Dernière nuit à Soho de Fiona Mozley

Dernière nuit à Soho de Fiona Mozley
(Hot Stew)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par CC.RIDER, le 15 août 2022 (Inscrit le 31 octobre 2005, 64 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 235 

Obsolescence

De nos jours, dans le célèbre mais quelque peu louche quartier londonien de Soho, un vieil immeuble avec un restaurant « français », « Des Sables », avec sa spécialité d’escargots de Bourgogne, un pub, lieu de rattachement de la plupart des personnages, une maison close où travaillent Precious et Tabitha qui vivent et habitent ensemble au dernier étage et jardinent sur le toit alors qu’un couple de SDF, Debbie McGee et Paul Daniels, vivent au sous-sol en compagnie de l’Archevêque, prédicateur un brin illuminé. On peut croiser dans le coin Robert Kerr, ancien homme de main de l’ex-propriétaire des lieux, qui a la jouissance d’un des appartements et reçoit une petite pension pour services rendus, tout comme le distingué Lorenzo, ancien de Cambridge devenu acteur de séries télé, ou comme Jackie Rose, policière qui enquête sur les personnes disparues et les réseaux de trafics sexuels ou comme Bastian, Glenda ou Laura. Ce petit monde se trouve sous la coupe de la jeune Agatha, riche héritière, propriétaire de l’immeuble et de quelques autres, qui vit seule dans un grand manoir avec son Barzoï et le vieux Roster, ancien homme à tout faire de son père. Agatha ne cesse d’intriguer auprès du Maire pour arriver à faire expulser ses locataires et ainsi pouvoir réaliser une belle opération immobilière…
« Dernière nuit à Soho » se veut roman social sur le thème de la « gentrification », autrement dit « la boboïsation » d’un quartier populaire avec les dégâts que cela implique pour les petites gens dont on cherche à se débarrasser. Au fil de très courts chapitres (moins de dix pages environ), Fiona Mosley nous présente un à un toute une galerie de personnages bien pétris d’humanité dans des situations d’une absolue banalité. Elle use et abuse de dialogues assez vivants, mais sans grande originalité, qui peuvent donner une idée de la psychologie des personnages, mais sans vraiment faire avancer l’action. Car au fil de ces pages, il ne se passe quasiment rien, ce qui finit par agacer un brin, jusqu’au final aussi catastrophique que spectaculaire qui détonne complètement. En quatrième de couverture, le lecteur pourra découvrir cette appréciation dithyrambique, à limite de la publicité mensongère : « Un récit éblouissant à la Dickens » (The Guardian). On cherche encore ce qui peut y avoir d’éblouissant dans cette absence d’histoire. Quant au pauvre Dickens, il doit se retourner dans sa tombe ! Pour ne rien arranger, la qualité de l’objet-livre est déplorable. Rien ne tient, les pages se détachent, une à une ou par paquets, au fil de la lecture. Impression désagréable de se retrouver très vite avec un tas de feuilles dans la main au lieu d’un vrai livre ! L’éditrice s’est-elle laissée tenter par l’obsolescence programmée ? L’imprimeur a-t-il mégoté sur la colle ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Dernière nuit à Soho

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dernière nuit à Soho".