La zone d'inconfort : Une histoire personnelle de Jonathan Franzen

La zone d'inconfort : Une histoire personnelle de Jonathan Franzen
( The discomfort zone)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Saint-Germain-des-Prés, le 22 novembre 2008 (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 56 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (49 980ème position).
Visites : 5 376 

Autobiographie un peu décevante

Dans chacun des six chapitres, Jonathan Franzen évoque avec autodérision un aspect particulier de sa vie. Il décrit notamment sa famille, nous présentant une mère possessive et autoritaire ainsi qu’un père plutôt résigné. Inévitablement, il parle de son adolescence et l’on perçoit à travers ses dires combien il devait être timide. L’ado typique qui cherche à être accepté, dont on se moque parfois, désespérément en recherche d’une compagne pour des jeux plus sexuels. Il fait les 400 coups avec des copains d’école, sans méchanceté aucune. Aucune de leurs facéties ne tournent vraiment mal, elles sont plutôt gentillettes et font sourire.

En outre, il consacre beaucoup de pages à des analyses d’œuvres littéraires, telles que celles laissées par Schulz (Peanuts), Thomas Mann (La montagne magique) ou encore Kafka (Le procès). Quelques longueurs, mais pas dénué d’intérêt.

Dans les dernières pages, Franzen tente de faire comprendre son intérêt tardif pour l’ornithologie (dans mon cas, sans y arriver). Cela donne, malheureusement, de longues pages ennuyeuses pour tout étranger en la matière. Comme en plus le livre se termine par ce chapitre, la dernière impression n’est pas d’un grand enthousiasme…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La zone d'inconfort [Texte imprimé], une histoire personnelle Jonathan Franzen traduit de l'anglais (États-Unis) par Francis Kerline
    de Franzen, Jonathan Kerline, Francis (Traducteur)
    Points / Points (Paris)
    ISBN : 9782757810118 ; 7,00 € ; 11/09/2008 ; 226 p. ; Poche
  • La zone d'inconfort [Texte imprimé], une histoire personnelle Jonathan Franzen traduit de l'anglais (États-Unis) par Francis Kerline
    de Franzen, Jonathan Kerline, Francis (Traducteur)
    Editions de l'Olivier
    ISBN : 9782879295596 ; 21,30 € ; 31/08/2007 ; 252 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fausse biographie, vrai échec

5 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 68 ans) - 27 septembre 2023

Fausse biographie ? Pas vraiment puisque lors des 6 chapitres référencés ce sont de vrais évènements – épisodes de sa vie qui sont racontés.
Vrai échec ? Un peu quand même car ces évènements – épisodes peinent à intéresser réellement le lecteur. Et c’est dommage car je considère Jonathan Franzen comme un auteur particulièrement intéressant. Déception donc.
Un bref aperçu de sa famille, intérêt marqué pour Charlie Brown, pour l’ornithologie (plus étonnant !), … pas des sujets bouleversants ou particulièrement saillants de l’individu Franzen. Mais peut-être en fait est-il - tout écrivain qu’il soit – un individu lambda, comme vous et moi (moi en tout cas).
Mieux vaut lire, par exemple, « Freedom ». Plus de frissons …

Six histoires personnelles

6 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 44 ans) - 3 février 2011

Dans cette zone d'inconfort, Jonathan Franzen parle à la fois de sa timidité, de sa passion pour Charlie Brown, ou de sa fascination pour les oiseaux. En six chapitres, l’auteur des Corrections se livre à une tentative d’autobiographie où l’on retrouve à la fois son sens du romanesque et son autodérision. Le romanesque parce que chaque chapitre sert à une évocation plus ou moins romancée de ses passions ou de moment de sa jeunesse comme la vente de la maison familiale. Autodérision ensuite, car, tout comme dans les corrections, Jonathan Franzen fait rire sans avoir l'air d'y toucher jouant le antihéros de circonstance , embarrassé par exemple par sa timidité naturelle.
Reste cependant que j'ai moins accroché à ce recueil de nouvelles qu'aux corrections. Tout comme Saint-Germain-des-Prés, même si j'ai apprécié le style, certains sujets évoqués ici ne m'ont absolument pas intéressé.

Forums: La zone d'inconfort : Une histoire personnelle

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La zone d'inconfort : Une histoire personnelle".