Les voluptés de la discrétion de Christophe Bonneau

Les voluptés de la discrétion de Christophe Bonneau

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Débézed, le 30 septembre 2022 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 75 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 257 

Aphorismes du matin

Certes Christophe Bonneau n’est pas un novice dans le monde des lettres mais il ne fait pas partie de la cohorte de ceux qui sont prêts à tout et surtout à n’importe quoi pour publier un recueil. Il prend son temps, chaque matin, il écrit quelques aphorismes pour mettre ses neurones en jambe. Avec, ce recueil, il a rejoint la tribu, devenue cohorte, des auteurs de P’tits cactus, ce qui est une référence dans le monde des lettres.

Ses « aphorismes et observations » précise-t-il en sous-titre à ce recueil évoquent la vie que l’on mène dans l’humanité perturbée que nous connaissons depuis quelques décennies. Il dit ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il ressent, ce qu’il en déduit et aussi les craintes qu’il a pour le futur de la planète et de la société qui l’occupe.

« La société, à la fois objet de conservation et sujet de conversation ».
« L’enfant déjà, pose sa main sur le caddie ».
« Un écrivain qui lit. / Un cuisinier qui mange. / Un musicien écoutant de la musique. / Un crétin devant TF1 ».

Pour ce faire, il s’attarde sur différents thèmes comme la vie, la mort, la vieillesse, l’amour et toutes les choses banales et triviales qui composent notre quotidien. Mais ce qui semble le plus l’impressionner, le fasciner, le décourager c’est l’immensité et l’étonnante capacité à se régénérer sans jamais mollir de la « connerie humaine ».

« Les gens qui n’ont pas d’idées taxent souvent ceux qui en ont de bornés ».
« Certaines poignées de mains ressemblent à des poignées de porte ».
« Leur intérieur : internet. / Leur extérieur : le téléphone portable ».

Pour compenser cette connerie envahissante, il démontre une vaste culture surtout dans le domaine cinématographique et musical, la musique semble lui être particulièrement chère, il l’évoque avec enthousiasme dans de nombreux textes. Il nous réserve aussi quelques espiègleries amusantes, humoristiques, satiriques, sarcastiques ou même surréalistes, …

« Comme un chewing-gum, une nouvelle relation a beaucoup de goût au début ».
« Est allé au bout de lui-même, / s’est retourné, / n’a pas vu grand-chose, / s’est juré de ne plus jamais s’y rendre ».

Et la musique, bien sûr, « La musique est le seul art qui peut se permettre de ne rien dire ». « Il est des gens qui, en se taisant, nous parlent plus que bien d’autres ». Alors…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les voluptés de la discrétion

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les voluptés de la discrétion".