120, rue de la Gare (BD) de Léo Malet (Scénario), Jacques Tardi (Dessin)

120, rue de la Gare (BD) de Léo Malet (Scénario), Jacques Tardi (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Nothingman, le 1 janvier 2011 (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 44 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (14 676ème position).
Visites : 5 630 

Elémentaire, mon cher Burma

Septembre 1940, Nestor Burma est retenu dans un Stalag allemand suite à l’occupation allemande. Là, il fait la connaissance d’un mystérieux prisonnier, complètement amnésique, qu’on a vite fait de baptiser La Globule. Qui peut bien se cacher derrière ce personnage étrange ? En novembre 1941, son état se dégrade. Avant de mourir, tout juste aura-t-il le temps de prononcer ces derniers mots au détective Burma : Hélène au 120, rue de la gare. Quelques semaines plus tard, c’est la quille pour Burma qui prend un train de retour pour la France. En gare de Perrache à Lyon, Burma reconnaît par la fenêtre du wagon l’un de ses anciens collaborateurs, Colomer. Ce dernier se précipite vers son ancien patron et aura tout juste le temps de lui dire « 120, rue de la gare » avant d’être abattu froidement. Burma réussit à s’extirper du train vers Paris et une enquête passionnante va débuter à Lyon, puis à Paris, en zone occupée.
Quel plaisir, une fois de plus de retrouver l’univers de Léo Malet, rendu par le dessin en noir et blanc de Tardi. Je ne m’en lasse pas. Cette BD fleuve de quelque 200 pages m’a tenu en haleine une après-midi durant. Les personnages sont doubles à souhait. Les fausses pistes et les retournements de situation se succèdent. Incroyable également de découvrir ce que peut devenir une enquête au départ d’éléments si petits : un prénom Hélène et une adresse « 120, rue de la gare ».
Au niveau du dessin, on saluera l’effort constant chez Tardi de donner vie aux villes, aux quartiers que ses héros traversent. Et puis, encore une fois, on trouve ici quelques bouilles mémorables. En bref, à nouveau une enquête passionnante.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

"...Un flic! Quelle horreur !"

7 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 40 ans) - 16 décembre 2014

Avec l'arrivée des jeux vidéos, les BD ont quelque peu périclitées puis se réservant désormais pour une "élite": dommage parceque une BD c'est comme une fille, quand c'est jeune ça craque aux entournures si vous la lisez un peu trop vite, et quand ça prend de l'âge ça peut gonfler irrémédiablement puis à la surface se dessiner des petites rides comme sur un disque surranné d'une autre époque (dûs à un trop rude quotidien ou à un excès de regrets, ou alors évidemment à un régime bien trop sec) et parfois, votre BD des anciennes années prend l'aspect d'un accordéon de profil et vous la cachez quelque part dans l'ombre. Et il arrive aussi qu'elle se bonifie avec les ans mais c'est en général plus rare avouons-le.

D'abord comme BD de collection on ne peut pas mieux tomber que sur un Tardi, cet auteur français ayant sa base de fans rageurs qui aujourd'hui idolâtrent son trait et achètent la moindre de ses productions - comme tous les fanatiques d'ailleurs. Pour ma part c'est plus délicat, je trouve que son quotidien est fort enlaidi et que ses héros et méchants ont tous des têtes d'abrutis.

Mais enfin c'est le passé et de toute façon puisque ça plaît vous me direz... Nestor Burma est un détective des années 40 quoique on en pense, et il est d'autre part intéressant de voir la réalité de cette époque peint par Tardi, ou la plupart des gens se foutent de savoir qui est emmené en camp ou alors déporté; et ou il n'y a que très peu de super résistants en vue !

Plus sombre mais plus crédible... Et aussi à la fin de l'album les quartiers de Paris (celui de Denfert par exemple) sont très bien croqués par l'auteur comme à l'usuel, ceci étant encore moins fréquent dans les parutions actuelles il faut le dire.

Burma

10 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 49 ans) - 30 mai 2011

Nestor Burma par Tardi, scénario de Léo Malet, tout simplement génial.
Les dessins de Tardi sont toujours aussi divins, des décors réels, très bonnes documentations, et les personnages.....
A lire, a regarder, a relire et re-regarder...... on ne s'en lasse pas.

Forums: 120, rue de la Gare (BD)

Il n'y a pas encore de discussion autour de "120, rue de la Gare (BD)".