Pas dormir de Marie Darrieussecq

Pas dormir de Marie Darrieussecq

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Darius, le 10 août 2022 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 640ème position).
Visites : 558 

To sleep or not to sleep

L’auteure est insomniaque. Elle en souffre depuis de nombreuses années. Elle a tout essayé, la méditation, les drogues, les médicaments, l’alcool, se lever et travailler.. Elle a même changé de mari.. Et rien n’y fait. A 4 heures du matin, elle se réveille et ne peut plus dormir.

Selon elle, une tentative de suicide est plutôt une tentative de sommeil . Barbara chante dans ses insomnies que dormir n’est pas mourir elle y clarifié un épisode dès sa vie qui la mena au coma

Combien de stars sont ainsi mortes dans l’espoir de dormir ? Michael Jackson (Lorazepam et Propofol), Prince (Fentanyl) Jimmy Hendricks, (alcool et 9 cachets de Séconal) Judy Garland (alcool et 10 cachets de Seconal) ainsi qu’un nombre infini de starlettes

Elle s’est attelée à lire tous les écrivains insomniaques et il y en a un paquet. Le plus important est Kafka

Kafka le maître de la zone en 1911 dans” nuit d’insomnie”

“La troisième nuit d’insomnie d’affilée mais je m’endors bien. Je me réveille au bout d’une heure comme si j’avais posé ma tête dans le mauvais trou. Je suis complètement réveillé et j’ai l’impression de n’avoir pas dormi du tout. Ou de n’avoir dormi que sous une peau mince. Je me retrouve dans la nécessité de devoir travailler pour m’endormir. Et je me sens rejeté par le sommeil. Je dors véritablement à côté de moi. Tandis qu’il me faut en même temps me battre avec des rêves. Vers cinq heures j’ai consommé jusqu’à la dernière trace de sommeil. Je ne fais plus que rêver ce qui est plus épuisant que de veiller. Bref je passe toute la nuit dans l’état où se trouve un homme sain. Avant de s’endormir pour de bon.”

J'ai beaucoup aimé ce livre, non pas que j'éprouve de la compassion pour l'insomnie de l'auteur surtout lorsqu'elle raconte que ses enfants l'ont toujours connue à moitié ivre, mais bien pour toutes les recherches qu'elle a mené sur les écrivains insomniaques, en les passant en revue et en copiant les extraits glanés dans leurs oeuvres tout en donnant le maximum de références.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Insomnuit

10 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 15 novembre 2022

Marie Darieussecq a profité de ses nuits blanches pour explorer toutes les facettes de l’insomnie.
Si autrefois mal dormir était mal vu car synonyme de mauvaise conscience, maintenant "l’insomnie serait donc plus élégante que le sommeil", réservée aux gens intelligents, responsables et travailleurs.
Elle dresse un inventaire de tous les moyens existants, essayés au fil des ans pour trouver le sommeil réparateur indispensable à la vie.
D’ailleurs, priver des gens de sommeil était et est utilisé comme une "torture propre et sans contact".
Le moyen le plus courant est l’utilisation de médicaments, quelquefois anarchique, à des doses de plus en plus fortes, ainsi que l’alcool avec de réels risques sur la santé, l’altération de la mémoire, et les surdosages pouvant entraîner la mort.
"Le chloral me fait des trous dans le cerveau" confiait Proust à Paul Morand.

Les insomniaques se retrouveront dans les rituels qu’ils s’imposent, les listes qu’ils se récitent, répètent, la peur de ne pas dormir, ce passage dans la zone hypnagogique "espace entre chien et loup" qui précède le sommeil tant espéré.
"Délestez-moi de ma conscience, l’atroce conscience de l’insomnie." Levinas

Et au fil des années, de sa propre histoire, l’évolution du sommeil... ou de l’insomnie.
La naissance des enfants signant la fin des nuits complètes et sereines.
Les illuminations nocturnes des villes, les connexions permanentes avec le monde et ses événements qui ne s’arrêtent jamais créant de nouvelles insomnies.
Mais quoi qu’il en soit "Rien ne perturbe l’insomniaque. Aucun événement. Aucune étincelle diurne ne vient illuminer son rapport à la nuit. Rien n’empêche l’insomniaque de ne pas dormir."

Insomniaque moi-même, j’ai été passionnée par ce livre complet, renseigné, tout y est exploré, où je partage ce constat "Les matins des nuits où on n’a pas dormi sont des matins morts" et j’ajouterais, des journées mortes.
Un livre que j’avais prévu de lire par épisodes, que je n’ai pas lâché, et sur lequel je ne me suis pas endormie !!

Forums: Pas dormir

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pas dormir".