Les aventures de la liberté de Bernard-Henri Lévy

Les aventures de la liberté de Bernard-Henri Lévy

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie , Littérature => Francophone

Critiqué par Septularisen, le 18 juin 2022 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 54 ans)
La note : 1 étoiles
Visites : 106 

UN LIVRE DE «PHILOSOPHIE» M’EST (ENCORE UNE FOIS!..) TOMBÉ DES MAINS!

Que dire exactement du sentiment éprouvé à la lecture de ce livre?...
Comment critiquer un «philosophe» tel que M. Bernard-Henri LÉVY (*1948, ci-après désigné par ses initiales BHL), considéré comme un des plus grands «philosophes» français du XXe S. qui plus est, de nombreuses fois pressenti pour le Prix Nobel de Littérature?...

Et pourtant, je me réjouissais de lire ce livre! Pensez-vous, «Une histoire subjective des intellectuels» de «l’Affaire Dreyfus à la première guerre du Golfe». Que demander de plus?
Et bien peut-être tout simplement que ce livre n’ait pas été écrit… par BHL? Parce-que pour être subjective, je valide! Elle est même très subjective!

J’ai été estomaqué en lisant ce livre! Littéralement choqué!
Passe encore sur son égo surdimensionné, dont la démonstration n’est plus à faire (il suffit de regarder le nombre de fois où l’on retrouve le mot «J’ai», dans la préface)… Passe encore sur la réputation plus que sulfureuse de «philosophe» de BHL, qui cite des références trouvés sur internet dans ses livres sans même les vérifier... Mais quand même, quand je lis des phrases comme : «Qu'est-ce que le totalitarisme sinon le fantasme d'un monde (ou, pour commencer, d’un moment, d’un état ou d’un âge du monde) qui serait enfin purifié de cette énigmatique éternité du Mal?» (Pg.425), que dois-je penser?
Les populations vivant actuellement en Ukraine doivent avoir la réponse à cette question!

Passons encore sur certaines réflexions «de haut vol», complètement ridicules, comme p. ex. Pg. : 251 «Honneur à Malraux le combattant. Honneur à Malraux le condottiere. Connaissez-vous un autre écrivain qui se soit rêvé – et vécu – chef de guerre?»… Euh… Ernest HEMINGWAY (1899 – 1961), George ORWELL (1903 – 1950, Eric Arthur BLAIR de son vrai nom), et quelques autres apprécieront…

Passons même sur les explications «foireuses» qu’il donne à certains faits ou événements, p.ex. Pg. 352, sur le fait que ce même André MALRAUX (1901 – 1976) n’a jamais été lauréat du Prix Nobel de Littérature… Il ne faut pas être devin pour comprendre qu’il n’y connaît rien et dit n’importe quoi en matière de Nobel…

Mais que dire quand, page 445, je trouve cette phrase : «J’ai vu un Michel Foucault se livrer à de méritoires mais pathétiques acrobaties pour continuer de défendre les droits de ces pédés, (!!) prisonniers, immigrés, et autres opprimés qui restaient des hommes n’est-ce pas? - mais dont il avait, en tant qu’ils étaient des hommes, commencé par authentifier l’acte de décès.»

Inutile de dire que là, le livre m’est tombé des mains!... Fini! J’arrête de lire cette «escroquerie littéraire»! Et surtout de perdre mon temps à essayer de trouver des excuses à ce Tartuffe! Comment BHL pourfendeur et défenseur de toutes les causes perdues, l’homme qui s’est battu pour Sarajevo et qui a aidé à faire tomber la dictature Libyenne, peut-il écrire une phrase comme celle-là?
Selon l’adage «Les paroles s’envolent, les écrits restent», «l’intérêt» (?) de lire un livre comme celui-ci, est que son contenu devient indélébile et ineffaçable… Pas de chance, pour celui qui se veut le «plus Grand Humaniste contemporain», plus qu’adulé, par ce que je regrette de devoir appeler une bande de «gogos»…

J’en arrive finalement à la réflexion suivante : De toutes les personnes, les critiques «littéraires» notamment, qui ont parlé de ce livre à sa parution en 1990 (1991 pour l’édition de poche) à aujourd’hui, et qui sont censés avoir lu ce livre avant moi… Aucune n’a remarqué ces phrases absolument horribles?... Personne pour en parler? Personne pour les dénoncer ?... S'en indigner?... Les critiquer?... Personne pour en faire le reproche à BHL, le mettre devant ses contradictions, le confronter à ses «inepties»…
BHL est-il un tel «monument» littéraire, que personne n’ose dire quoi que ce soit sur ces «dérives» absolument scandaleuses?... Ou alors, est-ce la preuve, une fois de plus, que les critiques littéraires ne lisent pas les livres qu'ils critiquent et que personne ne lit les livres de BHL… Et, si tel est le cas, c’est bien tout ce qu’il mérite!...
Je n’en dirai pas plus, ne voulant faire aucune forme de publicité supplémentaire au «livre» (?) de cet intellectuel de pacotille (et je pèse mes mots!..), le laissant faire les Unes d’émissions télévisées, aussi futiles et inutiles que… Lui!

P. S. : BHL aurait mieux fait de relire lui-même son propre livre, et notamment l’entrevue qu’il a avec Claude SIMON (1913 – 2005, Prix Nobel de Littérature 1985) qui dit Pg. 25 : «Il y a quelques années, on a posé la question : quel est le devoir de l’écrivain? Ma réponse a été très simple, parce que, là aussi, les choses me semblent évidentes: le devoir impérieux de l’écrivain c’est de faire la meilleure littérature possible…». Il est évident qu’avec un livre comme celui-ci, BHL en est loin, très loin!..

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les aventures de la liberté

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les aventures de la liberté".