche.

Ce livre est délirant. Premier tome des « Hitchhiker series », Adams mets en contexte burlesque des « grandes » questions et principes physiques et philosophiques. Je trouve qu’il réussit avec brio. La manière dont Prefect et Dent sont sauvés par le « Heart of Gold », premier vaisseau voyageant selon l’« Improbability Drive system », est vraiment originale (et c’est un euphémisme !). Les références aux singes essayant d’écrire Hamlet, aux personnes portant des montres digitales ; la description du « Babel fish », des souris qui auraient commandé la fabrication de la Terre afin d’énoncer la question dont la réponse est 42, des remarques impromptues transmises dans d’autres galaxies par des trous de vers, tous ces événements sont tous plus savoureux les uns que les autres.

J’ai aimé les quelques sarcasmes disséminés tout le long du roman. La critique de l’expropriation faites par Adams est géniale. Moins passive que celle faite par Mandeville dans sa chanson Le Vieux du Bas-du-Fleuve et plus étendue que celle faite par Stephen King dans Chantier, elle est aussi ironique que tragique.

Citation :

One of the things Ford Prefect had always found hardeest to understand about humans was their habit of continually stating and repeating the very very obvious, as in It’s a nice day, or You’re very tall, or Oh dear you seem to have fallen down a thirty-foot well, are you all right ? At first Ford had formed a theory to account for this strange behaviour. If human beings don’t keep exercising their lips, he thought, their mouths probably seize up. After a few months’ consideration and observation he abandoned this theory in favour of a new one. If they don’t keep exercising their lips, he thought, their brains start working. After a while he abandoned this one as well as being obstructively cynical and decided he quite like human beings after all, but he always remained desperately worried about the terrible number of things they didn’t know about

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Nonsense total !

9 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 64 ans) - 18 août 2021

Rien ne va plus sur la Terre pour Arthur Dent, Anglais tout ce qu'il y a de moyen et de banal. La mairie a décidé de raser sa maison pour pouvoir construire à la place une bretelle d’autoroute. Le chef de chantier est sur place, accompagné de ses ouvriers. Déjà, les bulldozers font vrombir leurs moteurs. C’est trop injuste pour Arthur qui décide de s’étendre dans la boue devant les mastodontes d’acier pour les empêcher de détruire sa maison. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Ford son meilleur ami, astrostoppeur natif de Bételgueuse et exilé depuis 15 ans sur Terre, lui annonce froidement que celle-ci va être détruite dans les deux minutes qui suivent. Déjà d’énormes engins se rassemblent dans le ciel avec des intentions fort peu pacifiques.
« Le guide du voyageur galactique » est un roman de science-fiction humoristique, parodique et complètement décalé qui peut se révéler un régal pour qui aime ce genre très particulier. Nous sommes en effet dans le registre de l’humour british le plus loufoque, le plus barré, en plein « nonsense » tout au long d’une histoire sans queue ni tête. Les personnages se retrouvent dans toutes sortes de situations improbables et s’en sortent toujours, même au prix de contorsions d’une totale invraisemblance. Rationalité, logique et vraisemblance sont bien sûr le cadet des soucis de Douglas Adams qui préfère rire de tout, pour le plus grand plaisir du lecteur. On notera une certaine parenté d’inspiration avec le regretté Terry Pratchett et avec l’excellent Neil Gaiman. Et, à certains moments, j’ai même eu l'impression de me retrouver avec une bande de Shadoks sur la planète du Petit Prince ! C’est dire…

42

9 étoiles

Critique de Klein (, Inscrit le 16 octobre 2004, 58 ans) - 15 janvier 2014

42 est la réponse.
Mais quelle est la question ?
Un humour typiquement anglais (et donc absurde). Mais des trouvailles ENORMES. Un livre complètement différent.
Je l'ai relu avec plaisir, je ne me souvenais pas de tout.

Minable

2 étoiles

Critique de N@m0 (, Inscrit le 10 mars 2012, 26 ans) - 7 juillet 2012

Ce n'est pas de la littérature... Il n'y a aucun style et l'humour est pitoyable. C'est du gros n'importe quoi et c'est supposé être drôle.

