Lance-Flammes de Gaëtan Faucer

Lance-Flammes de Gaëtan Faucer

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par Débézed, le 2 février 2024 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 76 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 198 

La condition humaine en vers

Gaëtan c’est, comme disent les commentateurs sportifs le « couteau suisse » de la littérature, il sait tout faire ou presque, avant de lire ce recueil de poésie, j’avais déjà lu un recueil d’aphorismes publié par Cactus inébranlable éditions et je viens de recevoir le texte d’une pièce de théâtre, édité par Lamiroy, qui sera bientôt donnée sur scène. Il a su convaincre des éditeurs à la réputation bien établie, ça prouve sans doute qu’il ne manque pas de talent.

Ce recueil se compose de poèmes de forme souvent différentes, un par page, construit avec des vers courts, quelques mots seulement. Comme tout bon poète, Gaëtan choisit scrupuleusement ses mots qui pour moi et apparemment pour lui aussi, ont plus d’importance encore que les vers, ce sont eux qui donnent le sens, la musique et le rythme aux vers et aux poèmes. « …// Le long des lignes / Une histoire se tisse / Qu’importe celle-ci / Le mot lui est partout // … ». Les histoires sont toujours les mêmes mais la façon de les raconter et de les mettre sur la page est très personnelle, il y a mille et une bonnes manières d’écrire une bonne histoire en choisissant habilement ses mots et en le agençant adroitement. Gaëtan le sait et le fait !

Chaque poème raconte quelque chose, décrit un morceau de vie, Gaëtan y exprime sa joie de vivre son plaisir d’être sur terre, de jouir de l’existence mais aussi ses sensations, parfois, son mal être, ses états d’âme. « … // Vivre en connaissance de cause / Exister et déguster sa raison d’être / Entrevoir les règles de l’histoire / Les pourquoi des défenses imposées ... ».

En quelques mots, il construit un poème dont la seconde et dernière strophe évoque l’infini, le temps qui coule dans le sablier du maître du temps, celui qui tire inéluctablement les ficelles de l’espace de notre existence. Le poète s’interroge : « … // Qui commande ses actes / Qui tire les ficelles ? / Triste sort / Pauvre destin / Qu’est celui de mener / Le monde / a son inéluctable perdition ».

Pauvres ères, vous qui devez subir la quantité de temps qui vous est allouée sans que vous sachiez qui détermine cette mesure. Ce recueil est plein de l’ambigüité de l’humanité où le plaisir de jouir de l’existence est souvent contredit par les contraintes que celle-ci impose.


Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Lance-Flammes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lance-Flammes".