Mr Mercedes de Stephen King

Mr Mercedes de Stephen King
(Mr Mercedes)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Darkvador, le 9 février 2015 (Falck, Inscrit le 1 février 2012, 54 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 14 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 381ème position).
Visites : 7 176 

beaucoup plus qu'un simple thriller

Donc voila le premier livre de la trilogie annoncé par Stephen King " MR Mercedes". Une histoire sans fantôme, démons et autres... Juste un cinglé et quel cinglé! Déjà hacker de génie , raciste pervers et manipulateur il va en plus devenir terroriste. Sans compter ses relations sadiques conflictuelles et perverses avec sa mère. Un thriller à la sauce de Stephen King, un thriller différent du classique habituel car on connait d'avance le meurtrier. Le King retrouve une seconde jeunesse. Il écrit avec l'insolence de ses débuts et ça fait plaisir. L'histoire d'un cinglé qui va tuer 8 personnes et faire 14 blessés graves en fonçant dans une foule qui faisait la queue avec une Mercedes volée à une dame qui va pousser plus tard au suicide. Avec son style particulier, l'auteur va nous faire rentrer dans la tête du tueur , dans ses pensées , ses visions, ses vérités à lui. Un homme qui arrivera à se faire apprécier à se fondre dans la masse , un homme très poli (même si en vérité il voudrait voir tout ce beau monde mort). Encore une fois Stephen King arrive à faire avoir de l'empathie pour ses héros improbables. Un policier à la retraite 62 ans, une calvitie énorme, 30 kilos de trop et qui va faire de mauvais choix qui vont être catastrophiques pour lui et ses amis. Une femme de 44 ans qui se soigne au lexapro qui a des problèmes relationnels avec les gens, pas toute sa tête , anxieuse et timide. Un jeune homme de 18 ans noir qui adore internet et les ordinateurs. Et pourtant à eux trois ils vont former un trio impossible pour contrer les projets du terroriste. Sans prochain coup , il le veut encore plus grand que celui de la Mercedes, il veut faire plus de morts. Mais avant il veut à nouveau pousser au suicide. Sa cible, le policier qui n'a pas réussi à l’arrêter et qui est en retraite. Il va lui écrire une lettre. Depuis va alors s'installer entre eux une course pour savoir qui va gagner, un jeu dangereux. Tous les ingrédients sont là: Amitiés , amours , humour acide , répliques cinglantes , crues à la "Dôme" (ceux qui l'on lu comprendront). Des gens qui meurent alors qu'on ne s'y attend pas. Le King arrête ses "happy end" enfin. Ce livre est beaucoup plus qu'un thriller les puritains et la société américaine en prennent pour leur grade , les religions et leurs dérives sont également égratignées. On est mal à l'aise quand il décrit les relations perverses du tueur avec sa mère. On est beaucoup plus à l'aise quand il décrit l'amour (impossible?) qui va naître entre son héros et la soeur d'une des victimes du sadique. On est horrifié par la mort d'un des personnages. Bref Stephen King est de retour et personne n'est à l'abri vu la fin du roman. Le deuxième livre de sa trilogie remettra en scène nos trois héros. On les retrouvera donc avec plaisir. Un dernier conseil, quand vous arriverez aux 200 dernières pages , enfermez-vous, cachez votre portable car vous voudrez les lire d'une traite sans être dérangé.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Trilogie Bill Hodges

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un récit palpitant, une course contre la montre : que demander de plus ?

9 étoiles

Critique de Dervla3012 (, Inscrite le 7 décembre 2019, 15 ans) - 26 septembre 2021

De quoi ça parle ?

Un matin, très tôt, des milliers de gens font la queue devant le City center dans l’espoir de trouver un travail.

Soudain, une Mercedes grise bondit sur la foule et fait plusieurs morts et beaucoup de blessés.

Le coupable parvient à s’échapper…

Bill Hodges, le policier en charge de l’enquête à l’époque, est maintenant à la retraite. Mais, malgré tout, cette histoire continue à le tarauder. Lorsque un jour, le vieux policier retraité reçoit une lettre du criminel, maintenant communément appelé « Le tueur à la Mercedes », il décide de reprendre l’enquête lui même.

Au cours de son périple il se liera d’amitié avec un adolescent, Jérôme, et Holly, une surdouée en informatique légèrement perturbée.

Cependant, arriveront-ils au bout de cette enquête sains et saufs ?

Mon avis :

Ce n’est pas le premier livre que je lis de Stephen King, néanmoins, je continue à être impressionnée par son talent de narrateur. L’histoire est construite de telle façon qu’on ne plus s’en décrocher. Elle nous tient en haleine.

