Pain, éducation, liberté de Pétros Márkarīs

Pain, éducation, liberté de Pétros Márkarīs
(Psōmí, paideía, eleuthería)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Jfp, le 14 septembre 2014 (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 409ème position).
Visites : 2 737 

drachme mortelle

Et si la Grèce, en pleine crise économique, avait décidé d’abandonner l’euro pour revenir à la drachme ? C’est sur ce scénario assez crédible que Petros Markaris a brodé, imaginant que son pays s’enfonce toujours un peu plus dans la crise, exacerbant conflits sociaux et générationnels. Enquêtant sur une série de meurtres inexpliqués, qu’il va tenter de relier les uns aux autres, le commissaire Kostas Charitos va dévoiler un pan caché du système économico-politique qui a précipité la Grèce dans le marasme qu’elle connaît actuellement. Œuvre d’une extrême-droite en pleine ascension, conflit de générations ou bien simple vengeance personnelle ? Toutes les pistes sont explorées jusqu’à ce que les victimes apparaissent tout autant coupables que les assassins. Une vision noire de la réalité grecque d’aujourd’hui, scrutée dans ses recoins les plus sombres comme d’autres le font avec le même bonheur dans d’autres pays (Arnaldur Indridasson, Dominique Manotti, Moussa Konaté et bien d’autres). Le roman policier social se porte bien, et c’est tant mieux. Puisse-t-il contribuer à changer les choses, tant qu’il est encore temps…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pas vraiment.

4 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 62 ans) - 31 mars 2016

Rien à faire je reste rétif au mode "polar" même quand c'est pimenté à la sauce "actu".
Cette fiction (qui ne l'est peut-être pas autant qu'on pourrait se l'imaginer - l'avenir nous le dira) m'a laissé de marbre. J'y ai trouvé un style pauvre et navrant. Ces facilités d'écriture ont la fâcheuse tendance de gâcher mon plaisir de lire.

Etre flic intègre en Grèce, aujourd'hui, est-ce encore possible ?

9 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 65 ans) - 1 mai 2015

On dirait que oui ! Dans cette projection si proche du réel, l'Euro a disparu au profit d'un retour à la Drachme, le pays continue à survivre mais à quel prix !
La misère reste au coin de chaque rue, de chaque famille et le "no future" est affreusement présent : fonctionnaires non payés, retraités dans le misère, petites et moyennes entreprise en déroute, jeunes sans avenir, nourriture qu'il faut mesurer, transports entraînant des prix inabordables... Et pays dans lequel outre l'incompréhension relative de ce qu'est cette affreuse plongée dans le cauchemar du "que sera demain ?", une extrême-droite qui monte, qui monte ...
L'aspect policier de cet ouvrage, sans être secondaire, est avant tout une approche de la réalité de ce que doit subir un(e) Grec(que) aujourd’hui, sans illusions et devant faire face à son quotidien et son histoire.
C'est cette Histoire qui est fascinante : l'auteur la raconte et nous fait partager l’existence des forces vives que représentent de jeunes Grecs, prêts à tout faire pour que s'humanise leur pays.
De la belle ouvrage !

Forums: Pain, éducation, liberté

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pain, éducation, liberté".