Dali de Edmond Baudoin

Dali de Edmond Baudoin

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers , Arts, loisir, vie pratique => Arts (peinture, sculpture, etc...)

Critiqué par Shelton, le 24 novembre 2012 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 68 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 751ème position).
Visites : 4 808 

Exceptionnel, tout simplement !!!

Cette année, le Centre Georges Pompidou a décidé d’offrir au public une grande rétrospective sur l’œuvre étonnante de Salvador Dali. Un peintre qualifié tantôt de génie, tantôt de fou, les deux mots étant pour certains indissociables tant Dali les incarnait tous deux ensemble définitivement et pour l’éternité…

Il fallait, pour réaliser un album BD consacré à Dali, un artiste hors des écoles, des normes et des usages… Edmond Baudoin est de ce type : inclassable, génial, surprenant… et certains diraient sans hésitation : fou, tout simplement !

Oui, c’est le croisement de deux artistes fous et géniaux, c’est à dire de deux hommes qui ne se sont jamais laissé enfermer dans des écoles, des clubs, des associations. La liberté est leur objectif : peindre ce que je veux, montrer aux autres ce que je suis capable de faire, les émerveiller, les séduire, les surprendre… pour le premier. Mais aussi raconter librement mes histoires, aller dans tous les sens, m’appuyer sur mes souvenirs d’enfance, adapter des romans, rencontrer de façon mystique et artistique un autre artiste… pour l’autre. Il ne pouvait qu’y avoir un jour une rencontre provoquant un objet non identifiable mais fascinant !

Ce magnifique livre d’Edmond Baudoin n’est pas une bande dessinée d’aventure, elle n’est pas une biographie, elle n’est pas un ouvrage de souvenir, elle n’est pas l’adaptation en bédé d’un journal intime de Dali ou Gala, elle n’est pas une critique artistique, elle n’est pas… elle n’est rien… elle est tout !

Je sais que vous attendez de moi, pourtant, que vous en dise plus sur ce Dali. Alors, je vais essayer pour vous convaincre de la qualité du travail, de sa justesse historique, de son graphisme surprenant, de sa vitalité et de son dynamisme artistique…

Baudoin nous invite, en fait, à rencontrer Dali. Oui, c’est beaucoup plus une rencontre qu’un récit structuré même si on va suivre le génial maître dans un ordre chronologique. Baudoin est dans l’ouvrage, il est là pour comprendre Dali, nous le transmettre par ses dessins. Il est accompagné par une jeune femme qui pose des questions, fait ses commentaires et nous sommes tous là, les lecteurs, dans son ombre… Dali nous écrase, nous éclabousse, nous séduit, nous touche, nous perturbe, nous pousse dans l’éternité, nous fait rencontrer l’indicible…

Cet ouvrage est aussi une initiation. On part de la terre – celle dans laquelle repose le frère de Dali, Salvador aussi – et on termine aux cieux – là où reposent pour l’éternité Gala et Salvador – et, ainsi, la boucle est bouclée…

Pour le reste, je voudrais que vous ayez le courage et l’envie de découvrir par vous-même ce chemin magique qui nous propulse dans les airs infinis de l’œuvre de Dali et que nous nous retrouvions tous devant les toiles du maître. Oui, Baudoin sert d’introduction à l’œuvre et ce n’est pas rien de voir qu’aujourd’hui la bande dessinée peut être médiation artistique !

L’auteur nous confie son projet : « J’ai ainsi la prétention de mettre en images l’inconscient de Dali à l’instant de la création ». Ce n’est plus une prétention, c’est une réalité surréaliste !!!

Monsieur Edmond Baudoin, je ne peux que m’incliner devant votre talent trop souvent méconnu et conseiller à tous d’ouvrir ce Dali extraordinaire ! Bravo ! Mille fois bravo !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Original

7 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 6 novembre 2016

« - Qui était ce type ?
- Un timide.
- Un paranoïaque.
- Un impuissant.
- Il se disait génie.
- Un peintre.
- Le plus grand.
- Mon frère.
- Juste un marchand.
- Dali. »

Biographie sur le célèbre artiste espagnol Salvador Dalí. J'ai lu des oeuvres plus étoffées, comme le très complet Dalí : L'oeuvre peint de Robert Descharnes et Gilles Néret (un incontournable pour les fans), mais c'est une bande dessinée avec une saveur très personnelle. Je n'ai pas trouvé que les dessins avaient la subtilité du maître, mais c'est assumé. Quelques réflexions intéressantes aussi, bien que parfois de bazars. J'ai dû m'habituer au style, mais j'ai bien aimé mon expérience.

Une bio sur Dali autant que la rencontre de deux univers

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 9 août 2015

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Dalí, génie autoproclamé de la peinture surréaliste à l’égo surdimensionné et à la folie revendiquée, ne peut laisser indifférent. S’attaquer à un tel monstre pour en faire sa biographie relevait véritablement du défi. Edmond Baudoin, dessinateur adulé par la critique et une frange du public, ne devait pas ignorer qu’il s’aventurait sur un terrain glissant. En effet, comment raconter la vie de ce personnage haut en couleurs et imprévisible, comment dépeindre un artiste qui ne rentrait dans aucune case, et quand bien même il fut considéré comme un surréaliste en son temps, il a lui-même a eu quelques passes d’armes avec André Breton, qui estimait que l’Espagnol trahissait la philosophie du mouvement. D’ailleurs, Dalí pour sa part le clamait haut et fort : il rejetait l’art abstrait et ses modèles étaient les peintres classiques tels que Vermeer, Velasquez, De Vinci et Raphaël.

