Le moindre des mondes de Sjón

Le moindre des mondes de Sjón
( Skugga-Baldur)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sahkti, le 16 février 2007 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 056ème position).
Visites : 4 206  (depuis Novembre 2007)

Magie islandaise

1883, c'est l'hiver, le froid est omniprésent. Le révérend Baldur Skuggason chasse la renarde. Une course mouvementée et la quête d'un trésor: pas seulement l'argent de la fourrure mais aussi le fait que la renarde véhiculerait toutes sortes de croyances et de légendes diverses. Elle devient une obsession au point de faire perdre l'esprit à Skuggason. Et devenir fou au milieu de la neige, où tout est blanc, tout se ressemble, ça n'aide pas.
Pendant ce temps, au village, Fridrik cloue un cercueil destiné à une jeune handicapée mentale, rejetée par tous et qu'il a pris sous son aile. Il prévoit l'avenir parce qu'il sait que personne ne viendra en aide à la jeune Abba le jour où...

Je connaissais Sjón comme parolier de Björk, je le découvre romancier avec ce livre traduit en français, le premier à l'être il me semble.
L'auteur décrit avec habileté les paysages, les atmosphères, il utilise un vocabulaire recherché pour décrire certaines émotions (la différence entre une langue qui connaît des dizaines de mots pour désigner neige et la nôtre, qui en compte un, voire deux pour le faire). Cela donne une langue riche et belle, avec en même temps, un certain sens de l'économie, parce que Sjón trouve exactement le mot juste pour décrire telle ou telle chose, c'est frappant. Pas besoin de faire de longues phrases, il a le sens de l'épuré et de l'efficace.
L'Islande occupe aussi toute la place, c'est magnifique, il y a dans ce roman un côté magique et envoûtant qui saisit d'emblée le lecteur. Un plaisir!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le moindre des mondes [Texte imprimé], récit Sjón traduit de l'islandais par Éric Boury
    de Sjón, Boury, Éric (Traducteur)
    Payot & Rivages / Collection Littérature étrangère
    ISBN : 9782743616090 ; 3,48 € ; 03/01/2007 ; 122 p. ; Broché
  • Le moindre des mondes [Texte imprimé], récit Sjón traduit de l'islandais par Éric Boury
    de Sjón, Boury, Éric (Traducteur)
    Payot & Rivages / Rivages poche. Bibliothèque étrangère
    ISBN : 9782743618704 ; 5,74 € ; 15/10/2008 ; 122 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le moins est parfois le plus

10 étoiles

Critique de Printemps (, Inscrite le 30 avril 2005, 64 ans) - 12 décembre 2008

Sjon nous fait découvrir la beauté et la sauvagerie de son pays, l'Islande, là où les légendes, la nature, les animaux, les êtres humains, essaient de communiquer, sont en opposition, mais aussi essaient de découvrir une harmonie dans la difficulté de vivre ensemble.
La neige joue un rôle prépondérant dans ce pays de légendes. Elle recouvre tout, mais aussi lors de sa fonte, elle découvre tout. Les êtres humains sont assimilables à des animaux qui eux aussi survivent dans cette nature impitoyable, mais belle à la fois.
Du rêve, même du comique, pour la vie humaine, soumise à des conditions de vie extrêmes.
Un plaisir de dépaysement ... qui nous ramène à nos sources naturelles.

« La nuit fut froide et des plus longues »

8 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 54 ans) - 5 novembre 2008

Ce petit livre m’a immédiatement séduite. Poète, il faut certainement l’être pour introduire si habilement une petite musique envoûtante, pour manier les images avec tant de brio, pour décliner les paysages avec un tel amour. De la chasse à la renarde (fabuleuse description, soit dit en passant) qui tourne mal, au botaniste qui est sur le point d’enterrer une jeune femme handicapée qu’il avait recueillie, Sjon nous offre une histoire poignante. Le décor, omniprésent, est magnifique, comme l’image de la couverture en donne l’avant-goût. J’avoue d’ailleurs que c’est cette couverture qui m’a attirée en premier lieu…

La citation que j’ai choisie comme titre pour cette critique est une phrase d’une simplicité rare. Pourtant, dans le contexte, elle est prodigieuse, sans doute grâce à sa nudité, beaucoup plus efficace qu’un long discours. La première partie du livre, celle qui est consacrée à la chasse à la renarde, fonctionne d’une façon qui généralement m’agace mais que j’ai trouvé particulièrement appropriée ici : peu de lignes par page. Voire même une seule phrase, dans le cas : « La nuit fut froide et des plus longues ». L’impression n’aurait pas été la même si elle avait été noyée dans un texte. Ici, on sent véritablement la longueur de cette nuit, sa froideur et son silence. Enfin, si on est sensible à ce style de poésie…

Franchement, une petite perle que ce livre-là…

Forums: Le moindre des mondes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le moindre des mondes".