La lucarne de Jacqueline Harpman

La lucarne de Jacqueline Harpman

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Sahkti, le 25 janvier 2005 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 3 296  (depuis Novembre 2007)

Désespoir littéraire

Deux fortes présences dans ce recueil de nouvelles: l'écrivain et ses héros. L'écrivain que l'on sent à chaque page, révolté, rageur, désespéré, passionné face aux histoires qu'il raconte et dépendant de sa plume, de cette écriture qu'il n'arrive pas à abandonner, de ce récit qu'il veut à tout prix raconter. Oui, il y a cette présence invisible et pourtant si forte de Jacqueline Harpman au gré des mots, qui analyse chaque situation et la conduit à son extrémité, vers le point de non-retour. Est-ce sa formation professionnelle (psychanalyste) qui lui donne ce talent pour disséquer les choses sans pudeur et avec efficacité? Sans doute un peu, beaucoup, elle met tout en lumière ou plutôt ici, elle éteint les lumières, les unes après les autres.

D'où la seconde présence très forte, celle des héros. Des femmes. Qui se battent avec elles-mêmes, avec la vie, avec leur entourage, avec leur condition sociale. Des femmes que l'on devine désespérées et victimes d'une situation qui les étouffe. Femmes de tous les jours, femme de l'imginaire collectif. On retrouve par exemple Antigone, Jeanne d'Arc ou la Vierge Marie. Chacune raconte la légende qu'on a forgé autour d'elles à leur manière, c'est leur version parfois bien différente de la nôtre. Sur ce point par exemple, le récit de Marie est bien plus sensible et réaliste que ce qu'on nous a appris dans les manuels du cours de religion. Antigone brille également par son désespoir lucide, par sa force de caractère, par le regard noir qu'elle porte sur l'inceste et la société qui entretient cet état de fait.

Chaque nouvelle, il y en a dix, représente une vision faussée de certaines réalités, ce que l'on voit par la lucarne. Mais la lucarne, c'est aussi l'inverse, l'histoire vue de l'autre côté, une autre version, une vision plus dramatique et aussi plus attachante. A travers ces cris et ces appels règne un sentiment confus et douloureux de frustration. A chaque fois, on ressent une impossibilité règnante, un désespoir, l'envie de faire quelque chose mais l'impossibilité de le réaliser. Constat amer porté par un récit vigoureux parfumé de quelques touches d'humour bienvenu, Jacqueline Harpman surprend une fois de plus.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La lucarne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La lucarne".