Les guerres précieuses de Perrine Tripier

Les guerres précieuses de Perrine Tripier

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bernard2, le 10 novembre 2023 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 75 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (22 975ème position).
Visites : 750 

L'histoire de deux héroïnes

La narratrice (Isadora), et la Maison (avec une majuscule) où elle a grandi. Ce sont les deux héroïnes, indissociables, de ce roman. Isadora, qui vient d'entrer en maison de retraite, y a tous ses souvenirs, ses émotions, ses joies, ses amours, ses conflits, ses chagrins, ses regrets. D'un caractère taciturne, elle a parfois difficilement supporté tous ceux qui, vivant plus ou moins longtemps dans la maison, donnaient en quelque sorte l'impression de violer cette intimité presque fusionnelle.
Un premier ouvrage d'une jeune autrice, à la fois roman de terroir et roman poétique. L'idée de diviser le livre en quatre chapitres principaux, un par saison, est originale et intéressante. À chaque nouvelle saison on repart dans le passé, faisant revivre les parents disparus au fil du temps. Un aller retour perpétuel empreint de la nostalgie du monde des souvenirs, rythmé par la nature dans un environnement rural, les cris des enfants, les étés torrides et les hivers rigoureux.
Mais tout a une fin, et comme le dit Isadora vers la fin du livre : "On sait toute sa vie qu'il faudra mourir, et pourtant rien ne nous y prépare jamais".
Mais les souvenirs sont une manière de ressusciter le passé révolu.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un chef d'oeuvre en écriture

10 étoiles

Critique de CHALOT (Vaux le Pénil, Inscrit le 5 novembre 2009, 76 ans) - 18 novembre 2023

Les guerres précieuses

Ah que de souvenirs, des regrets parfois à la fin de sa vie !
Aujourd'hui, elle est à l'hospice, c'est son choix....
Elle n'est pas mariée et n'a pas eu d'enfants.
Elle se remémore son enfance dans cette grande maison bucolique où elle vivait avec ses parents et sa fratrie.
Chaque été, durant son enfance, c'était une vraie colonie de vacances avec la venue des cousins, oncles et tantes.
Cette maison et ses dépendances constituaient un lieu de jeux, de vie et de retrouvailles.
Pourquoi a-t-elle voulu, à la mort de ses parents, rester seule dans cette bâtisse riche de souvenirs à plusieurs ?
S'agit-il de l'effet d'une décision personnelle ou la résultante du décès de sa petite sœur avec qui elle était proche.
Cette femme, âme de cette maison, revient sur son passé et l'auteure découpe son livre en quatre grands chapitres, un par saison.
Il y a dans ce livre un relent de nostalgie et une réflexion philosophique sur la fin de vie :
"L'âge engourdit les membres comme une fin d'après-midi maussade. On a un goût de vieux thé métallique sur la langue, une langue pâteuse, calfeutré derrière les lèvres toutes scellées de douleur."
L'auteure âgée de 24 ans signe son premier livre, un bijou en écriture... Elle manie avec bonheur tous les temps et nous compose des descriptions pleines de couleurs.

Jean-François Chalot

Forums: Les guerres précieuses

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les guerres précieuses".