L'homme du soir de Mo Hayder

L'homme du soir de Mo Hayder
(The treatment)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Aaro-Benjamin G., le 1 novembre 2005 (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 53 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 471ème position).
Visites : 7 330  (depuis Novembre 2007)

Thriller noir Supérieur avec un grand S

En quelques titres, Mo Hayder s’est imposée comme une figure de proue de la relève et une future reine du roman policier. Sa marque de commerce? Des tueurs horribles, un nécrophile dans « Birdman » et un pédophile dans « L’homme du soir », la seconde enquête de l’inspecteur Jack Caffery.

Au début de ce roman, Caffery est appelé dans le sud de Londres à la demeure d’une famille. Le père et la mère ont été menottés pendant des jours. Leur fils de neuf ans a été enlevé par un prédateur sexuel qui lui a arraché un morceau de chair à l’épaule en le mordant. L’auteur laisse planer un voile sibyllin sur les événements, des événements qui vont se reproduire de nouveau et ajouter au suspense de la chasse au « Troll », surnom donné par les enfants du voisinage au pédophile qui les épie.

Si de prime abord, les indices nous font dresser un portrait horrible de la situation, la réalité que Hayder nous dévoile s’avère encore plus sordide, encore plus tordue. Évidemment, il faut avoir un cœur solide pour passer à travers, non pas que la violence y soit explicite, mais le fond de la chose est d’un noir d’encre et les rebondissements sont tous amenés afin de resserrer ce petit univers sombre, étouffant.

C’est un thriller affreusement bien construit avec une mécanique comme une horloge suisse. On en ressort transi, le sang glacé. Une lecture des plus prenantes aussi, qui vous tient dans ces griffes jusqu’à la dernière page, jusqu’aux derniers mots qui sont de la véritable poésie morbide. Du grand polar.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'homme du soir [Texte imprimé] Mo Hayder trad. de l'anglais par Thierry Arson
    de Hayder, Mo Arson, Thierry (Traducteur)
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266131353 ; 7,20 € ; 09/10/2003 ; 542 p. ; Poche
  • L'homme du soir [Texte imprimé] Mo Hayder traduit de l'anglais par Thierry Arson
    de Hayder, Mo Arson, Thierry (Traducteur)
    Pocket / Thrillers (Paris. 1998)
    ISBN : 9782266189606 ; 7,95 € ; 04/06/2009 ; 541 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

incohérent

5 étoiles

Critique de Capucine33 (, Inscrit le 10 août 2014, 34 ans) - 10 août 2014

Une intrigue bien menée (sur un sujet peu traité et qui peut déranger) au prix d'une incohérence de taille qui frise la fiction et à laquelle je n'adhère pas…évidemment difficile de deviner la chute.
Ames sensibles s'abstenir, comme toujours avec cet auteur.

pédophile .

2 étoiles

Critique de Pat (PARIS, Inscrit le 21 mars 2010, 59 ans) - 1 juillet 2010

Je me suis arrêté à la page 140 . En effet , à ce moment-là un évènement incroyable est intervenu dans le récit lorsque les policiers découvrent ....
Ma critique ne vaut pas grand chose , vu que je ne suis pas allé jusqu'au bout du récit .
Je m'aperçois, petit à petit , que je ne suis pas très "polars" .
Surtout lorsqu'il s'agit d'histoires de tueurs sadiques etc...
Là en l'occurrence, il s'agit d'enfants martyrisés , ce qui rajoute à la dureté du récit .
Soit , toute histoire peut être écrite , tous les sujets abordés mais la surenchère dans l'abject me dérange , me met mal à l'aise . l'auteur en "rajoute" et les évènements perdent en crédibilité .
Mais , comme je l'ai dit , cette critique ne vaut que pour 140 pages et le livre en a 550 alors ....

La folie à l'état pur

10 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 50 ans) - 17 décembre 2009

Autant dire qu'il faut s'accrocher ferme pour supporter cette lecture à l'ambiance particulièrement sordide, glauque et malsaine. Mo Hayder nous propose une immersion totale et directe dans le monde d'un terrible détraqué sexuel dont la folie et la perversité vont irrémédiablement briser des familles entières de manière choquante et terrifiante.
On retrouve avec plaisir Jack Caffery, dont le passé douloureux ne peut que refaire surface à la lumière des épouvantables évènements dans lesquels cette enquête le plonge. Atteint au plus profond de son âme, il ne peut se défaire ni se remettre de l'enlèvement de son frère par un pédophile vivant à quelques encablures de sa maison.

Cette lecture marque profondément les esprits, et si le but de l'auteur est d'atteindre les sommets de l'horreur, et bien j'avoue que c'est pleinement réussi. A déconseiller donc aux âmes sensibles, au risque de vivement le regretter. Impossible d'oublier ce roman d'une noirceur exceptionnelle.

portrait d'un grand détraqué!!!!!