Pour cette commande du centre Pompidou à l’occasion d’une rétrospective, Edmond Baudoin s’en sort plutôt bien en ayant emprunté la voie la plus équilibrée pour un tel projet. Il fallait rester humble sans pour autant s’effacer derrière cet artiste très difficile à cerner, et dont les propos et les actions étaient souvent déconcertants. Oscillant comme à son habitude entre la peinture et la BD, Baudoin a ainsi donné libre cours à son talent, dans une démarche graphique et narrative établissant une connivence avec l’onirisme parfois morbide du maître. D’une part, il s’est inspiré des gimmicks picturaux de Dalí en se les appropriant de son trait charbonneux, avec une utilisation parcellaire de la couleur réussie. D’autre part il évite une narration trop linéaire, évitant toute interprétation hasardeuse, s’en tenant aux éléments de sa biographie et à ses déclarations, instaurant un dialogue permanent avec des personnages anonymes ou fictifs évoquant l’artiste.

Par cet ouvrage pas forcément des plus accessibles (et comment pourrait-il l’être étant donné la personnalité complexe et torturée du maître ?) qui ravira forcément les aficionados de Dalí (et de Baudoin), le lecteur moins averti pourra toujours faire connaissance avec cet être hors-normes, et au mieux admirer les dessins de l’auteur français.

Reste un bémol selon moi : il aurait été souhaitable dans la chronologie des dernières pages d’accompagner les mentions des œuvres de Dalí de leurs reproductions. En effet, bien que le personnage jouisse encore d’une grande notoriété, ses peintures ne sont pas forcément connues de tous, même si je sais bien qu’aujourd’hui, il est très facile de se renseigner sur internet…

En ce qui me concerne, je ne suis pas suffisamment fan de l’artiste pour avoir en tête toutes les œuvres citées. De la même façon, je reconnais les qualités incontestables du dessin de Baudoin, mais je ne peux pas dire qu’il me touche plus que ça. Étonnamment, l’absence de structure narrative n’est pas gênante pour ce qui ressemble presque plus à un beau-livre ou un livre d’art qu’à une bande dessinée, même pour ceux qui apprécient les histoires bien racontées, et j’en fais partie je l’avoue.

Il va sans dire que l’ouvrage est digne d’intérêt et constitue un hommage équilibré sur cet artiste qui aura marqué le XXe siècle.

Entrez dans l'intimité de Dali ...

10 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 44 ans) - 23 mai 2015

Baudoin nous peint Dali avec talent. Cette oeuvre rappelle certains romans graphiques biographiques, mais elle va bien au-delà. C'est un artiste qui parle d'un autre artiste, qui donne à voir l'oeuvre du grand Salvador Dali. Le lecteur a parfois le sentiment d'entrer dans les arcanes de la création, dans les secrets de ce peintre qui a pu sembler hermétique pour bien des égards puisqu'il faut interpréter ses oeuvres. Ici, avec une certaine facilité, Baudoin explique certains tableaux, les donne à voir à sa manière. Ce roman graphique est une clé qui permet d'accéder à l'inconscient de Dali, tout ceci fait avec une grande humilité. On voit Baudoin douter parfois, ou émettre une hypothèse.

C'est avec un grand plaisir que l'on découvre certaines anecdotes sur cet artiste total à l'univers surréaliste et complètement délirant. Grâce à ce roman graphique, on découvre l'homme, pas uniquement le mythe. On le découvre avec ses failles, ses craintes, sa folie. L'artiste est humanisé et rendu plus accessible.

L'univers de Baudoin est toujours touchant. Ses dessins sont superbes. Il faut vraiment porter une attention particulière aux oeuvres de Dali revues, redessinées, réinventées par Baudoin. Certains de ces dessins, hybrides, possèdent une grande force et secouent le lecteur. Lorsque la couleur fait irruption dans cette oeuvre, c'est un feu d'artifice d'émotions. Quel plaisir aussi de découvrir Gala ! Baudoin est vraiment un grand artiste, un dessinateur d'une rare intensité et l'homme est humble, gentil et très simple. Comme l'a écrit Shelton, il gagne à être connu et reconnu.

Un bon condensé biographique

9 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 55 ans) - 15 mars 2015

Cette bédé ne s’adresse pas à un érudit de Dali. Il s’agit d’une introduction au personnage qui dans mon cas fut intéressante car je connaissais peu de l’artiste derrière les œuvres que j’aimais. La forme est ludique, deux personnes discutent sur le parcours Dali et on voit les dessins illustrer leur propos. Les petites anecdotes m’ont plu aussi, comme celle où Dali à douze ans se prélasse tout nu sur son lit pour attirer le regard de la femme de chambre.

On ne peut évidemment pas reproduire le grandiose des peintures de Dali. Mais, cette bédé parvient tout de même à en évoquer la charge émotive. Il est toutefois dommage que le noir et blanc y prime alors qu’à mes yeux Dali est synonyme de couleur et d’éclat.

Forums: Dali

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dali".