Le Camp des saints de Jean Raspail

Le Camp des saints de Jean Raspail

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Micrando, le 7 octobre 2005 (Inscrit le 23 septembre 2005, 91 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 12 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (3 331ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 7 468  (depuis Novembre 2007)

Prémonitoire

Lisez ou relisez ce livre qui, paru en 1973 décrivait avec une lucidité hallucinante ce qui ce passe actuellement au niveau de l'immigration de plus en plus pressante à laquelle nous devons faire face. Et surtout l'impasse dans laquelle nous nous sommes fourvoyés et qui nous paralyse. Les récents incidents de Mellila de ces derniers jours y sont décrits avec précision et ce 30 ans avant qu'ils ne se produisent. Visionnaire !!!Le talent de Raspail n'est plus à démontrer, mais à l'époque il n'a que peu suscité d'échos, il n'était pas politiquement correct ou risquait-il de faire peur ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Livre prémonitoire

6 étoiles

Critique de Bernard2 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 75 ans) - 22 avril 2015

L'immigration clandestine prend en Europe des proportions dramatiques. Les conditions de transport sont inhumaines et les passeurs qui pratiquent ces trafics n'hésitent pas à exécuter leurs « clients » . Les pays de destination n'ont pas les moyens d'accueillir un tel nombre de personnes, ni d'assurer leur sécurité.
L'auteur pousse ici le raisonnement à son paroxysme. Que se passerait-il si un million d'immigrés clandestins arrivaient d'un coup sur nos côtes ? Hélas, la fiction n'est pas tellement éloignée de la cruelle réalité...
Malgré des longueurs, le livre captive et nous conduit à bien des interrogations.
Je n'ai pas bien compris les commentaires voyant dans cet ouvrage un lien quelconque avec le Front National. Gardons-nous de tout amalgame trop réducteur.

imagination?

10 étoiles

Critique de Jefg (, Inscrit le 10 février 2014, 49 ans) - 11 février 2014

un livre écrit voila 40 ans, au moment ou la suisse vote stop à l'immigration de masse, au moment ou nous ne savons plus réfléchir par nous même grace au elite bien pensante(journaliste, politique) qui nous noye sous des torrents d inepties, ou le mot race doit disparaître, ou Français de souche choc les bien pensants ou les gens se cherchent et n'aspirent qu'a un peu de sécurite
peut être le bon moment de lire ou relire ce livre?

tout à fait d'actualité

9 étoiles

Critique de Faonta (Etterbeek, Inscrit le 30 avril 2012, 89 ans) - 3 mai 2013

Ce livre remarquable d'autant la date de son écriture est une vision prémonitoire du déséquilibre exponentiel que nous pouvons constater en ce XXIe siècle après l'essor de la cupidité financière que nous connûmes à la fin du XXe.

C'est vraiment à lire maintenant.

Prophétique

9 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 46 ans) - 14 juillet 2012

Lors de la dernière édition de son ouvrage le plus connu, Jean Raspail avouait qu'il ne pourrait aujourd'hui plus faire paraître ce livre aujourd'hui... à sa lecture, on comprend largement pourquoi...

Si l'on prend du recul et qu'on s'attache à comprendre le message que l'auteur veut nous faire entendre, toute personne de bonne foi ne peut que faire le constat suivant: la civilisation occidentale (je suis persuadé que cela a un sens, avec Braudel) est confrontée à une invasion plus ou moins pacifique de la part de population exogènes. A l'intérieur même de cette civilisation, des forces oeuvrent à sa destruction.

Quel est le dénouement de cette histoire? La fin de ce monde tel que nous le connaissons. La seule question pertinente? A quelle échéance...

Très dur

5 étoiles

Critique de Chene (Tours, Inscrit le 8 juillet 2009, 54 ans) - 29 juillet 2011

Prophétie ou délire d'un vieux fou sénile ?

Jean Raspail nous livre ici un message inquiétant. La France en particulier et l'occident en général, se retrouvent coincés entre l'universalisme des droits de l'homme érigé en norme absolue et un retour à la barbarie probable dans un avenir proche pour résoudre les questions migratoires.
Mince alors... Vers quoi nous dirige la mondialisation ? N'y a-t-il pas de société heureuse possible ?
Un livre à ne pas mettre dans les mains de fanatiques ou de déséquilibrés... (c'est peut-être la même chose d'ailleurs).
L'histoire fait froid dans le dos, il fallait y penser. Au niveau du style, c'est assez décevant.

Quand le Gange sort de son lit.

10 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 53 ans) - 5 août 2008

Les temps des mille ans s'achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront les camps des Saints et la Ville bien-aimée.
Apocalypse.

C'est le récit de ce chef d'oeuvre, le déferlement d'une nuée de va nu pieds, nécessiteux et crasseux, embarqués sur cent navires depuis les Indes jusqu'à nos côtes. La croisière ne s'amuse pas, et ses intentions ne sont pas désintéressées. Débarquer sur les côtes françaises pour envahir, soumettre et, anémier le pays, voilà le coeur du récit, qui fait résonner les fibres à chaque page tournée.
Désertion, abandon, lâcheté, mais aussi sursaut de conscience et d'amour font la trame du livre qui ne peut que déranger. Mettant les uns au pied du mur qu'ils ont eux-mêmes érigé, les autres ne peuvent que ronger leur frein.
Oeuvre d'un visionnaire, d'un oracle, d'un prophète qui doit se sentir bien seul dans son désert.
A méditer.

