Le cinéma de Saül Birnbaum de Henri Roanne-Rosenblatt

Le cinéma de Saül Birnbaum de Henri Roanne-Rosenblatt

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Débézed, le 28 juin 2022 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 75 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 393 

L'exode dans le monde du cinéma

Les Edifions M.E.O. rééditent ce livre paru en 2012, à l’occasion de la sortie du film qui en est inspiré, Le Chemin du bonheur. Ce chemin c’est la vie de Saül Brinbaum depuis que sa mère l’a envoyé, en 1939, à Bruxelles dans un Kinderstransport organisé par la Croix rouge pour échapper à la vindicte nazie qui déferlait alors sur l’Autriche après son annexion au Deutsch Reich par l’Anschluss. Né à Braunau-sur-Inn, comme Hitler, à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, Saül fréquente l’école locale en compagnie de Hilde la nièce d’Hitler. Malgré la douleur de la séparation et le risque de ne jamais revoir son fils, sa mère ne peut pas assurer seule sa sécurité après la séparation d’avec son mari. Saül arrive en Belgique où une famille l’accueille comme son propre enfant mais, dès que les lois antijuives prennent effet, elle doit le confier à une mercière avec qui il va partage sa vie jusqu’à sa mort. Il rencontre alors la femme d’un journaliste qui l’initie au cinéma et à la sexualité…

Sa tante réfugiée au Canada lui propose de la rejoindre, il y reste pendant quelques courtes années avant de rejoindre New-York où il réussit dans le commerce de Delicatessen et assouvit sa passion pour le cinéma. Un jour il offre une caméra à son neveu John qui filme des scènes de famille, il lui propose de de mettre en images une nouvelle qu’un célèbre auteur a laissé en gage au magasin pour payer ses repas. Après moult tribulations et la construction de plans de financement tous plus scabreux les uns que les autres, Saül finit par convaincre une vedette de l’écran, un réalisateur et son neveu de tourner le film. Grâce à un concours de circonstances particulièrement heureux, le film est primé à Cannes et connait un succès mondial jusqu’en Autriche où Saül revient pour régler ses comptes.

Ce roman décrit alternativement deux temps de l’histoire de Saül, son enfance et son adolescence et sa passion pour le cinéma et sa carrière de producteur éphémère à New-York. C’est l’histoire d’un petit juif d’Europe centrale arrivé, comme de nombreux autres dont des acteurs, des réalisateurs, des producteurs, des auteurs, des musiciens et divers autres artistes et intellectuels encore, par des chemins détournés sur les côtes américaines où ils ont souvent réussi une belle carrière. Ils possédaient un savoir-faire, une culture, une instruction, …, qui leur a permis de s’intégrer, souvent brillamment, dans une nouvelle société. Ce livre c’est donc l’histoire d’un petit juif qui réussit dans son métier et dans la production d’un film au moins, l’histoire d’un peuple en mouvement pour échapper à son massacre, une page, peut-être la plus cruelle de l’histoire de la planète, l’histoire de certains qui ont réchappé au génocide. Mais c’est aussi une vaste fresque à l’honneur du cinéma américain de l’après-guerre, l’histoire de son épopée : son financement plus ou moins occulte, plus ou moins frauduleux, les pressions idéologiques, politiques, médiatiques, démagogiques, publicitaires, … qu’il subit. Mais c’est aussi toute la magie que cet art a déversé sur le monde quand nous étions plus jeunes, beaucoup plus jeunes…

Dès les toutes premières pages de ce livre, j’ai pensé au film d’Axel Corti : « Welcome in Vienna », si vous lisez ce livre vous admettrez que je ne m’étais pas tellement égaré. Et, pour mieux m’imprégnez de cette intrigue, j’irai voir « Le Chemin du bonheur » dès qu’il sera projeté dans ma ville.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le cinéma de Saül Birnbaum

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le cinéma de Saül Birnbaum".