Vends maison où je ne veux plus vivre de Bohumil Hrabal

Vends maison où je ne veux plus vivre de Bohumil Hrabal
( Inzerát na dưm, ve kterém už nechci bydlet)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Rotko, le 17 mai 2003 (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 50 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (57 741ème position).
Visites : 5 135  (depuis Novembre 2007)

La liberté est roborative !

Voilà un recueil qui représente aux yeux du traducteur "un des plus purs chefs-d'oeuvre" de Hrabal. Mais 6 nouvelles sur 7 peuvent paraître hermétiques à un lecteur ignorant du contexte tchécoslovaque.
Pourtant" le tambour crevé" séduira le lecteur : le narrateur et son beau-frère sont des fonctionnaires obtus et épris d'ordre. Qu'un "lutin embrouilleur" vienne perturber leur prétendue logique, et le monde devient merveilleux d'invention et de cocasserie.
Cette petite parabole affirme la volonté des artistes d'échapper à la censure arbitraire et aux codes artistiques étroits. Nait alors un art libre, populaire et jubilatoire, à l'image de la vie, tourbillonnante et riche d'invention.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Vends maison où je ne veux plus vivre [Texte imprimé], récits Bohumil Hrabal trad. du tchèque par Claudia Ancelot postf. de Petr Král
    de Hrabal, Bohumil Král, Petr (Postface) Ancelot, Claudia (Traducteur)
    R. Laffont / Domaine de l'Est
    ISBN : 9782221054949 ; 15,50 € ; 14/02/1989 ; 171 p. ; Broché
  • Vends maison où je ne veux plus vivre [Texte imprimé], récits Bohumil Hrabal trad. du tchèque par Claudia Ancelot postf. de Petr Král
    de Hrabal, Bohumil Král, Petr (Postface) Ancelot, Claudia (Traducteur)
    Seuil / Points. Roman.
    ISBN : 9782020129824 ; 3,31 € ; 01/03/1999 ; 171 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

7 nouvelles

3 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 68 ans) - 3 décembre 2012

Comment dire … ? Si ! Heureusement qu’il n’y avait que 172 pages et que les caractères sont assez gros !
Sept nouvelles. Et pas grand-chose qui me reste en tête à l’issue de la lecture. Pourtant ce « Vends maison où je ne veux plus vivre » est présenté communément comme un des chefs d’œuvre de l’auteur. C’est alors peut-être au style que je suis allergique, qui est un peu à l’écriture ce que « l’art abstrait » est à la peinture ? Propos éclatés, mélangés, mixés, bouillie à chat informe à peine intrigante ? Voici ce que, dans une postface, nous explique un certain Petr Kral :

« On remarquera, dans les textes qui suivent, l’omniprésence d’un principe qui est un ressort privilégié de toute l’œuvre de l’écrivain et qui mérite qu’on s’y arrête : le principe du montage (ou du « collage »), de la confrontation et du heurt d’évènements, d’objets, de propos fragmentaires qui, étrangers les uns aux autres, s’opposent et se complètent comme les pièces d’une mosaïque. »

« L’omniprésence d’un principe ». Le propos me fait frémir s’agissant d’un auteur dont j’ai l’intention de lire plusieurs ouvrages ! Un peu comme si je me sentais obligé de persévérer dans les allées d’un Musée d’Art Moderne, trop Moderne, et pour lequel je n’aurais pas d’affinités.
J’ai bien compris comment « les propos fragmentaires, étrangers les uns aux autres » s’opposent. Quant à se compléter ? J’ai eu du mal.
Le contexte, toujours d’après le même Petr Kral, aurait également une grande importance. Le contexte, c’est la situation, à l’époque de la Tchécoslovaquie, du moins de Prague, au sortir de l’occupation allemande poursuivi par le joug communiste – ou peut-être faudrait-il dire russe – qui avait enserré le pays dans un sinistre carcan, avec une parenthèse plus heureuse dans les années soixante. J’avoue que, là encore, je n’ai pas trop senti le rapport ?
Je n’exclus pas pour autant être passé à côté faute d’une sensibilité adaptée. Et c’est dommage … mais … ? Je suis franchement dans l’incapacité d’en dire plus, ou au moins un peu, sur ces sept nouvelles.

Forums: Vends maison où je ne veux plus vivre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Vends maison où je ne veux plus vivre".