J’aime beaucoup le fait que pendant toute l’histoire, nous suivons en même temps le policier et le tueur. Ainsi nous sommes au courant des mauvais tours qu’ils se préparent l’un à l’autre.

Vers les derniers chapitres du livre, il se met en place une course contre la montre et les points de vue alternent, ce qui rend l’action des plus palpitantes !

La haine des gens

7 étoiles

Critique de Incertitudes (, Inscrit le 4 décembre 2008, 37 ans) - 10 août 2021

Il a mis le paquet sur ce Mr Mercedes. C'est un taré de première. Un raciste. Un misogyne. Homophobe. Louchant un peu trop sur les seins de sa mère. En bref, un dégénéré de première classe n'ayant aucune considération pour la vie humaine. Le seul pour qui il a des sentiments, ce serait son frère. Vaguement. Loin d'être bête en plus. C'est un crack en informatique. Un as du déguisement et de la débrouille.

Un flic bedonnant à la retraite va enquêter sur lui alors qu'il vient de faire un carton avec sa Mercedes d'où le surnom. Il a tué huit personnes qui attendaient à une foire pour l'emploi. Mercedes cumulant lui-même deux minis jobs, King montre ces Américains moyens pour qui il a l'air de n'avoir aucune affection. Des mecs au chômage donc ou accumulant des petits boulots dans des boutiques de DVD amenées à disparaître, se gavant de crèmes glacées, de sodas sucrés, avachis devant la télé-réalité ou des chansons à la con. D'un autre côté, c'est peut-être ce public-là qui lit ses livres, non ?

Si les agissements de ce malade sont horribles, c'est contrebalancé par le curieux trio formé pour l'arrêter. Outre Hodges, il y a avec lui un ado de dix-sept ans féru de nouvelles technologies et une vieille fille dépressive. Curieux attelage !

Je ne suis pas fan de ce que fait le King habituellement. Je suis allé lire M. Mercedes car j'aime les polars et hormis certaines digressions dont je me serai bien passé et la mort de certains personnages j'ai apprécié ce roman-là.

La prise de risques de King

9 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 39 ans) - 31 mai 2021

"Mr Mercedes" a tout de la prise de risques, pour Stephen King. Enfin, prise de risques, pas comme s'il avait subitement décidé d'écrire un roman historique, de SF pure, ou du style 'Harlequin', mais tout de même, ici, on se retrouve avec un polar à l'ancienne, à la Coben ou Connelly.
Aucun élément fantastique ou horrifique ici, ce qui, pour King (la majeure partie de ses romans bachmaniens exceptés) est rarissime.
En plus, et on le savait dès le départ vu que l'auteur en avait parlé en interview, ce roman est le premier d'une trilogie qui met en scène un flic à la retraite, Bill Hodges. Première fois que King se met au personnage récurrent (si on met de côté certains personnages secondaires comme George Bannerman, Ace Merrill, Alan Pangborn - tous de Castle Rock et évidemment le cycle de "La Tour Sombre").
Le résultat de ce premier opus est remarquable.
L'histoire ? Un tueur cinglé roule sur une foule de gens attendant l'ouverture d'un salon du travail. Il a emprunté une Mercedes, volée pour l'occasion, pour son acte. La police piétine pour le retrouver. Un an plus tard, Bill Hodges, officier de police fraîchement à la retraite, sur le point de sérieusement penser au suicide, reçoit un jour une lettre curieuse, angoissante, signée, apparemment, du tueur à la Mercedes, qui le nargue, l'incite à se foutre en l'air, et va le pousser à enquêter à nouveau, officieusement cette fois-ci (avec l'aide d'un jeune voisin, Jerome, féru d'informatique).
Parallèlement, on suit les pérégrinations du tueur, qui est bel et bien celui qui a envoyé la lettre à Hodges, et qui dans la vie de tous les jours est un employé de magasin d'électronique un peu borderline, obsédé par la notion de suicide...

Un roman génial. C'est marrant comment, en à peine quelques pages, King parvient à faire en sorte que nous n'oublions pas les personnages principaux, qui sont, le méchant mis à part, très attachants. La seule chose à dire, une fois le livre refermé, c'est "vivement le tome 2" !

