Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée de Jean Raspail

Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée de Jean Raspail

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Hexagone, le 19 janvier 2010 (Inscrit le 22 juillet 2006, 53 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 668ème position).
Visites : 8 145 

Une longue chevauchée.

Sept cavaliers... quittèrent la ville au crépuscule, face au soleil couchant, par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée. Tête haute, sans se cacher, au contraire de tous ceux qui avaient quitté la ville, car ils ne fuyaient pas, ils ne trahissaient rien, espéraient moins encore et se gardaient d'imaginer etc ...

Voici l'incipit de ce cours roman de Jean Raspail. Un climat merveilleux règne tout le long du livre, la fin d'une civilisation, thème cher à l'auteur qu'il sait habilement mettre en mots. Le Margrave héréditaire a bien compris que son royaume est mort, aussi délègue-t-il à une mission de sept cavaliers le devoir d'aller voir plus loin que la ligne d'horizon, ce qui doit continuer d'exister en dépit de cette apocalypse. L'appareil d'état, le protocole, cette colonne vertébrale de tout état a pris fin de manière inexorable, fatalement. Les jeunes générations se sont révoltées dans l'anarchie, le nihilisme et la déroute. Détruisant une édification séculaire. Aussi nos cavaliers cheminent-ils au travers de la montagne pour se rendre à Sépharée où, peut être, l'espoir les attend. De bivouacs en pérégrinations, Raspail plante un tableau où les hommes sont face aux éléments de la nature, face à eux mêmes, il trace un portrait rigoureux de ces hommes porteurs d'un ultime sursaut de conscience face à la déroute de ceux qui ont tout lâchés devant l'adversité et de la fatalité. Les Oûmiates, peuple cher à l'auteur, par le truchement de Abaï, nous livrent un message de ce qui peut-être nous attend, les Tchétchènes aussi. Et puis la fin du livre surprend car elle nous assène en plein visage la réalité d'une aristocratie bafouée. Car Raspail est sans nul doute un aristocrate, celle qui garde la tête haute dans la tourmente, qui ne quitte pas le navire, le meilleur sang d'un peuple devenu servile par abandons. Sept cavaliers, offre des résonances avec d'autres livres de Raspail, une version BD a été éditée, sans doute apporte-t-elle des éléments qui déjà ne font pas défaut dans le livre, tant le talent du Maître est indéniable. Un livre autant dérangeant qu'anti conformiste à l'heure de la bonne conscience guimauvesque.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée [Texte imprimé], roman Jean Raspail
    de Raspail, Jean
    R. Laffont
    ISBN : 9782221075364 ; 5,05 € ; 25/02/1993 ; 224 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Poétique et lucide

10 étoiles

Critique de MyriamV (, Inscrite le 3 décembre 2012, 69 ans) - 3 décembre 2012

Récit subtil, élégant et, bien qu'ayant été écrit il y a 20 ans, toujours d'actualité voire plus que jamais d'actualité !


un aristocrate de la plume

8 étoiles

Critique de Isabella (Paris, Inscrite le 19 décembre 2009, 42 ans) - 19 janvier 2010

Et oui ! S'il y a quelqu'un qui a gardé une certaine noblesse de coeur et d'esprit, c'est bien Jean Raspail et il le prouve !
Un beau livre crépusculaire ...

Forums: Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée".