Dieu, les poètes et tous les autres de Mathieu Jaegert

Dieu, les poètes et tous les autres de Mathieu Jaegert

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Débézed, le 27 janvier 2024 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 77 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 523 

Micro-nouvelles du monde en dérive

Mathieu Jaegert propose un deuxième opus dans la collection Microcactus de Cactus inébranlable éditions. Son éditeur le présente comme « un véritable spécialiste de l’histoire courte, il y joue sur le travers des personnages, de l’existence, de l’instant ». Dans ces deux recueils de micronouvelles, Il crée avec habilité des situations cocasses, burlesques, surréalistes, absurdes débouchant sur des chutes surprenantes, drôles, hilarantes, …, des chutes inédites, très inventives.

Comme l’indique le titre du recueil, Dieu et la religion sont très présents dans cet opus mais Dieu comme artisan de la construction de l’univers et pas souvent comme puissance tutélaire de la religion qu’il incarne. Selon l’auteur, un bâtisseur pas très inspiré et pas très adroit qui a laissé aux habitants qu’il y a logés un monde bancal en équilibre de plus en plus précaire. Mathieu inscrit ce dieu bâtisseur dans la longue litanie des calamités qui gangrènent la planète avec la covid, le dérèglement climatique, les guerres insensées, et tout ce qui perturbe la quiétude de l’homme en croyant lui rendre la vie meilleure.

Mathieu manie les mots comme il, d’après son éditeur, manie les déchets dont il doit débarrasser un territoire dont il a la charge : « Mathieu Jaegert sait ce que trier veut dire, il maîtrise l’art du recyclage et avant de les jeter à la poubelle, il trouvera toujours la formule qui atteint sa cible, l’histoire qui interpelle, la chute qui fait mouche ». Il écrit qu’il traite les sujets qu’il aborde avec philosophie, humour, ironie, cynisme et même parfois avec une touche absurde ou de poésie. Moi, comme je l’avais déjà remarqué lors de la lecture de son précédent recueil, il possède l’art de la nouvelle qu’il condense au maximum pour que la chute fatale explose brusquement sous les yeux du lecteur.

Mathieu est aussi un grand auteur, il manie avec adresse un riche vocabulaire qu’il nourrit d’une grande culture source de nombreuses références qu’il glisse adroitement dans ces histoires courtes. J’ai pioché ces eux extraits au cœur de son recueil pour illustrer son adresse littéraire et la finesse de son inspiration :

« … Partout le long d’un grand boulevard des pavés retournés, fissurés, brisés, des scellements de guingois, des trottoirs gondolés. / Que faire si même les racines des arbres se soulèvent désormais ? »,
« … Si le ciel a de la peine, que dire de mon linge, peste la mère Michel en considérant ses draps au bord du suicide, pendus au bout de la corde ».

Aucun doute possible, Mathieu a le sens de la formule qui fait rire tout en insinuant, l’air de rien, une légère dose de moquerie, d’ironie, de cynisme, sa façon à lui de se révolter contre ceux qui empêchent le monde de tourner bien rond.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Dieu, les poètes et tous les autres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dieu, les poètes et tous les autres".