De purs hommes de Mohamed Mbougar Sarr

De purs hommes de Mohamed Mbougar Sarr

Catégorie(s) : Littérature => Africaine , Littérature => Francophone

Critiqué par Cyclo, le 16 juillet 2019 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 76 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 495ème position).
Visites : 3 160 

la "maladie des blancs" en Afrique noire

Le narrateur est professeur de français à l’université de Dakar. Il remarque le peu d’intérêt de ses étudiants pour la littérature. Ndéné, sans vivre avec elle en permanence, est l’amant de Rama, une jeune femme libre. Elle lui présente un jour une vidéo qu’elle a reçu sur son smartphone et qui montre une foule hystérique dans le cimetière musulman opérant l’exhumation du cadavre d’un homme "impur", car soupçonné d’être homosexuel et indigne de voisiner, même mort, avec des hommes "purs". Cette petite vidéo va remettre en question l’existence du jeune professeur qui, après ses études supérieures en France, et bien qu’étant parfaitement hétérosexuel, ne comprend plus cette discrimination. Par ailleurs, il a reçu un mail du Ministère invitant les professeurs à supprimer l’étude des écrivains homosexuels. Or, il vient de faire un cours sur Verlaine. Il est d’abord sommé de s’expliquer sur le sujet par ses étudiants qui décident de boycotter ses cours, puis par le doyen qui le met à pied. Ndéné est rapidement discrédité et bientôt la rumeur court qu’il est lui-même homosexuel, car par ailleurs il a retrouvé la trace de l’homme exhumé et de sa famille, et est allé s’informer de ce qui s’était passé.

L’islamisme intégriste, l’homosexualité (une maladie des blancs !) et l’homophobie qui en découle, sont des sujets sensibles au Sénégal – et sans doute ailleurs en Afrique noire. Ici Mohamed Mbougar Sarr, jeune écrivain sénégalais, aborde ces thèmes sociétaux en un roman qui lui permet de nous livrer une réflexion étonnante, nuancée et presque sans tabous. Sans pour autant faire de "De purs hommes" un roman à thèse sur l'homophobie au Sénégal. Superbement écrite dans une narration bien maîtrisée, sa prose est un appel à la tolérance. Mais sera-t-il lu dans son pays ?

Un cri dans le désert ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

beau, dramatique...

9 étoiles

Critique de CHALOT (, Inscrit le 5 novembre 2009, 74 ans) - 7 août 2022

« De purs hommes »
roman de Mohamed Mbougar Sarr
livre de poche
189 pages
novembre 2021

Beau, dramatique et si bien écrit

Ndéné, jeune professeur de lettres enseignant à Dakar se voit invité par son amie à visionner une de ces vidéos qui passent en boucle sur internet.
Il y voit une foule hystérique se précipiter ….Deux hommes creusent une tombe pour en extraire un cadavre.
Cet homme n'a pas le droit à une sépulture, car il est homosexuel ! C'est l'horreur absolue.
Ndéné, amoureux des poètes, de la langue et de la culture, veut en savoir un peu plus.
Il est secoué, qui ne le serait pas !?
Il refuse l'hypocrisie, les faux semblants et l'obscurantisme ambiant qui accompagne la pratique de l'islam.
Comme lui explique un de ses collègues d'Université, l'homosexualité n'est pas venue d'Occident, c'était une pratique sexuelle connue et acceptée ici même au Sénégal avant que les docteurs de la foi ne décident que ce serait un crime.
Il interroge un homme connu qui s'affiche comme un travesti haut en couleurs qui monte des spectacles de rue.
L'homme lui avoue qu'en exagérant le personnage, il se protège mais pour combien de temps encore :
« Pourtant un jour, peut-être, l'illusion s'arrêtera. La vérité se découvrira. On ne peut rien cacher à l'inquisition sociale. » La foule est sauvage et sans pitié !

Les rumeurs naissent, se développent et rien ne les arrête.
N'est-il pas lui-même victime de la vindicte populaire, partant de ses propres étudiants qui l'ont dénoncé à sa hiérarchie parce qu'il avait défendu Verlaine ?

Ce jeune professeur est musulman, il va à la mosquée mais pour lui, il y a Verlaine qui a fait ses choix sexuels, et alors.... mais c'est aussi et surtout un grand poète.
C'en est trop !

C'est un roman bouleversant qui ne peut que nous faire réfléchir sur l'hypocrisie morale qui ronge les sociétés, celle décrite par l'auteur, mais d'autres aussi, les sociétés occidentales !