Un début un peu long

6 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 46 ans) - 24 février 2017

Dans ce roman à deux voix, on suit le point de vue de "l'Off. Ret" William Hodges (Bill pour les intimes) et celui de Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes. Pour être honnête, je me suis dit, à plusieurs reprises, que la Mercedes en question devait être un vieux tacot diesel, du genre ceux dont il faut amorcer la pompe et donner un maximum de carburant, le temps de "chauffer" le moteur (comme ma première voiture, quoi...), au risque de caler. La première partie de ce livre est assez lente, et reprend les canons du roman policier classique, y compris le vieux flics retraité et déprimé, et le psychopathe en mal de reconnaissance et en mal de vivre également. J'ai trouvé que cette partie tombait également un peu dans la facilité, avec son côté plan-plan, son pseudo mystère de la chambre jaune lié aux clés de voiture... dont la résolution me semble tout sauf crédible ! Sympa à lire quoi, mais manquant de punch et d'originalité ! J'ai préféré la seconde partie, résolument plus thriller, mettant en scène ce coup-ci un trio d'enquêteurs improbable ; même si la crédibilité ne semble toujours pas de la partie, le lecteur (enfin moi!) n'a aucun mal à se dire qu'avec cette équipe de bras cassés, il va falloir la jouer finement. Ca fait enfin battre le coeur un peu plus vite...
Si l'intrigue policière est sympathique mais plutôt convenue (à mon goût, hein...), j'ai en revanche apprécié, après des ouvrages plutôt "nostalgiques" ou "sages", le tournant résolument moderne, pris par King, dans une Amérique post-11 novembre et avec les réseaux sociaux (qui donnent lieu à des échanges jubilatoires entre nos deux "héros"). Comme toujours, j'apprécie la capacité de cet auteur à créer des personnages que l'on reconnaitrait en les voyant passer à sa fenêtre. Enfin, un certain nombre de dialogues font mouche, et l'on se prend à s'attacher à Bill, Holly, Jérôme, et Janey, voire même à Brady, ce psychopathe qui, quand même, n'a pas été aidé.
Mr Mercedes n'est pas pour moi le thriller du siècle ; mais c'est un roman qui mérite d'être lu, bien amené, bien écrit, avec quelques sourires au coin des lèvres et de la tension. Bref, même si ce n'est pas pour tout de suite, je lirai avec plaisir la suite des aventure de Bill !

Quand le maître de l'horreur et du fantastique s'attaque au roman policier

9 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 40 ans) - 18 novembre 2016

Je ne suis pas un fan inconditionnel de Stephen King, j'ai beaucoup aimé certains livres que j'ai lus, "La ligne verte", "Désolations", "Différentes saisons", "Running man" et pas convaincu par d'autres "Shining", pas taper !!! disons que quand j'ai lu Shining, j'avais trop en tête le film de Kubrick et 22/11/63 PAS TAPER !!!!, disons que j'ai tendance à vouloir avancer ma lecture quand les livres sont trop longs et j'ai vu la fin, ce qui m'a gâché la lecture et m'a fait abandonner le livre, mais pour ces deux cas je réessayerai.

Mr Mercedes raconte pour résumer à l’extrême sans trop en dire, la traque par un inspecteur retraité avec quelque tendance suicidaire d'un tueur fou qui en le provocant lui redonnera goût à la vie.

Stephen King n'a plus rien à prouver, et si il a failli prendre sa retraite au début des années 2000 après un grave accident, ces derniers temps il revient en force avec un livre tous les 6 mois et si on en croit les avis cette production massive est aussi de qualité. Mr Mercedes m'a redonné envie en tout cas de relire les romans cités ci-dessus alors qu'avant sa lecture mon enthousiasme était moindre.

l'intrigue du livre tient sur plus de 600 pages (édition poche), même pour un thriller on pourrait se dire que c'est trop, NON !!!! IL N' Y A AUCUNE BAISSE DE RÉGIME, aucun temps mort et si il a l'intention de mettre du fantastique dans l'intrigue, il laisse vite tomber cette piste pour faire un roman réaliste où le tueur n'est qu'un "être humain normal, enfin fou intelligent dangereux, mais capable d'être arrêté" dans d'autres romans on croit avoir affaire à un tueur classique et on s'aperçoit qu'une entité maléfique le possède et le rend quasiment invincible "Désolation".

Si ce livre fonctionne sur vous, vous aurez du mal à le lâcher, si vous n'adhérez pas, il ne vous plaira pas et vous l'abandonnerez.

