Libre comme l'air de Sara Lövestam

Libre comme l'air de Sara Lövestam
(Luften är fri)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Darius, le 12 novembre 2020 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 870 

Enquête passionnante

Comme d’autres polars suédois, tel Henning Mankell, ce que j’apprécie chez eux, c’est le volet sociologique. Dans ce roman, on suit le parcours de réfugiés en Suède.
Ici, il s’agit d’un Iranien, qui a fait une demande d’asile qui a été rejetée. Mais selon la loi, il doit attendre un certain temps et peut faire une nouvelle demande, ce qu’il fait effectivement. Mais entretemps, il est devenu un homme transgenre. Il s’appelait Nesrine, voici qu’il s’appelle Kouplan…

« Ce n’est pas votre passeport. C’est le passeport d’une fille. Nesrine Amirpour.
« C’est un peu compliqué. J’étais une fille quand je suis arrivé ici. J’ai fait une réassignation sexuelle.
« Pourquoi demandez-vous l’asile ?
« Je ne peux pas retourner dans mon pays. A Téhéran je travaillais pour un journal avec mon frère. Il a été enlevé par la police.
« Comment s’appelait le journal ?
« Zakhmha. Çà signifie les blessures il s’agit des blessures de la société
« Et vous avez peur d’être arrêté par la police en Iran ?
« Oui. En fait je n’ai plus personne là-bas. Mes proches ont tous disparu, je ne pourrais pas y retourner.
« Vous avez changé de sexe, dans quel pays ?
« En Suède.
« Sans permis de séjour, c’est impossible. Quel médecin avez-vous consulté ?
« Je l’ai fait moi-même.
Il ment. Même s‘il était chirurgien ce serait impossible. On ne peut pas se faire à soi-même des opérations de ce genre.
Koupal essaie de leur expliquer : les hormones, la testostérone, la pilosité faciale, la mue…
« Alors vous êtes encore une femme.. Vous allez sans doute devoir le prouver, vous allez devoir vous déshabiller devant une femme agent, vous serez convoqué…. »

Mais ce n’est pas cela la trame de l’histoire. Notre réfugié, Kouplan, encore clandestin, s’est lancé dans une carrière de détective privé. Il est engagé via via, par une bourgeoise, Ulrika, qui décide de faire suivre son mari, Hâkan, avocat bien connu, qu’elle soupçonne d’infidélité.

Voici, notre Kouplan, qui ne sait même pas où vivre puisqu’il n’a pas de toit, bombardé détective privé. Il se réfugie sous les ponts où il fait connaissance avec les marginaux du coin, drogués ou alcooliques, Grand-Mère (c’est son surnom) et Will.

Et le polar se déroule comme tous les polars, sauf qu’ici il n’y a pas de meurtres, il faut juste prendre en filature cet avocat d’affaires et découvrir pourquoi sa femme le soupçonne d’infidélité alors que la réalité découverte est toute autre.

Selon moi, les personnages ne sont pas très attachants, cet avocat Hâkan et sa femme Ulrika ne m’ont pas convaincue. Que dire alors de Jim Brodin, un escroc notoire ?
Bref, les seuls personnages plus sensibles sont les marginaux que fréquente Kouplan.

J’ai failli abandonner la lecture au bout de quelques pages, tellement il y avait de marginaux qui gravitaient autour du héros principal Kouplan, car il devait chaque fois trouver un nouveau logement.
Heureusement, j’ai poursuivi ma lecture car l’enquête prenait un tour imprévu et le dénouement me passionnait.

La fin m’a cependant laissée sur ma faim.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Libre comme l'air [Texte imprimé] Sara Löverstam traduit du suédois par Esther Sermage
    de Lövestam, Sara Sermage, Esther (Traducteur)
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266306850 ; 7,95 € ; 02/07/2020 ; 408 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Une enquête du détective Kouplan

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Libre comme l'air

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Libre comme l'air".