L'auteur ! L'auteur ! de David Lodge

L'auteur ! L'auteur ! de David Lodge
( Author, author)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par THYSBE, le 28 février 2005 (Inscrite le 10 avril 2004, 65 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (25 365ème position).
Visites : 4 229  (depuis Novembre 2007)

Déférence et révérence à Henri James

David Lodge change de registre en consacrant son dernier ouvrage à la vie de Henry James, célèbre auteur anglais de la fin du 19ème siècle, début du 20ème. A partir d’une biographie bien documentée, il laisse libre court à son interprétation pour nous faire entrer dans l’intimité de son écrivain fétiche.
Le récit débute en décembre 1915 à Londres dans la chambre de Henry James ou il se meurt lentement. De part ces délires, on voyagera dans ce que fut sa vie, son œuvre et ces grandes déceptions.
David Lodge donne le ton à cette fin de siècle, prémisse de la culture de masse par l’importance de la presse et de l’édition. La naissance de la publication populaire qui vise au bénéfice et au gros tirage, et met en danger ces auteurs supposés difficiles qui ont de plus en plus de mal à se faire éditer. Les journaux, véritables supports des œuvres littéraires qu’ils publient sous forme de feuilletons, contribuent à la notoriété ou à la déroute de leurs auteurs. Leur vie privée est colportée, leurs erreurs amplifiées, leurs succès exagérés. Tout est démesuré. C’est ainsi qu’apparaîtra le « best seller » avec ses effets commerciaux et ses produits dérivés. Georges Du Maurier grand-père de la non moins célèbre Daphnée et grand ami de H.J. sera un des premiers à produire ce phénomène avec Trilby, pendant que H.J. essuiera un grand fiasco avec sa pièce de théâtre Guy Domville. David Lodge appui sur ce douloureux évènement de la vie de H.J.. Du Maurier si surpris de cette gloire nouvelle et Henri James, tellement amer de cette défaite.
Par ce livre David Lodge tend à rendre hommage à H.J. en quête continuelle de reconnaissance. Il nous fait voyager dans l’époque jamesienne ou l’on côtoie Wilde, Maupassant, Rudyard Kipling, H.G. Wells et bien d’autre que l’on découvre ou redécouvre.
David Lodge, clos son livre, comme il l’a débuté, par l’agonie de cet artiste.
Ce n’est pas un David Lodge habituel que nous avons dans cette écriture. Bien que signalé en quatrième de couverture, son humour britannique et son ironie ne sont pas frappants. Quelques longueurs aussi, mais peut-être pour mieux se rapprocher de H.J . Mais, une bonne façon d’aborder la vie et l’œuvre de Henri James pour ceux qui ne le connaissent pas, tout comme moi. Internet est pour cela un outil très appréciable pour comparer et consulter des informations. Je me suis donc régalée à parcourir cette époque sur le web et autres, en activant les informations de ce roman. Depuis cette étude, j’ai donc entrepris la lecture de certaines œuvres de H.J. en fonction des passages du roman et des critiques de ce site. Je constate donc qu’il y a des adeptes de H.J et je ne peux que leur recommander « l’auteur, l’auteur » ou ils trouveront un grand plaisir à voir évoluer leur auteur dans son intimité et son époque riche de personnages illustres.
Le temps aura donné raison à sa valeur artistique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

ah ah l'Auteur ! sacré farceur !

9 étoiles

Critique de Mafalda (Reims, Inscrite le 17 décembre 2005, 51 ans) - 17 décembre 2005

Eh oui ! pour les mordus de David LODGE qui attendaient comme moi avec une faim de loup la sortie de son dernier roman afin de le dévorer avec avidité et de se rassasier de son humour;

Surprise, surprise ! Si son humour ne se trouvait pas dans son roman comme annoncé en 4ème de couverture c'est qu'il se trouvait à l'extérieur.

L'effet de suprise qu'a provoqué la lecture de l'auteur l'auteur ! et sa vague de réaction est drôle en soit.

Cela dit, pas si surprenant que ça un livre conscré à H.J quant on connait l'intérêt de l'auteur pour cet écrivain.

Mais malgrés un début difficile à accrocher , on se laisse finalement emporter par le combat d'Henris James pour la reconnaissance de son talent, combat contre la montée de la production littéraire de masse.

Et si l'auteur s'attarde sur les difficultés, souffrances et échecs d'H.J, ne serait ce pas simplement pour mettre en relief ce qu'est la réalité quotidienne de tout écrivain ? ( travail acharné, difficultés pécunières, doutes, espoirs, besoin de reconnaissances ponctués par une alternance de réussites et d'échecs ) ?

Pour conclure : quoi qu'il en soit, merci de nous avoir surpris David, mais à bientôt de te relire en rires !


Pour la détente, lisez d'autres Lodge

4 étoiles

Critique de Damien1 (, Inscrit le 14 août 2005, 59 ans) - 14 août 2005

Ce livre fourmille de détails sur la vie d'Henry James et est rempli de références culturelles sur l’Angleterre victorienne. Cela peut-être intéressant pour des lecteurs spécialistes d’Henry James et de cette époque mais c’est nettement moins attrayant pour un public non initié.

Ce n’est pas le David Lodge pour une lecture de loisir mais plutôt pour un cours de maîtrise.
Quant à l’humour annoncé, il faut vraiment le chercher.

Je ne suis pas arrivé au bout du livre.

Lodge et l'humour

6 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 78 ans) - 10 mars 2005

Il est certain que Lodge ne manque pas d' humour de façon générale. Mais ici il ne s'attaque pas uniquemment à un sujet fictif. Il parle de Henty James et sa liberté n'est pas la même, il doit composer avec sa propre admiration et celle des autres. C'est beaucoup moins facile e't il nous semble en effet beaucoup moins à l'aise.

L'auteur, l'auteur 3ième degrès?

8 étoiles

Critique de Sturia (, Inscrite le 8 mars 2005, 49 ans) - 9 mars 2005

Je suis une inconditionnelle de Lodge.
Mais où est passé son succulent sens de l'humour?
J'entends dire partout que ce livre est une biographie d'Henry James, mais D. Lodge ne s'attarde que sur les échecs de James. Est-ce donc du 3ième degrés ????

Forums: L'auteur ! L'auteur !

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'auteur ! L'auteur !".