Lumières de Pointe-Noire de Alain Mabanckou

Lumières de Pointe-Noire de Alain Mabanckou

Catégorie(s) : Littérature => Africaine , Littérature => Francophone

Critiqué par Lectio, le 23 janvier 2014 (Inscrit le 16 juin 2011, 75 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (25 157ème position).
Visites : 4 258 

Retour aux sources

Alain Mabanckou retrouve sa terre natale après 23 ans d'absence. Il n'avait pas désiré assister aux obsèques de Maman Pauline, sa mère morte en 1995, ni de Papa Roger, son père adoptif décédé quelques années plus tard. Le fils unique parti chez "les blancs" renoue avec l'abondante famille et Pointe Noire haut lieu de son enfance et de son adolescence. Livre très personnel de souvenirs et de rencontres. Bon nombre de personnages nous sont déjà connus (Maman Pauline, Papa Roger, Tonton Albert, Tonton René....) si nous avons lu "Demain j'aurai vingt ans". De même pour des faits et anecdotes déjà racontés dans ce précédent livre. Mais le plaisir de retrouver cette vie agitée et grouillante, les personnages hauts en couleurs, baratineurs, roublards, aussi calculateurs que superstitieux, demeure un grand moment sous la plume amusée, émue, irritée parfois, d'A. Mabanckou. Ainsi va la coutume. Il a réussi en Europe et en Amérique.... c'est donc la main à la poche que l'auteur renoue très concrètement avec la famille et le passé! Quelques billets ici, une enveloppe par là, même inconnus, les amis, les profiteurs sont légion. Chère notoriété ! Séjour si intense, accaparé par les vivants et les mourants que le fils aimant n'ira pas au cimetière Mont Kamba où reposent ses parents. C'était sans doute inutile, la beauté de ce livre de mémoire, agrémenté de touchantes photographies vaut mieux qu'un déplacement éphémère.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Lumières de Pointe-Noire [Texte imprimé] Alain Mabanckou
    de Mabanckou, Alain
    Seuil / Fiction & Cie
    ISBN : 9782021003949 ; 19,50 € ; 03/01/2013 ; 304 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le royaume d'enfance

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 50 ans) - 3 avril 2016

Difficile de catégoriser ce livre. En deux mots : Alain Mabanckou revient dans la ville de son enfance après plus de 20 ans d’absence, après avoir bâti une carrière d’écrivain et de professeur en France puis aux Etats-Unis. Souvenirs qui reviennent avec leur cortège de nostalgie et de remords, retrouvailles avec les amis et la famille, sincères ou intéressées, visite des lieux qui ont changé et ouvrent la porte aux réflexions sur l’évolution du pays.
Un moment d’émotion, d’humour et de dépaysement.

Récit largement autobiographique

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 68 ans) - 22 décembre 2015

Alain Mabanckou est sérieusement travaillé par son exil, on le sait. Il a déjà amplement traité le sujet, par exemple dans « Demain j’aurai vingt ans ». Parti d’abord pour la France et depuis en Californie, c’est peu de dire qu’il n’a pas clos le chapitre Congo (maintenant République Populaire du Congo) et particulièrement Pointe-Noire, la ville côtière où il fut élevé.
C’est particulièrement symptomatique dans « Lumières de Pointe-Noire » dans lequel Alain Mabanckou nous livre son cœur, ses doutes, ses sentiments les plus secrets lors du retour, bien longtemps après en être parti (quelques vingt-trois ans ?), à Pointe-Noire.

« Je fais intérieurement le compte : je suis revenu dans cette ville dix-sept ans après la mort de ma mère, sept ans après celle de mon père et vingt-trois ans après mon départ pour la France. Pourtant je n'ai pas vu le temps passer. Je ne suis qu'une cigogne noire dont la durée des pérégrinations dépasse maintenant l'espérance de vie. Je me suis arrêté au bord du ruisseau des origines, le pas suspendu, dans l'espoir d'immobiliser le cours d'une existence agitée par ces myriades de feuilles détachées de l'arbre généalogique.
Même démantibulée, mangée par son extension anarchique, je cherche des raisons d'aimer cette ville. Vieille amante, fidèle à l'instar du chien d'Ulysse, elle me tend ses longs bras avachis, me montre jour après jour la profondeur de ses lésions comme si je pouvais les cautériser d'un coup de baguette magique. »

Il n’était pas revenu, vingt ans auparavant, enterrer « Maman Pauline », cette mère qui les faisait survivre en vendant bananes et produits de subsistance au marché de Pointe-Noire après s’être arrachée, courageusement, avec inconscience peut-être ( ?) au village éloigné où elle était vouée à vivoter. Pas davantage qu’il n’était revenu pour la mort de « Papa Roger », son beau-père père adoptif.
Il est revenu et tente de retrouver ses marques, comme nous pouvons le faire lorsque nous retrouvons des lieux de notre enfance enchantée. Et vous savez quoi ? Comme nous, il est déçu. La réalité l’a rattrapé. Les contingences matérielles, les souvenirs déformés, embellis toujours embellis, et dans le cas spécifique d’Alain Mabanckou la situation particulière d’un enfant du pays devenu riche (ou relativement) qui revient dans son pays et chez les siens, plus pauvre le pays plus pauvres les siens.
Alain Mabanckou ne fait l’impasse sur rien ; ni ses surprises ni ses déceptions et ça ne doit pas être facile. Il parvient à nous rendre familier cette ville de l’Afrique profonde et tous les siens qu’il retrouve. Pas si simple d’être un exilé. On le savait, mais le retour, même fugace ne l’est pas davantage, simple.

Forums: Lumières de Pointe-Noire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lumières de Pointe-Noire".