Compartiment pour dames de Anita Nair

Compartiment pour dames de Anita Nair
( Ladies coupé)

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Guermantes, le 22 mars 2005 (Bruxelles, Inscrit le 18 mars 2005, 76 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (3 322ème position).
Visites : 7 466  (depuis Novembre 2007)

Femmes d'Inde et d'ailleurs

Comment prendre en mains sa propre vie et assumer son destin en toute indépendance, particulièrement lorsqu’on est une femme en Inde, pays où le poids des traditions et des contraintes sociales pèse encore lourdement sur chaque individu ? Telle est la grande question qui réside au cœur du roman d’Anita Nair et qu’elle va illustrer à travers l’histoire d’Akhila.
Jusqu’à la fin du vingtième siècle, les chemins de fer indiens comportaient des compartiments pour femmes seules. Akhila se retrouve dans l’un d’eux, dans le train de nuit qui va l’emmener de Bangalore jusqu’au cap Comorin, à l’extrémité sud du sous-continent. Peu à peu, nous allons découvrir ce qui a poussé cette femme atypique à entreprendre ce qui peut s'assimiler à une fuite face à un destin dans lequel elle ne se reconnaît plus.
Atypique, Akhila l’est à bien des égards : 45 ans, célibataire, pourvue d’un travail lui permettant de subvenir à ses besoins, elle ne correspond certes pas à l’image classique de la femme indienne. Et pourtant, elle se sent peu à peu étouffer dans cette existence qui résulte plus de l’enchaînement des circonstances (préjugés de caste, emprise du cercle familial dont elle assume en fait la direction après la mort du père) que d’un choix personnel assumé en toute indépendance.
Pendant son voyage, Akhila va se trouver confrontée à cinq compagnes qui, à travers le récit qu'elles feront de leur propre destinée, l’aideront peu à peu à prendre enfin le contrôle de sa vie, à ne plus subir le cours des choses mais à trouver la force de reconnaître et d’imposer ses propres désirs. Plutôt que de vivre sa vie depuis les coulisses, Akhila prendra conscience de sa capacité à se forger sa propre identité sans plus être le prolongement de personne.
A chaque chapitre consacré à l’histoire d’Akhila (évoquée sous forme de flashes back qui laissent parfois une certaine impression d’artificiel ) succède un chapitre où se dévoile la vie de chacune des cinq autres protagonistes. L’auteur trouve ainsi l’occasion de dresser des portraits contrastés de la femme indienne qui tous semblent marqués du sceau de l’insatisfaction et créent par là un jeu de miroirs dans lesquels Akhila peut retrouver certains traits déformés mais bien réels de sa propre personnalité.
Il y a la vieille Janaki qui, si de prime abord elle offre avec son mari l’image d’un « couple parfait », se révèle finalement une femme dont l’identité propre s’est dissoute dans le piège que constitue aussi cette image. La jeune Sheela se révèle, elle, une « rebelle » rétive au conformisme familial. Margaret a pour sa part trouvé un moyen diabolique de prendre sa revanche sur un mari tyrannique et odieux. Prabha Devi a quant à elle longtemps attendu que quelque chose se passe pendant que sa vie lui filait entre les doigts. En fin de compte, elle découvre enfin que « le désir fait naître le désir, que l’épanouissement engendre l’épanouissement ».
Le personnage le plus dramatique est sans conteste celui de Marikolanthu qui, au « handicap » d’être femme ajoute celui de se situer au bas de l’échelle sociale : misère, oppression, viol tissent son destin. Et pourtant, elle trouvera la force de reprendre la maîtrise de celui-ci, de ne plus être « une imitation de l’original mais l’original lui-même ».
Alors, roman essentiellement féminin que celui-ci ? Je ne le pense pas. Sans doute Anita Nair sait-elle, avec beaucoup d’habileté, nous entraîner au-delà des particularités de la société indienne pour nous sensibiliser à des questions que toute femme est, un jour ou l’autre, amenée à se poser mais sa réflexion me paraît aller plus loin et poser le problème de l’autonomie de l’individu -homme ou femme- face aux contraintes de la société et au poids de la tradition. En fin de compte, la grande question que pose ce roman est celle de la capacité pour chaque être humain de se forger une destinée conforme à ses aspirations les plus profondes.
En résumé, voilà un livre qui se lit avec un vif intérêt même si l’on peut déplorer son caractère parfois un peu trop démonstratif, son style un peu plat (question de traduction ?), son absence d’humour (mais le sujet s’y prêtait-il ?) et le traitement sommaire réservé aux personnages masculins dont, à l’encontre des six femmes, aucun ne soulève le moindre sentiment d’empathie chez le lecteur.
A conseiller cependant aux femmes qui s’y reconnaîtront certainement et aux esprits étroitement machistes que la lecture d’une œuvre telle que celle-ci pourrait contribuer à guérir de leur infirmité.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Comment vivre seule, sans mari, quand on est une femme en Inde ?