Peu commun chez Stephen King

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 49 ans) - 28 février 2016

Mon fils m'ayant donné l'occasion de lire un roman de cet auteur que je n'ai plus lu depuis plus de dix ans, je demeurais sur la réserve tant mon opinion concernant Stephen King, capable du meilleur comme du pire, est partagée.
M'apercevant qu'il ne s'agissait pas d'une œuvre fantastique et/ou d'horreur, comme il en a l'habitude, mais plutôt d'un roman policier, je décidais donc de lui laisser une chance, et ainsi respectais le souhait de mon fiston de renouer avec cet écrivain.
Bien m'en a pris, car au final, ce roman m'a plu.

L'intrigue, originale, claire et simple, ne manque pas d'intérêt. Le rythme est soutenu, et s'accélère même sur la fin lors du dénouement final où le suspense reste entier, surtout quand on connaît l'auteur capable de nous emmener sur une piste que l'on pense évidente et qui s'avère en fait totalement erronée.

Passons aux personnages, qui à mon sens restent le point fort de l'œuvre. Les principaux bénéficient d'un portrait réussi et peu commun, et même si l'on peut parfois douter de leur crédibilité et de l'alchimie qui les lie, ils n'en restent pas moins intéressants.

S'agissant du premier tome d'une trilogie concernant Bill Hodges, ce flic à la retraite et personnage central de l'œuvre, il me tarde de lire et donc de découvrir la prochaine histoire.

Provocation et tentation

6 étoiles

Critique de Isad (, Inscrite le 3 avril 2011, - ans) - 18 octobre 2015

Le début du livre pose l'arrière-fond de ce qui va générer l'intrigue principale et en compose un contraste attachant. Le roman se compose de chapitres très courts écrits dans un langage clair. Les personnages sont clairement typés. L'action est omniprésente et les pages se tournent rapidement.

Un officier de police, qui s'ennuie à la retraite et songe vaguement que la vie n'est plus intéressante, reçoit une lettre anonyme qui, au lieu de le plonger dans la dépression comme escompté par son auteur, va lui redonner un nouvel élan à tous points de vue.

IF-1015-4389

Déçu

4 étoiles

Critique de Mf (, Inscrit le 19 juin 2013, 33 ans) - 22 août 2015

Un thriller qui peine à convaincre surtout quand on connaît la notoriété – et le talent – du King. Certains thèmes récurrents ne sont pas présents, mais c'est un thriller, c'est autre chose que les effrayants Christine et Ça. Et c'est certainement la recherche d'autre chose qui a motivé celui qui l'a écrit. Malgré l'heureuse tentative d'innovation, l'histoire peine à convaincre bien qu'on finisse par s'attacher – au fil des nombreuses pages tournées – aux personnages. Le reste s'apparente à du réchauffé, une sorte de suspense artificiel qui ne procure pas le frisson recherché.

un petit détour par le polar

6 étoiles

Critique de Lit et rature (, Inscrit le 16 septembre 2014, 68 ans) - 20 août 2015

Quand Stephen King s’attaque au polar, on peut supposer qu’il va momentanément laisser de côté les écrivains alcooliques, les jeunes filles démoniaques ou les voitures possédées.
C’est oublier que nos vieux démons nous suivent partout.
C’est donc une Mercedes 500SL qui va un jour foncer sur une foule et provoquer un véritable carnage. Mais la voiture n’est ni hantée ni pilotée par un clown psychopathe, mais bien par un gentil marchand de glace.
Inutile donc de deviner qui est l’assassin, on le connaît.
Mais pas le vieux flic dépressif que le tueur veut extraire de son ennuyeuse retraite en venant le narguer pour l’obliger à reprendre du service. Hormis quelques astucieuses diversions, la seule véritable interrogation que l’on se pose est de savoir si le tueur aura l’occasion de frapper une deuxième fois avant que le vieux policier ne l’arrête- car naturellement on SAIT qu’il va l’arrêter –
Si SK n’est pas un spécialiste du polar, un maître de l’écriture comme lui ne pouvait en méconnaître les ficelles et son indéniable talent à raconter des histoires a fait le reste.
Soyons clair, SK n’a pas révolutionné le genre mais l’a servi avec justesse.
C’est propre, correct, sans bavures mais vivement qu’il se remette à ce qu’il fait le mieux, le fantastique.

Il est inépuisable notre S.K

9 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 58 ans) - 6 juin 2015

Encore un trésor pour ceux qui n'aiment pas le fantastique, n'hésitez pas sur ce nouveau roman, c'est un genre de polar où le monstre n'est qu'un meurtrier sans scrupule mais très humain et complexe.

L'histoire étant passablement racontée et en bien, j'approuve ceux qui ont apprécié la précision des détails qui dévoilent la société américaine de ce début de siècle.

Excellent!

