Lalalangue (Prenez et mangez-en tous) de Frédérique Voruz

Lalalangue (Prenez et mangez-en tous) de Frédérique Voruz

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Alma, le 20 octobre 2022 (Inscrite le 22 novembre 2006, - ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 473 

Se guérir des blessures de l'enfance

Un titre étrange qui fait référence à un terme utilisé par Lacan pour désigner un « ensemble de mots qui ne veulent dire quelque chose que pour une famille donnée », des formules qui ont ponctué une éducation, qui ont été serinées par les parents et restent gravées dans l'esprit des enfants .
Dans ce livre, les formules de la lalalangue de la famille Voruz apparaîtront comme titres des chapitres .

Un ouvrage constitué du texte du spectacle où Véronique Voruz, seule sur scène, raconte les profondes blessures de son enfance dans une famille  « sur la touche », dans une fratrie de 7 enfants «  étiquetés comme les marginaux-bizarres-antisociaux du village » .
Une mère qui ne s'est jamais remise d'un accident d'escalade où elle a perdu une jambe ainsi que les jumeaux dont elle était enceinte . Une mère unijambiste qui impose à ses enfants , dans une « folie catholique » qui s'est emparée d'elle, l'obligation de « n'éprouver aucun plaisir, se priver de tout , ne rien posséder » et interdit à ses filles toute coquetterie». Une mère incapable d'aimer.
Un père sous Prozac, perdu dans sa bulle , qui parle tout seul et laisse à son épouse le soin de gérer le quotidien.
Comment survivre dans « la merditude » de cette vie, comment s'extraire de cette famille toxique ? Comment se reconstruire ?

Par l'intégration dans une autre famille :celle du théâtre du Soleil, celle d'Ariane Mnouchkine qui « l'a prise sous son aile », par une longue psychanalyse avec une thérapeute devenue «  le garde-fou de ma déperdition mentale, qui a recollé les morceaux de mon âme et permis d'échapper à la malédiction maternelle qui me vouait à l'effondrement de mes rêves » .
Sûrement aussi, comme l' ultime thérapie, par la présentation au public de ce spectacle.

Son texte dans lequel elle évite le pathos est un subtil mélange d'humour et d'émotion . Il est vivant, souvent drôle et décapant , toujours troublant et émouvant et s'il peut apparaître parfois comme un règlement de comptes, il donne accès au pardon et à la possibilité d'une réconciliation .

J'ajoute que le livre est illustré de quelques dessins de l'auteur et qu'il est précédé d'une belle et vibrante préface du metteur en scène du spectacle: Simon Abkarian où celui-ci salue une artiste «  qui a su faire de son histoire familiale une épopée tragicomique dont elle est l'architecte et l'héroïne »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Lalalangue (Prenez et mangez-en tous)

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lalalangue (Prenez et mangez-en tous)".