L'hydrolyse affriolante de Christophe Esnault

L'hydrolyse affriolante de Christophe Esnault

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par Débézed, le 20 mai 2015 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 77 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 3 150 

Amour à mort

Un petit livre pour un long poème ou un long poème dans un petit livre, un long poème comme un mille-pattes composé de vers de mille pieds pour chanter l’eau qui coule sur la courbure d’une hanche, les femmes fluides qui s’épanchent comme des fleuves alanguis en longs méandres.

« Le fleuve se confond à tes courbes enchanteresses »

On pense inexorablement à la femme liquide qui hante la chanson de Ferré :

« Une robe de cuir comme un fuseau
Qu'aurait du chien sans l'faire exprès
Et dedans comme un matelot
Une fille qui tangue un air anglais »

Dans ces vers d’une douce sensualité érotique où le rythme et la musique tiennent lieu de ponctuation, de respiration, Christophe Esnault chante les femmes qui l‘ont séduit, qu’il a désirées mais pas toujours conquises, le laissant abandonné dans son amertume à croire que l’amour peut se confondre avec la mort quand il est mal partagé.

« L’envie de mourir et le désir de t‘étreindre sur le chemin de halage ».

« Maison isolée où le médecin de famille précède l’ambulance ».

Poème d’amour, de douleur et d’angoisse en de bien jolis vers qui constituent un très bon texte méritant bien, avec ses seize strophes de huit vers chacune, de figurer parmi les recueils même s’il n’est qu’un numéro de la revue « Poésie en voyage ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'hydrolyse affriolante

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'hydrolyse affriolante".