Les Fascinateurs de Ray Nelson, Michel Deutsch (Traduction)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Nance, le 14 avril 2011 (Inscrite le 4 octobre 2007, - ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 6 645 

« They Live, We Sleep »

Oui, George Nada s’est « réveillé », phénomène qui ne s’était jamais encore produit. Et il est bien assez instinctif pour ne pas le faire voir, maintenant qu’il est vraiment capable de les voir EUX, nos nouveaux maîtres, ainsi que tous leurs procédés mis en place pour nous contrôler.

« À mesure qu’il avançait, George apercevait les affiches où s’étalaient les photos des Fascinateurs et qui portaient différentes injonctions : "Travaillez huit heures, distrayez-vous huit heures, dormez huit heures"; »

« "Fuir est impossible," songea-t-il. À quoi bon les combattre ?"
Mais c’était peut-être faisable, après tout.
Pourrait-il réveiller les autres? Cela valait la peine d’essayer. »

J’ai adoré!!! Très court, mais avec quand même quelques bons rebondissements et un bon fond d’histoire. Les Fascinateurs est une nouvelle plus connue pour avoir inspiré le film culte de John Carpenter sortie en 1988, They Live. Je crois que l’adaptation et la nouvelle ont chacun leurs points forts et leurs faiblesses, et je ne les aime pas moins pour quelques invraisemblances! Le film a plusieurs scènes mémorables, en particulier celles avec les lunettes d’Hoffmann (référence aux lunettes de la nouvelle d’E.T.A. Hoffmann, L’homme des sables), des lunettes qui permettent de voir le vrai visage des envahisseurs et leurs combines, lunettes qui ne sont pas dans la nouvelle. Si le film a un côté très kitsch (ce que j’aime!), l’ambiance de la nouvelle est différente et le récit a beaucoup plus de sens à mon avis. Le film est une critique de la société de consommation et l’exploitation des classes, la nouvelle aussi, mais le film est plus direct de ce côté-là et va plus en profondeur, mais c’est parfois au dépend de la cohérence du récit. J’adore les deux, si vous n’avez pas encore vu le film (je crois qu’il est sous-estimé), je vous le recommande si vous êtes amateur de science-fiction et je vous conseille aussi la nouvelle.

Bon, pour la nouvelle c’est moins simple. Elle est facilement disponible sur Internet dans sa langue originale, Eight O’Clock in the Morning, mais pour la traduction c’est une autre paire de manches (serait-ce une conspiration aussi?). Elle n’a été publiée en français que dans la revue Fiction (avril 1964, numéro 125) que quelqu’un a eu la gentillesse de me numériser. Enfin, c’est frustrant qu’elle ne soit pas plus accessible, elle a quand même fait l’objet d’une adaptation culte, ça attire la curiosité! Pourquoi les éditeurs francophones ne publient pas plus de livres obscurs qui ont un intérêt à cause de leur adaptation ciné ou d’un culte de fans? Je suis certaine qu’il y a un marché pour ça! Je suis tannée de tous ces livres épuisés ou introuvables (je pense à la nouvelle Je n’ai pas de bouche et il faut que je crie, hyper-connue en anglais, mais presque pas français)! On annonce un remake du film They Live (non de la nouvelle directement), même si je déteste qu’on refasse des films géniaux, j’espère que ça va donner à l’auteur plus d’exposition et donner l’idée aux éditeurs de publier une collection de ses nouvelles les plus populaires.

« Obéissez! »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les Fascinateurs

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Fascinateurs".