Mémoires d'une galerie de Agathe Gaillard

Mémoires d'une galerie de Agathe Gaillard

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par JPGP, le 16 mars 2024 (Inscrit le 10 décembre 2022, 77 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 516 

Agathe Gaillard et les siens

En 1975 opéra en France de l’art une petite révolution en ouvrant la première galerie consacré uniquement à la photographie. D’aucuns jugèrent cela hors du propos, voire iconclaste. . Au début écrit Agathe Gaillard « Nous avions presque l’impression de faire quelque chose d’illégal, qui ne se faisait pas ». Il ne fallut pourtant peu de temps avant que le succès s’imposât. Et ce avec une superbe car Agathe Gaillard ne se contenta jamais d’être une tête de pont des galeries américains ouvertes à l’art photograhique depuis belle lurette.

Agathe Gaillard ouvrit la voie. Après sa galerie il y eut Zabriskie pour la photographie américaine, Samia Saouma et la Remise du Parc, Viviane Esders, Alain Paviot pour les photos anciennes, « Noir et Blanc » dans le 15ème ou encore Michel Chomette. L’ouverture du Centre Pompidou boosta d’ailleurs le genre. Il n’empêche : Agathe Gaillard reste la pionnière et la figure majeure de la photographie à Paris.

Elle imposa au cours de plus de 250 expositions et en 35 ans de loyaux et excellents services des artistes tels que Robert Doisneau et Gisèle Freund André Kertesz, Françoise Ayxendri Bernard Faucon, Pierre Reimer, Hervé Guibert et aujourd’hui par exemple Jean François Spricigo ou encore un génie de l’art : Arno Rafael Minkkinen . Agathe Gaillard est de celle qui font bien la différence entre un magasin de vente de photographies et une galerie. Une galerie s’impose avec le temps et en définissant un style. C

Ce fut comme une maison d’édition. A ce titre la Galerie Agathe Gaillard est un peu à la photographie ce que les Editions de Minuit sont à la fiction. On sait en effet quel type d’artiste sont visibles chez la galeriste même s’ils peuvent sembler très différents les une des autres. Agathe Gaillard a exposé des photographe très divers. En fait tous ont mis une certaine idée de l’humain et de la « vérité » au centre de leur œuvre. La photographie étant sans doute moins perturbée par la notion de chez d’œuvre que la peinture il est en effet peut-être plus facile aux photographes à s’intéresser à l’humain trop ou trop peu humain. Ce fut la marque de fabrique des grands américains c’est l’estampille de celles et ceux qu’Agathe a accroché dans sa belle galerie rouge.

Jean-Paul Gavard-Perret

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Mémoires d'une galerie [Texte imprimé] Agathe Gaillard
    de Gaillard, Agathe
    Gallimard / Témoins de l'art
    ISBN : 9782070140312 ; 19,90 € ; 26/04/2013 ; 176 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Mémoires d'une galerie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mémoires d'une galerie".