Le baron-vampire de Guy de Charnacé

Le baron-vampire de Guy de Charnacé

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par CC.RIDER, le 18 mars 2023 (Inscrit le 31 octobre 2005, 66 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 735 

Daté

Tenancier d’une modeste taverne dans la Bohème du XIXe siècle, Pan Schmoul a réuni autour de la table familiale son épouse et la moitié de ses douze enfants. Il a également convié son ami le colporteur Mendel. Tout irait bien dans la petite famille si le seigneur des lieux n’avait pas interdit à leur fils Rebb âgé de 14 ans et demi de continuer à jouer avec sa fille dans le parc de son château. Ne supportant pas cette humiliation, le jeune amoureux décide de partir à l’aventure pour découvrir le monde au grand désespoir de ses parents. En chemin, il finit par retrouver le brave colporteur Mendel qui accepte de le prendre comme associé de son petit commerce. Quelque mois plus tard, il décède laissant à Rebb toute sa clientèle et même un petit pactole. Un peu plus tard, le jeune homme qui a bien réussi dans le colportage, se fait embaucher par Monsieur Cohn, important homme d’affaires de Vienne qui l’initie aux arcanes de la finance qui n’est après tout que l’art de plumer moins malin que soi. Petit à petit, Rebb grimpe tous les échelons de la société jusqu’à devenir à Paris le baron de Rakonitz, titre fantaisiste s’il en est, en n’oubliant jamais de mijoter une terrible vengeance pour effacer l’affront subi dans sa jeunesse…
« Le baron vampire » est un court roman social sur le thème de l’ambition, de la ségrégation de classe et de la rancœur de petites gens contre les nobles et les puissants de l’époque. Il y a du Rastignac et du Monte-Cristo dans le personnage de Reb Schmoul, arriviste pas spécialement sympathique tant il ne songe qu’à accroitre sa fortune pour mieux assouvir sa vengeance. Mais n’est pas Balzac ou Dumas qui veut. Le style de Charnacé laisse un peu beaucoup à désirer. Il manque d’originalité et de peps. Heureusement que le texte est court. L’éditeur y a ajouté un autre intitulé « Heurt et malheur », cette fois mettant en scène un autre arriviste, breton, celui-là, qui répand lui aussi le malheur autour de lui, mais par l’intermédiaire de son épouse, fille d’un homme d’affaires ruiné par de mauvais placements. On reste dans les histoires d’amours contrariés, de différences de niveaux sociaux, de nobliaux dans la panade et de problème de mariages sans dot. Tout ça reste très daté et a fort mal vieilli. On peut s’en dispenser sans problème.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le baron-vampire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le baron-vampire".