Rendons à César...

8 étoiles

Critique de Guigomas (Valenciennes, Inscrit le 1 juillet 2005, 54 ans) - 15 décembre 2005

C'est l'exode de dizaines, voire de centaines de milliers d'Indiens, décidant un jour de prendre la mer ensemble sur la moindre carcasse capable de la tenir pour débarquer... où, personne ne le sait, mais leur route se dirige vers l'Europe. Le camp des saints raconte l'épopée de ces miséreux, à la recherche de leur part de notre confort occidental, et surtout des réactions que cette épopée suscite en Occident.

Ce livre a été écrit en 1973, soit il y a plus de trente ans, et il est indéniable que c'est une oeuvre visionnaire. Combien de pauvres gens meurent chaque année en tentant une telle traversée ? C'est par centaines qu'on découvre des cadavres dans la Méditerranée, dans des camions sans air ou dans des trains d’atterrissage de Boeing.

Et quelle actualité dans les thèmes abordés dans le livre de Raspail ! Immigration, intégration, identité, capacité à vivre ensemble... Une actualité brûlante.
On peut trouver désagréable de discuter sur ces thèmes, on peut ne pas être d'accord avec les thèses de l'auteur et jeter ce livre au feu après lui avoir collé l'étiquette "fascisant, à détruire"... mais ce n'est pas cela qui arrêtera le massacre.

Quant à l'auteur, c'est un monarchiste convaincu et militant mais qu'on ne saurait taxer de racisme si ce n'est à méconnaitre totalement toute une part de son oeuvre, consacrée à la Patagonie et très critique vis à vis de l'occident qui a contribué à l'extinction de certaines tribus d'Amérique du sud (voir Qui se souvient des hommes, critiqué sur ce site).

Il est très lucide sur ses idées, en témoigne cette phrase en exergue de son site :
« Quand on représente une cause (presque) perdue, il faut sonner de la trompette, sauter sur son cheval et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de vieillesse triste au fond de la forteresse oubliée que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée. »

Où ça, un sacrifice?

1 étoiles

Critique de Le rat des champs (, Inscrit le 12 juillet 2005, 73 ans) - 15 décembre 2005

Qu'est-ce qu'il a sacrifié, Jean, et sur l'autel de quoi? Ses ambitions d'immortel sur l'autel du FN? Pour entrer à l'académie française, on demande quand même un peu plus de talent, voire de génie.
Bon. Disons alors qu'il n'a rien sacrifié du tout, et que dans une France qui aime Le Pen au point de le faire passer au deuxième tour des présidentielles en 2002, il s'est dit qu'il trouverait toujours des amateurs pour ce type de littérature. Rentabilité, alors?

L'Evangile du FNB

1 étoiles

Critique de Arundhati (, Inscrit le 9 octobre 2005, 62 ans) - 14 décembre 2005

Ce bouquin haineux et réactionnaire est le livre de chevet de tout bon militant d’extrême-droite qui se respecte. Le Front Nouveau de Belgique y tire une bonne partie de ses arguments xénophobes et s'en vante.
La seule culture qu'il peut évoquer, c'est celle de la peur.
La peur de l'autre, la peur de l'étranger, bref du "différent".
Une oeuvre nauséabonde d'un monarchiste enfermé dans un racisme viscéral.

Le sacrifice de Jean

10 étoiles

Critique de Enzo (, Inscrit le 21 novembre 2005, 54 ans) - 14 décembre 2005

Pour ce livre, Jean Raspail n'ira jamais à l’Académie Française. J'ai la chance de posséder l'édition de 1971, celle sans coupure, notamment tous les passages qui se passent en URSS.

Ce livre prophétique est l'un des grands romans français du XXe siècle. A lire, faire lire, offrir, donner, pour que jamais cela ne se produise.

Un livre extraordinaire

10 étoiles

Critique de CCRIDER (OTHIS, Inscrit le 10 janvier 2004, 76 ans) - 13 octobre 2005

Un livre extraordinaire et terrifiant. Raspail a vraiment fait oeuvre de visionnaire. Il faut absolument lire ce livre que je classe au même niveau que "1984" d'Orwell ou "Le meilleur des mondes" d'Huxley. L'ennui, c'est qu'englués comme nous sommes dans le politiquement correct, nous avons des yeux et ne voyons pas, nous avons des oreilles et n'entendons pas et nous avons des voix et nous ne pouvons pas parler.
Lisez ce livre prémonitoire. Refermez-le ensuite, prenez un moment pour réfléchir et si vous n'avez pas froid dans le dos, c'est qu'il faut vous greffer un cerveau entre les deux oreilles. Réveille-toi, white man, la fin de ton monde est proche !

Forums: Le Camp des saints

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  L'immigration... 21 Le rat des champs 20 février 2015 @ 13:38

Autres discussion autour de Le Camp des saints »