8 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 13 décembre 2021

Il existait autrefois dans les trains de nuit en Inde , des compartiments réservés aux femmes.

Autour de Akhila, 46 ans, «  rigide et réservée » qui a toujours vécu comme le prolongement de quelqu'un « vieille fille, sœur aînée, autrefois soutien de famille, et encore aujourd'hui vache à lait », et qui cherche comment devenir enfin une personne à part entière, elles sont six femmes de condition et d'âges différents qui, le temps d'un trajet, se racontent, se livrent hors de tout regard et de tout jugement masculin .

Des inconnues qui spontanément, sans réserve, se confient sur leur enfance, leur couple , leur intimité : cette situation peut paraître quelque peu artificielle mais elle est pour le lecteur un témoignage précieux sur la condition de la femme en Inde, sur son rapport à l'homme, à la famille , à la belle-famille , sur le poids de la tradition et de la caste à laquelle on appartient.. C'est aussi , bien sûr, un document fort intéressant sur la vie quotidienne dans ce pays.

Beau et intéressant

10 étoiles

Critique de Melannni (, Inscrite le 7 janvier 2013, 39 ans) - 1 mai 2013

J'ai adoré ce livre.

Il est non seulement très bien écrit mais les histoires qu'il comporte sont prenantes et très intéressantes. Elles permettent de mieux comprendre la culture indienne, ses côtés positifs, ses limites, le rôle des femmes dans la société, dans le couple, dans la famille.

On s'attache vite aux personnages qui ont chacun leurs particularités, histoires et subtilités. Chacune des héroïnes fait réfléchir Akhila sur le but de sa vie, mais aussi le lecteur.

On referme ce livre à regret, à mettre entre toutes les mains !

Très beau

10 étoiles

Critique de Melinette (, Inscrite le 21 mars 2008, 42 ans) - 21 mars 2008

Akhila, 45 ans et célibataire, décide un jour de partir, de prendre le train pour l'extrêmité du Sud de l'Inde, là où se rejoignent l'Océan Indien, la baie du Bengale et la Mer d'Arabie. Elle a besoin de faire le point sur sa vie, sur son rôle dans sa famille, et elle veut essayer de répondre à la question qu'elle se pose sans cesse: une femme peut-elle se débrouiller sans un homme? Au même titre que les handicapés et les personnes âgées, les femmes occupent un compartiment spécial, où elle partagera la couchette avec cinq autres passagères. Celles-ci vont se livrer et se dévoiler chacune à leur tour, et elles évoqueront leur vie de fille, de femme et d'épouse, ou bien rapporteront leur haine et leur révolte envers leur vie. Il y a Janaki, vieille femme, qui aime son mari d'un amour amical, puis la jeune Sheela qui parle de sa grand-mère avec dignité, il y a Margaret, professeur de chimie, qui déteste tant son mari qu'elle lui fera vivre quelques expériences... Puis il y a Prabha Devi qui affrontera ses peurs et enfin Marikolanthu, jeune servante, qui après avoir vécu de nombreuses et douloureuses épreuves assumera finalement son rôle de mère. Et bien sûr Akhila, qui va enfin oser vivre pour elle, sans se soucier de l'avis des autres, et qui se délestera du poids familial. Ces femmes, de tout âge et tout horizon, sont les témoins de la société indienne contemporaine, et par leurs histoires, elles guideront Akhila vers son propre destin...


J'ai beaucoup aimé ce roman d'un style simple, mais pourtant très efficace. L'écriture nous transporte d'histoire en histoire, et l'on éprouve alors de l'empathie et de l'admiration envers ces femmes toutes différentes, mais semblables sur un même point: le poids de la société est tel, qu'il est extrêmement difficile pour elles d'exister en tant que femme. Elles sont l'épouse-de, la fille-de, la tante-de, et n'ont pas ou peu d'identité individuelle. Mais même si elles doivent obéir et se plier aux règles, elles n'ont pas dit leur dernier mot.
Une femme peut-elle se débrouiller sans un homme?
"Elle sourit encore en découvrant à quel point il est facile de sourire maintenant qu'elle prend enfin le contrôle de sa vie." (p441)

Roman dense, riche et féminin !

8 étoiles

Critique de AntigoneCH (La Roche sur Yon, Inscrite le 19 octobre 2007, 51 ans) - 1 novembre 2007

J'ai beaucoup aimé ces histoires de femmes, indiennes et pourtant universelles. Au tout départ, il m'a fallu me familiariser un peu avec la forme, ce voyage entre le compartiment pour dames du train pour le sud, et les récits singuliers de ses passagères. J'ai parfois été un peu perdue parmi les personnages, en raison de la similitude des prénoms et de ces mères qui se nomment toutes Amma. Et puis, il y a eu le sentiment de colère contre toutes ces traditions et croyances destructrices, cette peine pour ces femmes si fortes et si brimées. Oui, c'est un beau roman et Akhila est une belle héroïne. Je suis heureuse d'avoir lu ce livre !

Forums: Compartiment pour dames

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Compartiment pour dames".