Les Urbanishads de Serge Lamothe

Les Urbanishads de Serge Lamothe

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par El Gabal, le 20 janvier 2022 (Strasbourg, Inscrit le 10 janvier 2022, 33 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 341 

Une traversée de la nuit

Les "Urbanishads" constituent une référence moderne aux Upanishads, mot sanskrit désignant les textes sacrés hindous considérés comme révélés et dont l'ensemble (plus de 200) forme le vedanta. Beaucoup sont récents, mais certains remontent à une période très ancienne (entre 700 et 300 avant J. -C.)

Les urbanishads sont ainsi constitués de quatre parties. Ils s'ouvrent par une référence, sous la forme d'un pastiche à la prose du transsibérien de Blaise Cendrars avec le titre de la toute première section : "Prose du car D'Alburquerque". Il s'agit en effet d'un long chant d'imploration de toutes les victimes de Génocide au cours de l'histoire coloniale doublé d'une traversée au cœur des ténèbres du monde moderne où :

Si tu vois le monde disparaître
fais-le sans partage
d'argile et d'un sang lumineux

de l'économie des jours et des cendres familiales
ne dis rien

au sommet de tes courbes nourcissent les silences
tu ne les vois jamais venir
quand jouit la plus âpres des terres

Teintée d'humanisme, la voix du poète, gardien des cosmogonies antiques et modernes, se résout ainsi en effet dans le silence où résonne le voix des morts. Tous les poèmes de cette section chantent le sacré et sa perte. Ce que la deuxième section, sous la forme d'une longue énumération ne fait que redoubler :

"Pour dire avant la nuit" est ainsi une quête de l'aurore du monde rendue à sa pureté première. En toile de fond rejaillit l'expérience plus ou moins heureuse de l'amour et où la femme aimée ne se dérobe que parce qu'elle irradie toute entière en dehors de toute absolution :

de l'élan du ciel
tu ne seras privée
ni distraite

il est vide
encore plus que tout
ne lui demande l'absolution
ni rien
sauf si tu le devines

C'est sans compter sur la puissance des éléments pour en renvoyer l'image :

rien n'apparaît dans ce ciel
il s'éreinte à aimer son reflet
sans savoir que la mer l'a gardé

"Les derniers maigres" disent l'urgence de "dire la fulgurance d'une vie arrachée aux tempêtes du siècle." Innombrables fléaux qui s'abattent sur la terre et sur l'homme et que pour la poésie a pour tâche de conjurer en visant un horizon de justice et de paix perpétuelle face à la fragilité éphémère de l'existence :

Rappelle-toi que nous sommes si vivants
Que rien ne nous survit

La toute dernière section, ma terre d'océan (déjà chroniqué par mes soins) viennent clore ce recueil magnifique qu'agrémentent des dessins de l'auteur, entre symbolisme, sensualisme et expressionnisme. Le tout formant une quintessence poétique aux prises avec notre siècle et avec l'histoire des hommes et des dieux.

Julien Miavril

Message de la modération : Stellamaris: compte d'auteur soft, ou compte d'éditeur sans droit d’auteur pour les 100 premiers euros

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les Urbanishads

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Urbanishads".