Jean-François Chalot

Un roman choc dans un Sénégal sous l'emprise d'un Islam rigoriste

9 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 24 juin 2022

Ce roman, qui précède « La Plus Secrète Mémoire des hommes », évoque avec subtilité la situation actuelle des homosexuels au Sénégal, un pays à 95% musulman. Réputé pour sa tolérance envers les autres religions, le pays l’est pourtant beaucoup moins envers les orientations et pratiques sexuelles différentes, les actes prétendument « contre-nature ». C’est ce que raconte Mohamed Mbougar ici, en prenant comme point de départ une vidéo diffusée sur Youtube montrant, pourrait-on dire, le « lynchage » d’un homme déjà mort, la mise en pièces d’un défunt extirpé de sa tombe et jeté en pâture à une foule haineuse et surexcitée. La rumeur disait qu’il aimait les hommes… un crime impardonnable qui lui interdisait de fait l’inhumation…

Mohamed Mbougar Sarr possède une plume de talent, érudite, fluide et poétique. Il utilise des mots simples qu’il sait faire sonner, ce qui en fait un vrai plaisir de lecture. « De purs hommes » dépeint une réalité sociale d’un autre âge dans un pays où la tradition et la religion pèsent encore très lourd, si « tolérante » soit cette dernière...

Dans ce récit, le personnage principal, interpelé et choqué par la vidéo, va remonter jusqu’à la famille de l’homme déterré, entamant une remise en question de ce qu’il croit être son identité, de ses préjugés de mâle hétérosexuel. Mbougar Sarr en profite pour délivrer une charge cinglante contre les coutumes de son pays et dénoncer l’hypocrisie ridicule qui les entoure. Ce livre équivaut à un acte de courage dans le contexte où il a été écrit. Pour preuve, la polémique ne s’est pas fait attendre lors de sa publication, certains ayant accusé son auteur de faire l’apologie de l’homosexualité ! Un roman brillant qui devrait pousser à la réflexion et à plus de tolérance.

Un roman coup de poing

8 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 42 ans) - 24 décembre 2021

La vidéo d'un cadavre déterré au Sénégal fait le buzz. Surtout quand il sera compris que ce corps est celui d'un homme gay qui ne mériterait pas d'être enseveli aux yeux de la majorité. Cet acte immonde aura des conséquences en cascade. Ndéné Gueye est prof de lettres et s'ennuie avec ses élèves peu intéressés par la littérature. Son père est respecté dans le milieu musulman et véhicule des idées qui ne vont pas à l'encontre de l'acte qui figure dans la vidéo virale. Influencé par la femme qu'il aime, Gueye va s'interroger sur cet acte et sur ce pauvre corps exhumé ...

Ce roman de Mohamed Mbougar Sarr fait polémique actuellement au Sénégal par rapport à la vision homophobe que l'écrivain, qui vient de recevoir le prix Goncourt, associe aux Sénégalais. Ce roman a un effet coup de poing et secoue par sa franchise et par les propos et actes que l'on découvre. Evidemment, ce roman est engagé. A certains moments, les personnages prennent clairement position et débattent sur la place des homosexuels dans la société sénégalaise. On ne bascule pas pour autant dans le roman à thèse, mais l'on perçoit clairement l'implication de l'auteur. Il est certain qu'une violente intolérance vis-à-vis des gays est perçue dans la lecture de cet ouvrage à cause de la religion musulmane très sévère à ce sujet selon les dires de l'auteur.

Le statut du gay occupe une grande place dans ce roman. Et il est assez révoltant, voire effrayant, de voir ce qui leur est consacré, allant de la violence au bannissement. Des parents n'hésitent pas à renier leurs enfants pour ce fait, voire même à participer à ces actes cruels. L'écrivain attire l'attention sur certaines zones d'ombre et déconstruit toute la mécanique qui vise à dire que cette sexualité n'existait pas en Afrique et que l'Occident est donc responsable de cette perversion. Le roman est édifiant à ce sujet.

L'écriture de Mohamed Mbougar Sarr est efficace et vive. Le lecteur ne s'ennuie pas une seule seconde dans ce roman, tour à tour, sensuel et dur. Le style de l'auteur varie selon les pages et les besoins sans doute de l'écrivain. J'ai surtout apprécié les pages plus poétiques et imagées. L'écrivain peint avec justesse le désir et le plaisir. Les pages sur le deuil, avec la métaphore du Minotaure et le labyrinthe, sont les plus belles pages que j'ai lues à ce sujet.

"De purs hommes" est un roman engagé, capable de sensibiliser à certaines causes et qui ébranle le lecteur. L'écrivain fait preuve d'ouverture d'esprit et c'est salutaire.

Forums: De purs hommes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "De purs hommes".