10 étoiles

Critique de Wakayoda (, Inscrite le 12 septembre 2007, 42 ans) - 8 avril 2008

C’est une bonne intrigue, un peu gore digne de l’auteur. Le meurtrier est un détraqué impuissant, effrayé par les femmes mais qui a toujours le même protocole pour passer à l’action. On avance en découvrant avec horreur son profil psychologique et ce qu’il fait subir à ses victimes. C’est un violeur, séquestreur… L’état de la famille après son passage est déplorable : ils sont salis, déprimés, irrécupérables. On est tenu par ce livre jusqu’aux dernières lignes. J’avoue ne pas avoir trouvé le meurtrier avant que le livre me l’ai cité. De plus, j’aime cet inspecteur dépravé qui est déprimé, alcoolique, qui laisse place à ses pulsions même les plus négatives… On en apprend plus sur son frère et ce qui s’est passé pour lui après son kidnapping.
Je trouve ce livre meilleur que le premier mais les scènes pouvant être imagées sont effrayantes. La fin laisse trois points de suspension. ALLEZ vite pour de nouvelles aventures Caffery : on attend…

Du thriller terriblement bon !

10 étoiles

Critique de Laurent63 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 48 ans) - 25 mars 2008

Voici un livre qui est terrifiant, on plonge dans l'univers glauque des pédophiles et des tortionnaires d'enfants. A travers l'enquête de l'inspecteur Jack Caffery nous vivons le quotidien des victimes de ses atrocités, avec beaucoup de détails. Ce roman dérange, dégoûte et révolte en même temps, mais c'est tout de même une grande réussite, car l'auteur a su nous faire plonger dans ce monde. On suit le déroulement de l'enquête jusqu'à la dernière ligne. On est surpris par les rebondissements, les ratés et les faux-semblants, mais c'est ce qui fait le plaisir de ce thriller. Sans aucun doute je peux affirmer que c'est un des pires que j'ai eu l'occasion de lire, mais c'est grâce à la plume de maitre de l'auteur qui sait captiver son public.
Je déconseille fortement ce livre aux âmes sensibles qui seront bouleversées par cet ouvrage, mais pour les amateurs de sueurs froides et d'univers noir alors là je dit foncez lire ce livre c'est un chef d'oeuvre du genre...

glauque, dérangeant... tellement bon!

9 étoiles

Critique de Cookie31 (Aspret-Sarrat, Inscrite le 5 septembre 2006, 47 ans) - 24 juin 2007

Je reprends ici ma critique faite sur un site qui vend le livre.

Ce livre nous oblige à faire face à ce que, en temps normal, notre esprit refuse de concevoir devant la laideur de la réalité. On est à la fois pris par le récit, lequel est porté par des personnages très bien dépeints dans leurs douleurs, leurs tourments, leurs faiblesses fatales. J'ai dévoré le livre, emportée par l'envie pernicieuse d'en savoir plus, accablée par la souffrance des êtres, à laquelle j'ai adhéré par empathie et par la compréhension intime de leurs bassesses. Certains lecteurs pensent qu'il y a une erreur de scénario, en rapport avec les gants et l'appareil photo, qui créerait une incohérence par rapport à l'identité du criminel. Pour ma part je suis certaine qu'il n'y a pas d'erreur et que ces lecteurs n'ont pas été suffisamment attentifs ; de plus, sur un plan purement pratique, l'éditeur n'aurait raisonnablement pas pu la laisser passer : que l'on se rappelle la "caractéristique psychique" du criminel (difficile d'expliquer sans en dévoiler trop), suggérée par l'inspecteur à la fin, au détour d'une simple phrase. Cela explique parfaitement ce qui peut sembler incohérent.
L'homme du soir est à lire, à mon avis, après Birdman dans une logique chronologique et psychologique. Je suis convaincue d'avoir apprécié pleinement L'Homme du soir parce que j'avais lu l'autre juste avant. Si chaque enquête est indépendante d'un livre à l'autre, la vie personnelle de l'inspecteur, tout aussi passionnante que l'intrigue principale, démarre dans Birdman, et à elle seule justifie l'intérêt de ces deux oeuvres. Cette histoire-là est absolument bouleversante, et reste ancrée dans la mémoire aussi sûrement que le sujet principal. Personnellement, j'ai été ébranlée (et même rendue malade...trop d'empathie sans doute) par l'enquête, et plongée dans un abysse de tristesse par le récit du drame personnel de l'inspecteur.

Un seul bémol pour ma part : les descriptions des vêtements, de l'environnement, des changements climatiques et autres fioritures. C'est tout à fait subjectif, mais aimant le côté "brut" du style de Mo Hayder, je n'aime pas quand elle s'attarde sur des détails comme les nuances roses du ciel ou la longueur de la jupe du personnage.

Forums: L'homme du soir

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'homme du soir".