Journal à rebours de Colette

Journal à rebours de Colette

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Catinus, le 26 juin 2022 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 73 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (41 563ème position).
Visites : 1 340 

Admirable !

Colette : « Journal à rebours »
Dans la première partie de ce journal, Colette raconte son exode vers le sud de France en mai 1940. A travers ces 200 pages, on se rend compte que ce qui l’intéresse le plus dans sa vie c’est de ressentir, de capter, de palper toutes ce merveilles qui vivent autour d’elle ; non pas les dommages collatéraux de cet effroyable conflit, mais bien la nature, les animaux. Citons en vrac oiseaux, chiens et chats, papillons, … mais également les arbres, les fleurs, la Lune, le Soleil … C’est tout son épiderme qui parle, qui nous décrit ces merveilles qui comptent si peu de nos jours, tant de choses déjà oubliées à jamais. Un de ses innombrables mérites, c’est, dans une langue magistrale, de nous les retranscrire, de nous les dépeindre avec un talent hors du commun. Le sens qu’elle a le plus aiguisé est l’odorat.
A pointer tout particulièrement les articles « Automne », « La Chaufferettes », « Sido et moi » … sans oublier tous les autres.
Un livre un peu oublié parmi son œuvre. C’est grand tort ! ! !

Extraits :

- Elle ne buvait guère que de l’eau, par méfiance du vin qui, à raison d’un demi-verre, la faisait rire et lui chauffait les joues.
- Il erre au bord de la rivière, mais il a les mains ballantes et ne capture pas de grenouilles, ni ne pêche au moyen d’une ficelle et d’une épingle. Il n’assemble pas de bouquets, ne trouble pas les oiseaux et ne tette pas les chèvres.

- Quand on peut pénétrer dans le royaume enchanté de la lecture, pourquoi écrire ? Cette répugnance que m’inspirait le geste d’écrire, n’était-elle pas un conseil providentiel ? Il est un peu tard pour que j’interroge là-dessus. Ce qui est fait est fait. Mais dans ma jeunesse, je n’ai jamais, jamais désiré écrire.
- Pourtant, ma vie s’est écoulée à écrire … Née d’une famille sans fortune, je n’avais appris aucun métier. Je savais grimper aux arbres, siffler, courir mais personne n’est venu me proposer une carrière d’écureuil, d’oiseau ou de biche. ( in « La Chaufferette, page 146)

- Point de chemin de fer dans mon pays natal, point d’électricité, point de collège proche de grande ville. Dans ma famille, point d’argent, point de livres. Point de cadeaux, mais de la tendresse.

- C’est une langue bien difficile que le français. A peine écrit-t-on depuis quarante-cinq ans qu’on commence à s’en apercevoir.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Diverses nouvelles autobiographiques

6 étoiles

Critique de Bernard2 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 75 ans) - 31 août 2023

Ce n'est pas le livre le plus connu de Colette (Sidonie-Gabrielle de son prénom), et probablement pas le meilleur. On y trouve plusieurs nouvelles - 23 en tout - parlant de l'exode de 1940, de l'observation de la nature, plantes et animaux, de l'école. Le style est élégant, raffiné, avec un vocabulaire riche.
L'intérêt inégal de ces nouvelles est sans doute le point faible du livre, qui mérite cependant d'être découvert et sorti d'un certain oubli.

Forums: Journal à rebours

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Journal à rebours".