Le coup de la panne

4 étoiles

Critique de Superhuman (, Inscrit le 8 janvier 2014, 28 ans) - 24 mai 2015

Stephen King, immense auteur du fantastique jusqu'à il y a au moins une vingtaine d'années, nous sort encore un roman destiné de toute évidence à un large public... le grand Stephen n'est pas né de la dernière pluie et connaît parfaitement les ingrédients à placer dans une oeuvre actuelle: à savoir un casting politiquement correct digne de la série "The Wire", plus quelques notions amusantes et buts divers respectables appartenant à des personnages calibrés un peu comme des légumes.

Hélas l'ensemble ne tient pas la route passé 100 pages, l'auteur fait largement preuve de cynisme et nous livre les clés de sa flambante Mercedes aussitôt son suspense distillé. Ce polar débute sur des chapeaux de roue - enfin, si l'on veut... - mais se traîne ensuite à la cadence d'une oeuvre vaguement mélo aux consonances bien-pensantes. de fait, il y a 474 pages dans "Mr Mercedes", et à moins d'être un total novice de la littérature, le lecteur (ou la lectrice) devinera aisément son issue.

De plus, info pour les connaisseurs du King, la trame du bouquin est sensiblement la même que dans "Rose Madder" et quelques autres. Dommage car je commençais à m'intéresser à ce vilain chauve nerd sur les bords et à sa clique d'ennemis naturels ou non, et surtout à ces deux tatoos-poufs en plein combat de boue: visiblement l'écrivain originaire du Maine est en panne d'inspiration et surtout, nous démontre là sa perfidie en prenant ses fans pour des groupies de Justin Bieber !

Peut-être le prochain, qui sait ? On ne sait jamais...

Très déçu

5 étoiles

Critique de Frodon035 (, Inscrit le 9 mars 2015, 49 ans) - 9 mars 2015

Je suis un immense fan de Stephen King, j'ai tout lu.
Avant d'attaquer Mr Mercedes, je me suis plongé dans Joyland, et quel bijou ce livre !
Avec entrain, j'ai entamé Mr Mercedes. Mais là, quelle déception. Si l'étude des personnages est étudiée et élaborée, si la description de la société américaine est très bien faite, il y a des passages à la limite du naïf (pour être gentil).
En essayant de ne rien dévoiler, il y a des rebondissements que l'on voit venir à 10 kilomètres (je ne les citerai pas pour ne rien dévoiler), des personnages limite caricaturaux (Holly ! Sérieux ???), et les "J'ai un pressentiment" qui facilitent l'avancée de l'enquête, ça va pour un roman de gare mais pas là.
Pour être honnête, la 1ère partie se lit en une traite (Brady, personnage magnifique d'horreur), mais les 200 dernières pages, je les ai trouvé bien longues.
Stephen King s'est essayé au polar, mais il devrait s'en tenir à ce qu'il sait faire de mieux : le fantastique.

Un petit tour dans la Benz-Benz du King !

10 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 48 ans) - 19 février 2015

Après un « Tour sur le bolid’ », après « Christine », c’est dans une Mercedes que Stephen King nous emmène.

Et il nous prouve qu’il en a encore beaucoup sous la pédale !!!

J’ai vraiment beaucoup aimé que le King s’aventure dans un genre littéraire qui n’est pas le sien, même si entre nous, du polar au fantastique, c’est surtout le talent qui compte. Et le talent de conteur de Stephen King n’est décidément plus à prouver, n’est-ce pas ?

Encore une fois, j’ai adoré ses personnages, son Off-Ret, Bill Hodges, policier fraîchement retraité et sur le point de faire une « grosse bêtise » avec l’ancienne arme de service de papa. Et puis survient une lettre, signée « Mr Mercedes » et tel ce vieux flic, nous sommes ferrés pour coincer ce foutu « creminel » !!!

D’ailleurs, King nous offre avec le portrait de ce psychopathe, un digne héritier de Norman Bates !!! J’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner en série et j’en salive déjà !!!

Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié, c’est de voir à quel point le King sait ancrer son histoire avec toute une analyse de l’Amérique actuelle. Il nous sert toujours des phrases qui font mouche, qui nous touchent et qui font écho en nous.

Bon par contre, j’avoue avoir eu un peu peur quand le King nous a collé le personnage de Holly, parce que pour être tout à fait honnête, je trouvais ça un peu « too much ». Et bien permettez-moi de vous dire qu’en fait, ça fonctionne hyper bien.

Cette lecture m’a, une nouvelle fois, enchantée et captivée et je suis déjà sur les dents en attendant la suite !

Forums: Mr Mercedes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mr Mercedes".