Une petite étoile pour les références à l'astrophysique et le célèbre 42.

de la haute philosophie

9 étoiles

Critique de Yeaker (Blace (69), Inscrit le 10 mars 2010, 49 ans) - 21 juillet 2010

Evidemment, pour public averti. Attention la synthèse des réponses aux questions est là et ce n’est pas facile de vivre en le sachant.

Un univers délirant !

9 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 21 avril 2010

Ma série préférée où l’on nous révèle les grands mystères de la Vie, l’Univers et le Reste, rien de moins !!

« Et puis, un beau jeudi, près de deux mille ans après qu'on eut cloué un homme sur un arbre pour avoir dit combien ça pourrait être chouette de se montrer sympa avec les gens, pour changer, une fille assise toute seule dans un petit café de Rickmansworth comprit tout soudain ce qui ne tournait pas rond depuis le commencement et vit enfin comment on pouvait faire du monde un endroit agréable et chouette. Cette fois, c'était la bonne, ça marcherait et on n'aurait plus besoin de clouer n'importe où n'importe qui.
Mais hélas, avant que la jeune fille n'ait eu le temps de trouver une cabine pour téléphoner à quelqu'un la nouvelle, une terrible catastrophe survint et l'idée se perdit à jamais.
Ceci n'est pas l'histoire de cette jeune fille. »

Non, nous on suit les aventures d’Arthur Accroc, un anglais « parfaitement normal », qui va voyager dans l’espace et le temps avec ses nouveaux compagnons après que son meilleur ami lui apprend qu’il est un extraterrestre et que la Terre va être détruite.

Le premier tome n’est pas mon préféré de la série (c’est le troisième mon #1), mais c’est assurément une entrée géniale en la matière. Je conseille la série à ceux qui aiment l’humour absurde anglais et le space opéra.

So british...

9 étoiles

Critique de 007 (, Inscrit le 17 août 2009, 25 ans) - 13 mars 2010

Laissez vous transporter dans l'épopée galactique la plus déjantée de tous les temps ! Du rire du début à la fin qui arrive malheureusement trop vite ("si c'est pas malheureux" dirait Marvin, le robot déprimé) ... Avec ce premier opus, l'auteur (le génial Douglas Adams) pose les bases de l'histoire (les inoubliables personnages, la trame...) et la question (ou plutôt la réponse) à la question essentielle de la vie ("ne m'en parlez pas de la vie", toujours Marvin), de l'univers et du reste. Quoique pas le meilleur de la série, ce livre, adaptation de la célèbre série radiophonique, nous emporte dans le plus incroyable des voyages, en compagnie d'Arthur Dent (et bien d'autres). A lire absolument jusque "au fin fond des tréfonds de l'univers" !

Ps : Pour ceux qui détestent l'humour anglais, s'abstenir de le lire...

le guide galactique pour les nuls

7 étoiles

Critique de Alouette (Seine Saint Denis, Inscrite le 8 mai 2008, 37 ans) - 16 février 2010

Un petit livre qui m'a été chaudement recommandé. L'humour (anglais) est omniprésent: les situations sont loufoques, les personnages inoubliables, de grandes énigmes sont posées... Que demander de plus ?
Si, la suite ^^

Avis

10 étoiles

Critique de Pierrafou (, Inscrit le 6 novembre 2009, 33 ans) - 6 novembre 2009

Je trouve ce livre vraiment très drôle. C'est le film qui m'a fait connaitre le livre et ils se complètent très bien. Je ne savais pas qu'on ne pouvait étudier en astrophysique sans avoir lu ce livre du coup je vais pouvoir obliger mon cousin à le lire (prétexte de merde).

Nuançons un peu...

6 étoiles

Critique de Lombryck (, Inscrit le 21 mars 2009, 39 ans) - 19 juin 2009

Par rapport à la critique principale : c'est vrai que c'est sympa, bien déjanté etc...

Néanmoins, à part pour les fans de Monthy Pythons, c'est parfois un peu trop. Et puis, franchement, la fin est ratée (à moins que cela reparte du même point dans le tome 2). Ça fait un peu comme dans Men In Black, on passe beaucoup de temps à planter le décor, on accroche bien et la vraie intrigue est torchée en 30 min/pages...

Dans tous les cas, c'est un classique et cela vaut le coup de le lire.

Forums: Le guide galactique, tome 1 : Le guide du voyageur galactique

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le guide galactique, tome 1 : Le guide du voyageur galactique".