Un héritage d’amour de Myette Ronday

Un héritage d’amour de Myette Ronday

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Voiz'art, le 13 mai 2022 (Inscrit le 26 février 2022, 51 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 271 

Un héritage d'amour

Avant qu’il ne soit donné en héritage, ce roman est d’abord, avant tout et après tout, un roman d’amour, se déliant avec son cortège d’intrigues, de drame, de merveilleux, d’énigme et de tendresse infinie. Une citation de Marie-Louise von Franz mise en en exergue en dit toute l’exigence :
«Si une personne ne saisit pas, par intuition, l’aspect d’éternité qui habite l’amour, elle en fait facilement une tragédie personnelle et tout se passe comme si une étincelle du feu éternel s’éteignait dans une flaque d’eau.»

À l’exploration des sentes tendrement alambiquées des sentiments s’ajoutent celle des corps. L’amour a transformé une jeune fille fière, timide et réservée en une jeune femme sourdement exaltée et rusée, dotée d’un solide sens pratique. Le jeune Allemand connu pendant l’Occupation (nous sommes en 1942), cet «ennemi», elle n’aimera jamais que lui, il sera son seul amour, tout simplement parce qu’elle n’a pas en elle pour aimer deux fois comme cela, avec une telle intensité, avec un tel don d’elle-même, un tel investissement physique et sentimental.
En même temps, l’expérience amoureuse lui permet de s’adonner entre ombre et lumière à une sorte de constante et intime oscillation aboutissant à la décantation de visions intérieures, impossibles à exprimer autrement, alors que de cet amour naît une petite fille et que la vie se poursuit dans la séparation, l’absence où l’on recrée la figure de l’être aimé.
Se retrouvant seule au lendemain de la guerre, son amoureux étant rentré en Allemagne, la mère se confie dans des lettres plus émouvantes les unes que les autres, qu’elle n’enverra pas, et qui resteront dissimulées dans une maison de poupées, jusqu’au jour où l’enfant devenue adulte les trouvera, découvrant ainsi l’amour merveilleux dont elle est le fruit. Découvrant aussi, dans sa profondeur subtile, la figure d’une mère

« Mathilde, sa mère, s’était jurée d’être toujours fidèle à ce premier amour. Prêter ce serment était comme mettre son avenir en gage. L’excitation et l’exaltation constantes qui remuaient toutes ses cellules, l’affolement soulevé en ses sens par les audaces sentimentales, morales et sexuelles, dont elle ne se serait jamais crue capable, semblaient lui révéler sa vraie nature. »

Voiz’Art

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Un héritage d’amour

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un héritage d’amour".